clear1Action humanitaire pour les enfants 2012 UNICEF
Languages
English
Espa˝ol
عربي
中文

MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD Djibouti

© UNICEF/NYHQ2011-1353/Mekki

Dans un bidonville proche de la ville de Djibouti, des enfants et des femmes font la queue à un point de distribution d'eau de l'UNICEF. Le pays, gravement éprouvé par la sécheresse, est un des pays les plus pauvres en eau de la planète.

Mise à jour : Révision à mi-parcours de l'appel global pour Djibouti 2012  (en anglais)

Enfants et femmes dans la crise

Environ 120 000 personnes vivant au nord-ouest, au centre et au sud-est de Djibouti ont un besoin pressant d'aide humanitaire, notamment en raison de la sécheresse et du déficit pluviométrique qui sévissent, respectivement, depuis cinq et six années consécutives. En 2011, la saison des pluies (Karan/Karma), qui dure de juillet à septembre, dont l'intensité et la distribution spatiale ont été inférieures à la moyenne, n'a pas suffi pour régénérer les points d'eau et les pâturages. Cette situation, aggravée par l'augmentation du prix des denrées de base, a sensiblement détérioré les mécanismes d'adaptation des femmes et des enfants les plus vulnérables. En outre, Djibouti-ville subit une grave pénurie d'eau. Les femmes et les enfants sont vulnérables à l'insécurité alimentaire et à la sous-nutrition extrême. Il faut également citer l'afflux de réfugiés éthiopiens, somaliens et yéménites : d'après les estimations, ce sont chaque mois 500 nouveaux réfugiés qui arrivent dans le pays1 . À l'heure actuelle, environ 17 000 réfugiés, notamment des enfants, des femmes et des personnes âgées, vivent dans des camps où ils présentent souvent à leur arrivée une santé et un état nutritionnel défaillants2. À Djibouti, 210 000 personnes - dont 120 000 personnes des zones rurales, 60 000 personnes des zones urbaines et 30 000 réfugiés - ont besoin d'aide3.

Répondre aux besoins urgents en 2012

L'UNICEF est le chef de file des groupes sectoriels pour la nutrition et pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) à Djibouti. En 2012, le Fonds poursuivra sa collaboration avec le gouvernement djiboutien, d'autres organismes de l'ONU, des ONG et des partenaires pour couvrir les besoins de 180 000 personnes affectées par la sécheresse et d'autres fléaux, notamment les femmes et les enfants, parmi lesquels 7500 femmes, 37 500 filles et 43 500 garçons ont été déjà identifiés comme ayant besoin d'aide immédiate. Compte tenu des tendances actuelles, le nombre de femmes et d'enfants dépendant de l'aide au cours des 12 prochains mois est susceptible d'augmenter.

Le financement humanitaire en action : faits marquants de 2011

Fin octobre 2011, l'UNICEF avait reçu 3 934 765 dollars É.-U. - soit 73 pour cent - des 5 405 000 dollars É.-U. demandés. Ce financement a permis à l'UICEF d'obtenir des résultats clés pour les femmes et les enfants. L'UNICEF a aidé plus de 80 pour cent des 6 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère à intégrer l'un des 40 établissements de santé et des 30 centres thérapeutiques communautaires. D'après les estimations, 96 000 personnes dans les zones affectées ont bénéficié de la réhabilitation de sources d'eau potable et de l'augmentation des approvisionnements en fournitures d'hygiène. Les services sociaux fournis par l'UNICEF ont contribué à protéger et à soutenir 700 orphelins et d'autres enfants vulnérables. En outre, le programme de transfert d'espèces assorti de conditions a permis d'améliorer la situation nutritionnelle et éducative de 700 orphelins et enfants vulnérables affectés par la sécheresse et la hausse des denrées alimentaires. Parmi ces enfants, 515 ont reçu des trousses pédagogiques, ont eu accès à des tuteurs et ceux qui étaient en situation d'abandon scolaire ont suivi une formation professionnelle. L'UNICEF a soutenu 7 centres préscolaires pour 300 enfants âgés de 3 à 5 ans vulnérables et déplacés. En outre, 200 enfants des rues ont reçu une aide nutritionnelle dans des espaces amis des enfants, équipés d'installations d'eau, d'hygiène et d'assainissement.

Besoins de financement pour 2012

L'UNICEF demande 8 390 000 dollars É.-U. au titre de ses activités humanitaires à Djibouti en 2012 afin de répondre aux besoins croissants de la population affectée par une sécheresse prolongée, l'insécurité alimentaire et les conflits sévissant dans les pays voisins. Sans le financement des activités clés décrites ci-dessus, la pénurie alimentaire, d'eau et de logement sûr continuera de menacer le bien-être des femmes et des enfants djiboutiens. Cette somme est conforme aux conditions de la Procédure d'appel global (CAP) de 2012.

Pour toute information supplémentaire sur l'action humanitaire prévue en 2012, veuillez consulter le site www.unicef.org/french/hac2012 et le site Internet du bureau de pays www.unicef.org/djibouti.

1 Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, « Response to the Somali Displacement Crisis into Ethiopia, Djibouti and Kenya, 2011 », HCR, Service de mobilisation des ressources et des relations avec les donateurs, Genève, juillet 2011, p. 8.
2 Fonds des États-Unis pour l'UNICEF, Drought in the Horn of Africa: Children in crisis - A proposal, Fonds des États-Unis pour l'UNICEF, New York, août 2011, p. 7.
3 Système mondial d'information et d'alerte rapide sur l'alimentation et l'agriculture, « GIEWS Country Brief: Djibouti », Organisation pour l'alimentation et l'agriculture, Rome, 4 novembre 2011.