clear1Action humanitaire pour les enfants 2012 UNICEF
Languages
English
Espaņol
عربي
中文

AVANT-PROPOS

© UNICEF/NYHQ2010-0697/Markisz

Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF

En Somalie, la famille de Moktar, trois ans, a perdu son bétail et ses récoltes à cause de la sécheresse et a dû quitter son domicile pour un avenir incertain en ville. Quand le petit jeune garçon est arrivé à Mogadiscio, son état de malnutrition était tel qu'il avait besoin d'une aide immédiate. Il a heureusement pu être soigné. Mais bien trop d'enfants ne le sont pas.

Florence, jeune adolescente, a fui la guerre et la violence en République démocratique du Congo, en traversant le fleuve Ubangui. Mais une fois arrivée en République centrafricaine, elle a erré dans la jungle pendant des semaines, avant d'être recueillie et placée dans un campement.

Quand les pluies de la mousson se sont abattues sur la province pakistanaise du Sindh, Saima, 11 ans, a vu les flots en crue détruire sa maison. Elle a passé des semaines dans un abri de fortune installé sur une berge. Aujourd'hui, elle vit avec sa famille dans un camp surpeuplé mais s'estime chanceuse : leur camp, contrairement à beaucoup d'autres, dispose d'eau propre.

En 2011, les effets dévastateurs de crises humanitaires de grande envergure sur la vie et l'avenir d'enfants comme Moktar, Florence et Saima nous sont apparus dans toute leur cruauté. Si les catastrophes n'épargnent personne, elles touchent le plus durement ceux qui sont le moins à même d'y faire face : les enfants les plus vulnérables, vivant dans les lieux les plus pauvres et les plus reculés et subissant les privations les plus grandes.

Le Rapport 2012 de l'UNICEF sur l'action humanitaire pour les enfants rend compte de la situation de  millions de ces enfants de par le monde. Il décrit l'action que mène l'UNICEF, en coopération avec ses partenaires, pour distribuer des vivres et une assistance vitales, apporter des services techniques, contribuer à rétablir un sentiment de normalité et renforcer les capacités à faire face à l'adversité.

En Somalie, par exemple, entre juillet et septembre 2011, l'UNICEF a aidé à traiter plus de 108 000 enfants atteints de malnutrition aigüe sévère. Pendant la même période, l'organisation a aussi contribué à approvisionner en eau salubre plus de 2,2 millions de personnes. Et à vacciner 1,2 million d'enfants contre la rougeole.

Pour pouvoir mieux répondre aux situations d'urgence soudaines et de grande envergure, l'UNICEF a cette année adopté et mis en ouvre des procédures d'activation simplifiées permettant de mobiliser plus rapidement et efficacement nos ressources humaines et financières. Ce mécanisme d'intervention a été activé en juillet dans la Corne de l'Afrique.

Parallèlement aux interventions de l'UNICEF dans des situations de crise qui requièrent une action immédiate et exceptionnelle, le rapport présente également nos activités dans les pays où des situations complexes et durables menacent la vie et l'avenir des enfants. Ces « situations d'urgence silencieuses » ne font pas les gros titres des journaux mais le méritent pourtant. Car c'est du bien-être de  millions d'enfants qu'il est question - de la Colombie au Niger, de la République populaire démocratique de Corée au Yémen - ainsi que de la stabilité et de la vitalité futures de leur société.

Chaque année est porteuse de nouvelles difficultés, que l'UNICEF est résolu à surmonter. Il faut à cette fin disposer de financements prévisibles et souples.  Dans ce rapport figurent les prévisions de ressources nécessaires pour faire face aux situations d'urgence dans plus de 25 pays et territoires, bénéficiant de l'appui de sept bureaux régionaux, ainsi que du siège mondial de l'UNICEF. Des fonds prévisibles et souples nous permettent d'agir rapidement, indépendamment du lieu ou du moment où se déclare une situation de crise.

Ce rapport présente certaines des situations les plus difficiles auxquelles font face les enfants, mais met également l'accent sur une promesse : répondre rapidement et efficacement à leurs besoins, afin que des enfants souffrant de malnutrition retrouvent la santé, que des enfants puissent s'instruire malgré les conflits et que tous les enfants, quelles que soient leurs circonstances, soient mieux à même de réaliser leurs droits de survivre et de s'épanouir.

En 2012, c'est une promesse que nous devons tenir et que nous tiendrons, avec votre appui.


Anthony Lake
Directeur général de l'UNICEF