header2011hac_fr
Languages
English
Español

Afrique de l’Ouest et centrale Cameroun

© UNICEF/NYHQ2010-2322/Bouvet

Martine Daoundala assise devant sa maison avec sa fille dans le village de Ziver. Les enfants et les femmes de l'est et du nord du Cameroun ont du mal à partager un accès limité aux différents services sociaux avec une population fluctuante de réfugiés.

ENFANTS ET FEMMES DANS LA CRISE

Les habitants de l’est et du nord du Cameroun ont bien des difficultés à s’assurer un accès minimum à des services de base – eau potable, soins de santé et éducation – face à un flux continu et mouvant de réfugiés venus de la République centrafricaine. En outre, dans la Province Nord, 3500 réfugiés, qui se sont enfuis du Tchad en 2008, vivent toujours dans le camp Longi. Des situations d’extrême urgence augmentent la tension. En 2010, les inondations et le choléra ont fait de nombreuses victimes dans le nord, compromettant encore davantage l’existence déjà précaire de beaucoup de femmes et d’enfants. Dans les Provinces Adamaoua et Est, le taux de malnutrition aiguë est d’environ 8,5 pour cent, ce qui est proche des niveaux de situation d’urgence. Des niveaux aussi élevés de sous-nutrition rendent la population vulnérable à la maladie et la fragilisent face à d’éventuelles catastrophes naturelles. Tout cela atteste des conditions incertaines à long terme dans ces régions.

RÉPONDRE AUX BESOINS URGENTS ET RENFORCER LA RÉSILIENCE EN 2011

En 2011, l’UNICEF va poursuivre son travail avec le gouvernement du Cameroun, d’autres institutions des Nations Unies, des ONG et des communautés locales en vue d’aider 1 million de femmes et d’enfants.

LE FINANCEMENT HUMANITAIRE EN ACTION : FAITS MARQUANTS DE 2010

L’UNICEF a été en mesure de répondre, en 2010, aux besoins humanitaires immédiats à la fois des réfugiés et des populations d’accueil. Plus de 17 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont bénéficié d’un traitement nécessaire pour la survie entre janvier et août 2010. Ces enfants appartenaient tant aux communautés d’accueil qu’à celles de réfugiés et se trouvaient dans les provinces touchées (Est, Adamaoua, Extrême-Nord et Nord). Parmi ces enfants, plus de 95 pour cent de ceux qui étaient âgés de 6 à 59 mois ont reçu une dose de suppléments en vitamine A et 95 pour cent des enfants de 12 à 59 mois ont reçu des comprimés de vermifuge. De nouvelles latrines ont été construites dans les villages pour environ 1000 familles. Du matériel d’enseignement et d’apprentissage pour 5700 enfants, dont 2500 réfugiés, a été fourni à trente-huit écoles accueillant des enfants réfugiés.

BESOINS DE FINANCEMENT POUR 2011

Soucieux de stabiliser le bien-être des femmes et des enfants au Cameroun en améliorant leur situation nutritionnelle, leur accès aux services de soins et à l’eau potable, et leurs possibilités dans le domaine de l’éducation, l’UNICEF demande 3,35 millions de dollars É.-U. pour mener à bien les activités prévues.

Pour toute information supplémentaire sur les réalisations en 2010 et l’action humanitaire prévue pour le Cameroun en 2011, veuillez consulter le site Internet www.unicef.org/french/hac2011.  

 

BESOINS D’URGENCE DE L’UNICEF POUR 2011 (en dollars É.-U.)
Total 3 350 000