clear1Action humanitaire pour les enfants 2012 UNICEF
Languages
English
Español
عربي
中文

AFRIQUE DE L'OUEST ET CENTRALE Côte d'Ivoire

© UNICEF/NYHQ2011-0580/Asselin

Une fillette reçoit des vivres dans un camp de déplacés de la ville de Duékoué. Après les violences qui ont suivi l'élection présidentielle de 2010, la stabilité est revenue mais les services de santé et d'éducation restent gravement perturbés.

Mise à jour : Révision à mi-parcours de l'appel global pour la Côte d'Ivoire 2012


Enfants et femmes dans la crise

La violence et les troubles qui ont suivi les élections présidentielles en novembre 2010 se sont soldés par 3000 décès1 et près d'1 million de personnes déplacées2. D'après les estimations, 500 000 personnes sont retournées chez elles mais éprouvent des difficultés à reprendre une vie normale dans des zones où les soulèvements ont eu raison des infrastructures3. La crise n'a pas seulement affaibli les infrastructures nationales : le système éducatif et les mécanismes communautaires et institutionnels de protection de l'enfance ont également été affectés. En outre, la santé globale d'une population déjà vulnérable s'est aggravée lorsque des épidémies de polio et de rougeole se sont propagées à travers le pays, l'accès aux installations de santé s'étant considérablement  réduit et les médicaments essentiels étant moins disponibles. Plus de 194 000 personnes, dont 25 000 se trouvent dans des sites et des camps pour personnes déplacées dans leur propre pays, continuent d'être déplacées; 187 000 réfugiés ivoiriens se trouvent dans les pays voisins, dont 159 000 au Libéria5. Parmi les personnes les plus exposées aux risques, figurent 440 000 personnes vivant avec le VIH en Côte d'Ivoire, dont plus de 50 000 enfants et quelque 22 000 femmes enceintes6.

Répondre aux besoins urgents en 2012

L'UNICEF est le chef de file des groupes sectoriels pour l'éducation, la nutrition et l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH), ainsi que du sous-groupe sectoriel pour la protection de l'enfant. En 2012, l'UNICEF, en collaboration avec le Gouvernement ivoirien et d'autres organismes internationaux, viendra en aide à 8 millions de personnes.

Le financement humanitaire en action : faits marquants de 2011

Fin octobre, l'UNICEF avait reçu la moitié des 22 383 121 dollars É.-U. sollicités, ce qui lui a permis d'améliorer les perspectives des femmes et des enfants et d'obtenir des résultats clés.

Suite aux flambées de polio et de rougeole, l'UNICEF a mené des campagnes de vaccination dans 13 districts affectés. Tous les enfants de moins de 5 ans (7 millions) ont été vaccinés contre la polio et tous les enfants âgés de 6 mois à 5 ans (467 000) contre la rougeole. Quelque 78 pour cent des 13 000 enfants soignés pour malnutrition aiguë sévère sont aujourd'hui totalement rétablis. Au moins 6,5 millions d'enfants ont reçu des comprimés vermifuges et des suppléments en vitamine A. Environ 7 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticide ont été distribuées.

L'UNICEF a amélioré la situation de la population affectée par le conflit en construisant des toilettes et des douches d'urgence pour plus de 500 000 personnes ; quelque 530 000 personnes déplacées dans leur propre pays ou rapatriées ont eu accès à l'eau potable. Des écoles institutionnelles ont accueilli au moins 39 000 élèves et plus de 20 000 enfants ont participé à des activités pédagogiques dans des espaces d'enseignement provisoires. Après la crise, 97 pour cent des écoles ont rouvert leurs portes et 55 espaces récréatifs adaptés aux enfants ont été créés pour apporter un soutien psychosocial à plus de 10 400 enfants.

Dans le cadre d'une stratégie accélérée pour le développement et la survie des enfants, 8 millions de personnes ont été familiarisées aux pratiques familiales essentielles (allaitement exclusif au sein, lavage des mains avec du savon, utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide et de solutions de réhydratation orale contre la diarrhée).

Besoins de financement pour 2012

L'UNICEF demande 26 929 000 dollars É.-U. pour poursuivre ses activités humanitaires en Côte d'Ivoire. Un financement incomplet risque de ne pas permettre de répondre efficacement aux besoins urgents des femmes et des enfants ivoiriens, qui se trouvent dans une phase de transition suite aux troubles qui ont suivi l'élection.  

Pour toute information supplémentaire sur l'action humanitaire prévue en 2012, veuillez consulter le site www.unicef.org/french/hac2012 et le site Internet du bureau de pays www.unicef.org/cotedivoire.

1 Nations Unies, Vingt-huitième rapport du Secrétaire général sur l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire - S/2011/387, Nations Unies, New York, 24 juin 2011, p. 10.   
2 Agence des Nation  Unies pour les réfugiés, « A New Displacement Crisis in West Africa », disponible en anglais sur le site www.unhcr.org/pages/4d831f586.html
3 OXFAM, Conseil danois pour les réfugiés, CARE, « Towards Durable Solutions for Displaced Ivoirians: Joint Briefing Paper », 11 octobre 2011, p. 5.  
4 Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, « European tour to raise funds for humanitarian action in Côte d'Ivoire », communiqué de presse, OCHA, Genève/Abidjan/New York, 19 octobre 2011.
5 Agence des Nations Unies pour les réfugiés, « Côte d'Ivoire Situation Update No. 35 », HCR, Genève, 10 octobre 2011, p. 3. 
6 Secrétariat du Conseil national de lutte contre le sida, « Rapport national UNGASS, 2010 Côte d'Ivoire : janvier 2008 - décembre 2009 », Conseil national de lutte contre le sida, Abidjan, mars 2010, p. 14.