header2011hac_fr
Languages
English
Español

Amérique latine et Caraïbes Haïti

© UNICEF/NYHQ2010-2128/Dormino

Des sœurs sont soignées contre le choléra dans le département de l'Artibonite. L'épidémie, qui a débuté en octobre 2010, a porté un coup aux efforts de redressement après le séisme du 12 janvier, qui a tué 222 000 personnes et déplacé 2 millions d’autres.

ENFANTS ET FEMMES DANS LA CRISE

En 2010, les femmes et les enfants en Haïti ont dû affronter des situations d’urgence extrêmes qui ont créé des défis sans précédent pour la population. Le séisme du 12 janvier a tué plus de 220 000 personnes et en a déplacé 2,3 millions d’autres. On estime qu’un million de personnes, dont 400 000 enfants, vivent encore dans des campements temporaires surpeuplés, augmentant ainsi les risques liés à la santé et la protection. Les inondations provoquées par l’Ouragan Tomas début novembre ont fait de nouvelles victimes, entraîné des déplacements temporaires et contribué à l’aggravation de l’insécurité alimentaire. Au 15 décembre, une épidémie de choléra avait déjà touché 117 580 personnes et provoqué 2 481 décès, dont 169 enfants de moins de cinq ans. L’impact de ces crises a été particulièrement sévère dû à la vulnérabilité extrême des enfants. Ces graves situations d’urgence ont encore exacerbé l’insécurité alimentaire, endommagé les infrastructures de l’eau et de l’assainissement, augmenté les menaces qui pèsent sur la protection des enfants, détruit le système éducatif et gravement perturbé un secteur sanitaire déjà affaibli. Lorsque le choléra a fait son apparition dans la région rurale de l’Artibonite, il s’est rapidement propagé dans tout le pays, montrant une fois de plus que les grandes disparités dans l’accès aux services sociaux à travers le pays représentent une menace réelle et immédiate pour la santé et la stabilité de la nation ainsi qu’une violation des droits fondamentaux des enfants. La mission humanitaire a rapidement mis en place des services et des interventions nécessaires pour la survie ayant pour but de répondre aux besoins de base des enfants touchés par le séisme et le choléra. Mais le défi à relever consiste à assurer que ces services soient décentralisés et solidement ancrés dans des structures communautaires durables.

RÉPONDRE AUX BESOINS URGENTS ET RENFORCER LA RÉSILIENCE EN 2011

L’UNICEF dirigera les groupes sectoriels de l’eau, assainissement et hygiène (WASH), éducation et protection en Haïti pendant l’année 2011 et continuera à travailler avec le Gouvernement haïtien, d’autres institutions des Nations Unies et des ONG.

LE FINANCEMENT HUMANITAIRE EN ACTION : FAITS MARQUANTS DE 2010

Immédiatement après la catastrophe, l’UNICEF a lancé un appel de fonds à hauteur de 222 757 000 dollars des É.-U., et a révisé ce montant en y ajoutant 127 243 000 dollars pour satisfaire les besoins humanitaires restants, par le biais du Rapport sur l’action humanitaire, dans le cadre d’un plan d’action de 2 ans. En octobre, 66 992 052 dollars avaient été reçus. Grâce à la générosité des donateurs, l’UNICEF et ses partenaires ont pu vacciner plus de 1,9 million d’enfants et dispenser des services sanitaires de base à près de 1,8 million de personnes en distribuant 177 kits d’urgence dans les centres de santé. Plus de 11 250 enfants souffrant de malnutrition sévère aiguë ont reçu un traitement qui leur a sauvé la vie dans l’un des 159 programmes d’alimentation thérapeutique en ambulatoire ou dans l’un des 28 centres de stabilisation mis en place après le séisme. Plus de 678 000 personnes ont eu accès à de l’eau potable grâce à des camions-citernes lors de la phase de relèvement précoce; l’installation de 8900 latrines a permis à 1,1 million de personnes d’accéder à un assainissement d’urgence. Plus de 4000 enfants séparés de leur famille ont été enregistrés. Plus de 1000 enfants ont retrouvé leur famille; les autres sont logés dans des lieux temporaires sûrs.

BESOINS DE FINANCEMENT POUR 2011

L’UNICEF demande 156 967 000 dollars É.-U. pour mener à bien son action humanitaire en Haïti en 2011. Cette demande dépasse les besoins énoncés dans la Procédure d’appel global (CAP) parce qu’elle comprend des engagements liés à l’intensification de la réponse de l’UNICEF vis-à-vis du choléra. Un financement immédiat et adéquat est nécessaire pour éviter que la situation humanitaire ne se dégrade davantage et pour renforcer la résilience déjà démontrée par les femmes et les enfants du pays.

Pour toute information supplémentaire sur les réalisations en 2010 et l’action humanitaire prévue pour Haïti en 2011, veuillez consulter le site www.unicef.org/french/hac2011 ou celui du bureau de pays à www.unicef.org/haiti. 

BESOINS D’URGENCE DE L’UNICEF POUR 2011 (en dollars É.-U.)
Total 156 967 000