Rapport sur l'action humanitaire 2007 – Page d’acceuil

SWAZILAND

Un conte swazi d’espoir grâce aux points de soins de proximité

Majabha Shongwe, 15 ans, est doublement orphelin. Il vit seul dans une ferme dilapidée avec des gros trous dans les murs et le chaume, sauf pour une cabane d’une pièce avec des tôles ondulées rouillées en guise de toit. Sa ferme se trouve le long d’une route poussiéreuse, dans la région de Lubombo qui est touchée par la sécheresse. 

Majabha est le seul enfant connu de ses parents. Il y a trois ans, sa mère est tombée malade et a quitté la ferme, abandonnant Majabha et son père. Elle est revenue peu de temps après pour dire au revoir à son fils avant de mourir. 

Le père de Majabha était mineur migrant en Afrique du Sud et gagnait la plus grande partie de l’argent qui faisait vivre la famille. Il est tombé malade en 2004 et après être cloué au lit quelques mois aux soins de son fils, il est décédé. Majabha a hérité de la ferme de son père et de trois chèvres. Les causes de la mort de ses parents sont inconnues, mais il est supposé qu’ils sont morts d’une maladie liée au SIDA, étant donnée la forte prévalence du VIH au Swaziland. Majabha avait 13 ans quand il s’est retrouvé sans ses deux parents et il n’était jamais allé à l’école. 

Les chiffres d’orphelins et d’enfants vulnérables (OEV) augmentant rapidement, l’UNICEF a répondu en 2003 en offrant un soutien matériel de base (dont le don de marmites, d’ustensiles et de supports éducatifs non scolaires) afin d’établir le point de soins de proximité (PSP) de Luhlanyeni. Il s’agit d’un des 438 PSP établis entre 2003 et 2006, c’est-à-dire un endroit où les OEV reçoivent un soutien de base au niveau de la nutrition, la santé, l’éducation non scolaire, les loisirs et l’assistance psychosociale. 

La communauté de Luhlanyeni a été sensibilisée aux difficultés des OEV de leur voisinage et mobilisée pour assumer ses obligations vis-à-vis des droits jusqu’alors non respectés de ces orphelins et enfants vulnérables ; les chefs traditionnels ont choisi un terrain et cinq dispensatrices de soins bénévoles qui apportent au quotidien protection, soins et soutien aux OEV.  

Majabha a commencé à se rendre au PSP de Luhlanyeni en 2003, où il se réunissait au début avec les autres OEV sous un arbre. Comme il n’y avait pas d’approvisionnement régulier de nourriture, on fournissait deux repas par semaine à plus de 80 OEV en divisant au mieux les dons de nourriture de la communauté. Ces dons venaient d’une communauté déjà sévèrement touchée par la situation d’urgence répétée due à la sécheresse. En 2004, l’UNICEF et l’Office Humanitaire de la Communauté Européenne (ECHO) ont donné leur soutien à World Vision pour renforcer le PSP de Luhlanyeni (et 219 autres PSP en fonctionnement) en les approvisionnant en nourriture et en fournitures d’urgence essentielles telles que des fournitures de nature structurelle, éducative, culinaire ou relative à l’hygiène. A la mi-juillet, le Programme alimentaire mondial (PAM) prit en charge l’approvisionnement régulier de l’aide alimentaire. Les dispensatrices de soins bénévoles ont également reçu une formation pour les équiper dans leur rôle. 

Dès le milieu de l’année 2004, Majabha et de nombreux autres OEV commencèrent à se rendre au PSP. Les dons de nourriture du PAM et de la communauté on permis aux dispensatrices de soins de préparer un repas chaud six jours par semaine. Des activités éducatives non scolaires et de détente ont été organisées et Majabha a pu en bénéficier pour la première fois. En 2005, les subventions du gouvernement pour l’éducation des OEV ont permis à Majabha d’aller à l’école primaire. Il a été inscrit en première année à l’école primaire de Maloyi et bénéficie du soutien et des encouragements considérables de ses enseignants qui disent de lui qu’il est très attentif. Il est passé en deuxième année et va régulièrement à l’école, et au PSP l’après-midi. 

Le PSP a permis de donner à Majabha de la « visibilité » face aux membres de la communauté, au lieu de le laisser seul et dans l’isolement dans sa ferme éloignée. Les dispensatrices de soins ont été en mesure de l’encourager et ont vanté ses qualités auprès du directeur de l’école pour qu’il puisse y aller. Majabha a de la chance parce qu’il a aussi un voisin attentionné qui garde un œil sur lui et lui permet de tirer de l’eau sur sa propriété. La dispensatrice de soins responsable des activités du PSP ne vit pas loin de chez Majabha et lui sert de mère de substitution. Majabha a appris à être innovateur et élève des poulets et des chèvres ; il se sert de ce qu’il en gagne pour s’acheter des produits essentiels comme le savon et les bougies.

Grâce aux groupes de soutien qui l’entourent, étayés en grande partie par le PSP, Majabha peut vivre chez lui et il a de l’espoir pour l’avenir.  Il raconte que quand il sera adulte, il voudrait devenir policier. Le PSP a démontré que les droits des enfants du Swaziland rural sont respectés dans une région affligée par la pauvreté causée par la sécheresse où des communautés se sont mobilisées en partenariat avec le soutien humanitaire de l’UNICEF. Majabha appartient toutefois aux plus de 33 000 OEV qui bénéficient de ces soins mais il est estimé que 100 000 enfants n’ont pas encore été atteints par les PSP. 

 

© UNICEF Swaziland/2006

Majabha, 15 ans, est deux fois orphelin et vit seul dans une ferme dilapidée d’une région touchée par la sécheresse. Il se rend régulièrement au Point de soins de proximité de Luhlanyeni.