clear1Action humanitaire pour les enfants 2012 UNICEF
Languages
English
Espaņol
عربي
中文

AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE Zimbabwe

© UNICEF/NYHQ2009-0828/Li

Un bébé est vacciné contre la polio dans un dispensaire mobile du district de Masvingo, Zimbabwe. La crise politique continuelle aggrave les risques pour les enfants : eau insalubre, insécurité alimentaire, catastrophes naturelles, violence et VIH.

Enfants et femmes dans la crise

Alors que le Zimbabwe peine à se remettre d'une profonde crise socio-économique due à une hyperinflation massive, à une instabilité politique et aux déplacements, les sécheresses saisonnières, les inondations et les flambées de maladies liées à l'eau et au manque d'assainissement et d'hygiène récurrentes continuent d'entraver les efforts de développement. Face à l'impact de ces événements sur un pays dont le secteur des services sociaux est dégradé, la majeure partie de la population est en danger et a besoin d'une aide humanitaire.

Aujourd'hui, plus de 4 millions de personnes vivent dans des endroits présentant un risque élevé de maladies à transmission hydrique en raison de sources d'eau insalubres, d'un assainissement médiocre et d'une mauvaise hygiène1 et près de la moitié de la population des zones rurales pratique la défécation à l'air libre2. L'insécurité alimentaire chronique reste un problème urgent pour 3,5 millions de filles et garçons vivant en dessous du seuil de pauvreté3, qui risquent des problèmes de santé et un retard de croissance en raison d'un accès nettement diminué à l'ensemble des services et protections de base. Le taux de prévalence du VIH et du SIDA de 13,9 pour cent reste l'un des plus élevés au monde4. Un ensemble de facteurs complexes aboutit à l'augmentation de la population « d'enfants en déplacement », vulnérables à la violence, à l'exploitation et aux sévices.

Répondre aux besoins urgents en 2012

Alors que le Zimbabwe est engagé dans une transition vers le relèvement, l'UNICEF continuera son action pour atténuer et prévenir les crises liées à un secteur des services sociaux affaibli. L'UNICEF va également renforcer les capacités à réagir rapidement aux catastrophes naturelles récurrentes qui balaient si souvent les acquis en matière de développement et jouera un rôle prédominant en coordonnant et co-dirigeant les groupes sectoriels pour la nutrition, l'éducation et l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH), en collaboration avec les ministères compétents. Cette année, les interventions humanitaires de l'UNICEF atteindront environ 300 000 personnes, dont 156 000 femmes et enfants.

Le financement humanitaire en action : faits marquants de 2011

En 2011, l'UNICEF a demandé 119 973 000 dollars É.-U. pour son action humanitaire au Zimbabwe. Fin octobre 2011, 15 393 309 dollars avaient été reçus, soit 13 pour cent de l'objectif, avec un financement supplémentaire reçu pour des activités de transition. L'UNICEF a fourni 80 pour cent d'un ensemble convenu de médicaments essentiels aux établissements de santé dans le pays. Des fournitures de base pour les soins obstétriques ont été distribuées à 700 établissements de santé, et il existe désormais 16 écoles de sages-femmes capables de former chacune 40 sages-femmes supplémentaires par an.

Dans les districts sujets aux flambées de choléra, 60 000 familles ont reçu des produits d'hygiène, comme du savon et des seaux, et 20 000 personnes victimes de situations d'urgence ont reçu de l'eau salubre, ce qui a permis de réduire considérablement les cas de choléra.

L'UNICEF a renforcé l'accès aux services juridiques et de soutien pour 25 000 jeunes rescapés de la violence. Environ 500 filles et garçons en déplacement ont été protégés grâce à des partenariats avec les gouvernements et les organisations internationales.

L'UNICEF a participé aux évaluations de 2500 écoles, qui ont révélé qu'un tiers d'entre elles nécessitait une attention urgente en raison de graves dégâts dus à des tempêtes ou à des inondations.

Conjointement avec des agences gouvernementales et des partenaires internationaux,  l'UNICEF a intensifié les interventions d'urgence et renforcé les efforts dans les groupes sectoriels pour la nutrition, l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) et l'éducation, ce dont ont bénéficié près de 2,9 millions de garçons et 3 millions de filles au niveau national.

Besoins de financement pour 2012

L'UNICEF demande 24 600 000 dollars É.-U. pour poursuivre son action humanitaire au Zimbabwe. En l'absence d'un financement suffisant, les efforts pour prévenir les crises émergentes seront sérieusement limités, et les conséquences iront de la propagation du choléra à l'exploitation et aux mauvais traitements des adolescents et enfants à risque.

Pour toute information supplémentaire sur l'action humanitaire prévue en 2012, veuillez consulter le site www.unicef.org/french/hac2012 et le site Internet du bureau de pays www.unicef.org/zimbabwe.

1 Estimation de l'UNICEF fondée sur UNICEF 'Diarrhoea Prevention Campaign - Draft Concept Note', 30 novembre  2011. 
2 Fonds des Nations Unies pour l'enfance et Gouvernement du Zimbabwe, 'A Situational Analysis on the Status of Women's and Children's Rights in Zimbabwe, 2005 - 2010: A call for reducing disparities and improving equity', UNICEF, 18 mars 2011, p. 73.
3 Ibid., p. 13.
4 Ibid., p. 35. 
5 Les besoins de financement pour les activités liées au VIH/SIDA  sont rationalisés dans la réponse sectorielle.