header2011hac_fr
Languages
English
Español

Amérique latine et Caraïbes

© UNICEF/NYHQ2010-2639/LeMoyne

Une fillette dans sa maison de Port-au-Prince, gravement endommagée par le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti. Les catastrophes naturelles sont à l’origine des principales crises de la région, où il existe une grande disparité entre riches et pauvres.

ENFANTS ET FEMMES DANS LA CRISE

La région Amérique latine et Caraïbes est régulièrement frappée par des catastrophes naturelles de grande envergure : ouragans intenses,pluies torrentielles, inondations subites suivies de périodes de sécheresse prolongées, activité volcanique intense et tremblements de terre dévastateurs. La perte répétée des moyens de subsistance a plongé les populations les plus vulnérables dans une insécurité chronique. En parallèle, les déplacements causés par ces catastrophes aggravent davantage les problèmes importants de la région, tels que les risques de sévices et de violence sexuelle et sexiste, la transmission du VIH, l’exploitation et la traite de personnes. Des périodes de sécheresse dévastatrices entraînent de graves pénuries d’eau dans la région du Gran Chaco en Amérique du Sud, du Paraguay à l’État plurinational de Bolivie et provoquent une crise alimentaire et nutritionnelle dans les « corridors secs » d’Amérique centrale, du Guatemala au Honduras et au Nicaragua.

Actuellement, près de 24 pour cent des enfants de moins de cinq ans dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes souffrent de retard de croissance en raison d’une mauvaise nutrition1. Le manque de préparation face aux crises et l’insuffisance des interventions augmentent les risques encourus par les femmes et les enfants, déjà extrêmement vulnérables. Du fait de l’écart important entre les riches et les pauvres dans cette région, les défis majeurs pour répondre aux catastrophes consistent à subvenir aux besoins des plus pauvres et travailler avec les structures nationales pour parvenir à une plus grande efficacité dans la gestion des catastrophes.

RÉPONDRE AUX BESOINS URGENTS ET RENFORCER LA RÉSILIENCE EN 2011

En coopération avec ses partenaires, notamment les organismes gouvernementaux dans la région et d’autres institutions internationales grâce au mécanisme de l’Équipe spéciale du Groupe de travail interinstitutions « Risques, situations d’urgence et catastrophes en Amérique latine et dans les Caraïbes » (REDLAC), le Bureau régional Amérique latine et Caraïbes de l’UNICEF (TACRO), va continuer à renforcer sa capacité de réaction rapide face aux diverses catastrophes naturelles qui frappent régulièrement la région ainsi qu’aux situations humanitaires résultant de problèmes sociopolitiques.

LE FINANCEMENT HUMANITAIRE EN ACTION : FAITS MARQUANTS DE 2010

En 2010, l’UNICEF a estimé que les fonds nécessaires pour son action humanitaire en Amérique latine et dans les Caraïbes s’élevaient à 1,8 million de dollars É.-U. Début octobre 2010, aucun financement n’avait été reçu. Le bureau régional, cependant, a pu utiliser les fonds de DIPECHO (Préparation aux catastrophes de l’Office d’aide humanitaire de la Commission européenne – ECHO) qui ont été reportés de l’année 2009, ainsi que des ressources provenant du gouvernement néerlandais et de fonds thématiques d’urgence de l’UNICEF, et ce dans le but de réagir rapidement et efficacement lors du tremblement de terre en Haïti. L’UNICEF, en coopération avec ses partenaires2, a collecté des approvisionnements de son entrepôt central au Panama, déployé des ressources humaines spécialisées pour aider à répondre à la catastrophe, a fourni des conseils techniques, et a apporté un soutien de plaidoyer d’urgence lors des premières phases de l’intervention. Au cours de l’année, l’équipe régionale a continué à aider les bureaux de pays confronté à des situations d’urgence (notamment la Barbade, le Belize, le Chili, la Colombie, la République dominicaine, le Guatemala et l’État plurinational de Bolivie) en organisant une formation « alerte rapide, action rapide » dans 11 pays et en dirigeant 17 ateliers de renforcement des capacités pour la prévention des catastrophes dans le secteur éducatif.

BESOINS DE FINANCEMENT POUR 2011

L’UNICEF demande 13 millions de dollars É.-U. pour mener à bien son action humanitaire en Amérique latine et dans les Caraïbes, afin de renforcer le niveau de préparation et de réaction aux nombreuses catastrophes qui touchent la région. Une attention particulière sera donnée au renforcement des mécanismes de prévention des catastrophes, en coopération avec les gouvernements et les partenaires nationaux.

Pour toute information supplémentaire sur les réalisations en 2010 et l’action humanitaire prévue en Amérique latine et dans les Caraïbes, veuillez consulter le site internet www.unicef.org/french/hac2011 et le site du Bureau de pays à www.unicef.org/lac (en espagnol) et www.unicef.org/lac/english.html (en anglais).

1 Lutter, Chester K., et Camila M. Chaparro, La Desnutrición en Lactantes y Niños Pequeños en América Latina y El Caribe: Alcanzando los Objetivos de Desarrollo del Milenio [La malnutrition chez les nourrissons et les petits enfants en Amérique latine et dans les Caraïbes : réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement], Organisation panaméricaine de la Santé, Washington, D.C., 2008, p. 17.
2 Les partenaires de l’UNICEF dans la région comprennent l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement, le dépôt de l’ONU pour les actions humanitaires au Panama (dirigé par le Programme alimentaire mondial), et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, en coopération avec touts les membres des agences du mécanisme de coordination régional REDLAC.  

BESOINS D’URGENCE DE L’UNICEF POUR 2011 (en dollars É.-U.)
Total 13 000 000