Rapport sur l'action humanitaire 2007 – Page d’acceuil

RÉPUBLIQUE POPULAIRE DÉMOCRATIQUE DE CORÉE

Les soins intégrés dans la petite enfance changent la vie des mères

« J’ai arrêté de travailler il y a 11 ans quand j’ai eu mon premier enfant, car je croyais qu’il était plus important de m’occuper de mon fils. À sa naissance, il ne pesait que 2400 grammes. Étant bébé, il pleurait beaucoup, et avait souvent une forte température et la diarrhée, ce qui m’inquiétait énormément. Je pensais que je ne m’occupais pas bien de lui et qu’il avait faim parce que je n’avais pas assez de lait. Le médecin m’a aidée à surmonter ces moments difficiles et m’a donné des conseils pour bien le soigner », raconte Mme Ri Chun Son, une habitante du comté d’Unryul, dans la province d’Hwanghae-Sud.

Entourée de ses fils, Mme Ri Chun Son se rappelle en souriant combien sa vie a changé depuis la naissance de ses deux enfants. Son fils aîné, Ri Guk Chon, 11 ans, va à l’école primaire du comté. Il est en quatrième année et c’est le premier de sa classe. Le petit Ri Guk Song, 5 ans, commencera bientôt l’école maternelle. Son mari travaille dans un bureau de l’administration alimentaire dans le chef-lieu du comté. Ces parents inquiets il y a quelques années font désormais partie des 6564 familles du comté d’Unryul qui bénéficient de services intégrés soutenus par l’UNICEF.

L’UNICEF a commencé à travailler en République populaire démocratique de Corée en 1985. En 2004, le programme s’est orienté vers une assistance plus intégrée dans sept comtés pilotes afin de réduire les taux de malnutrition des enfants et d’améliorer la qualité de vie. L’assistance de l’UNICEF comprend la nutrition et les soins de santé primaires, notamment l’approvisionnement en médicaments, vaccins, aliments enrichis et  micronutriments pour les mères et les enfants gravement dénutris ; l’accès à l’eau salubre et à l’assainissement ; la distribution de manuels scolaires aux écoles primaires et la remise en état d’un nombre limité d’écoles primaires et de crèches. Grâce à ces activités, les écoliers vivent dans un environnement plus sain, avec des chaises et des pupitres neufs, de l’eau salubre et des installations d’assainissement adaptées.

Les foyers ont aussi été reliés au réseau d’approvisionnement en eau salubre, ce que la famille apprécie beaucoup. « Je devais parcourir à pied une longue distance pour aller chercher de l’eau. Je transportais parfois 4 ou 5 seaux d’eau par jour. Et cela ne suffisait que pour faire la cuisine. Pour laver le linge, je devais aller au ruisseau, également éloigné de chez moi. Maintenant, ma vie a changé. J’ai de l’eau du robinet dans la maison et elle coule pendant presque 20 heures par jour. Je ne dois plus marcher pour aller chercher de l’eau. Cela me donne le temps de m’occuper de la maison et des enfants. Néanmoins, élever des enfants est vraiment une tâche ardue pour une mère. Je suis très contente de voir que mes fils grandissent en bonne santé, ainsi que je le désirais quand ils sont nés », remarque Mme Ri Chun Son.

En 2005, l’UNICEF a formé les fonctionnaires du comté d’Unryul et des membres de l’Union des femmes au concept de développement et soins intégrés pendant la petite enfance ; il a également distribué le Livre des familles coréennes, adapté de Savoir pour sauver, qui contient d’importants messages sur les soins à donner aux enfants. Dans le comté, les autorités nationales et locales ont largement diffusé ces informations aux familles, aux médecins, et aux personnes s’occupant d’enfants, améliorant ainsi leurs connaissances des soins maternels et infantiles.

Mme Ri Chun Son pense que les membres de sa famille doivent leur bonne santé aux conseils des médecins et aux services de soins infantiles assurés par la crèche. « Mon plus jeune fils est pesé tous les mois. Je suis tout de suite avertie s’il n’a pas pris de poids. Les parents sont en contact étroit avec le personnel de la crèche et c’est comme cela que nous pouvons protéger la santé de nos enfants. J’ai aussi vu des renseignements dans un livre qui explique comment s’occuper de ses enfants. Cette information est très utile. »

Si Mme Ri Chun Son avait dû assumer seule l’éducation de ses enfants, sans soutien de la communauté, et si les fonctionnaires de l’État et les agents communautaires ne lui avaient pas donné les connaissances et les capacités requises, il est probable que ses fils, comme d’autres enfants dans la communauté, auraient été happés dans le cercle vicieux de la maladie et la malnutrition qui, à long terme, a des retombées négatives sur le développement du pays. Et Mme Ri Chun Son elle-même ne serait pas la mère heureuse et assurée qu’elle est aujourd’hui.

 

© UNICEF DPRK/2006/Ju Yong Chol

Comté d'Unryul : l'Eau n'est plus aussi rare qu'avant pour le fils de Mme Ri Chun et sa famille.