header2011hac_fr
Languages
English
Español

Asie-Pacifique

© UNICEF/NYHQ2010-1628/Ramoneda

Une fillette près d'une tente dans un camp de personnes déplacées par les inondations à Sukkur, au Pakistan. En 2010, la mousson a affecté 20 millions de personnes au Pakistan. En 2009, 89 pour cent des victimes de catastrophes naturelles vivaient en Asie.

ENFANTS ET FEMMES DANS LA CRISE

En 2009, 89 pour cent des victimes de catastrophes naturelles – allant des séismes aux cyclones et aux moussons – vivaient en Asie1. Rien qu’au Pakistan, 20 millions de personnes ont été affectées en 2010 par les inondations qui ont recouvert un cinquième des terres du pays, amenant le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à déclarer : « Les habitants traversent des épreuves terribles, comme je n’en avais jamais vu auparavant. Il n’y a pas de mots pour décrire ce dont j’ai été le témoin, ce que j’ai ressenti lorsque j’étais au Pakistan. Il faut une réponse de la même ampleur».  Cette région supporte un poids de catastrophes très disproportionné par rapport aux autres régions du monde. Aussi, l’aptitude de l’UNICEF à renforcer la prévention, la capacité d’intervention et la réponse est-elle essentielle pour alléger le fardeau de la crise, lorsque ces catastrophes se présentent. Lorsque l’on manque l’occasion de diminuer l’incidence des catastrophes naturelles et de répondre rapidement à une situation d’urgence, cela se traduit chaque fois par des conséquences néfastes sur la vie des survivants, sur leur santé, leur situation nutritionnelle et leur accès à l’éducation, à de l’eau en quantité suffisante et à des moyens d’assainissement adaptés.

RÉPONDRE AUX BESOINS URGENTS ET RENFORCER LA RÉSILIENCE EN 2011

L’UNICEF continue d’accorder la priorité au renforcement de la capacité des 22 bureaux de pays de la région, afin qu’ils soient en mesure de prévenir les crises affectant les femmes et les enfants, de préparer des moyens pour répondre aux crises, d’atténuer leurs effets et d’y répondre.

LE FINANCEMENT HUMANITAIRE EN ACTION : FAITS MARQUANTS DE 2010

En 2010, l’UNICEF a estimé que 1,9 million de dollars É.-U. étaient nécessaires pour le financement de son travail de coordination humanitaire et de soutien technique dans la région Asie-Pacifique. En octobre 2010, 987 637 dollars É.-U. au total avaient été reçus, ce qui représente 52 pour cent de l’objectif. Grâce au Centre de services partagés de l’UNICEF pour l’Asie et le Pacifique (APSSC), les actions de préparation ont été renforcées dans 13 des 22 bureaux de pays durant la saison annuelle des moussons et des cyclones. Lors des inondations au Pakistan, cette amélioration de la capacité d’intervention s’est révélée payante. En effet, l’APSSC a fourni des moyens supplémentaires massifs sur une période prolongée : le conseiller régional pour les situations d’urgence, les spécialistes principaux pour la nutrition, l’éducation et l’eau, assainissement et hygiène (WASH) en situation d’urgence ont tous aidé à la réponse en urgence. Ils ont en outre aidé à la sélection du personnel supplémentaire pour les groupes sectoriels (clusters) sur l’éducation et la nutrition. Ils ont également effectué une évaluation rapide. Durant la période de grand froid, appelée dzud, le responsable du Népal en matière de situation d’urgence a été envoyé en Mongolie, afin d’aider à la coordination de la réponse. Vers la fin de l’année, un spécialiste dans le domaine de la réduction du risque de catastrophe a rejoint l’APSSC afin d’accentuer la focalisation sur la prévention et l’atténuation de l’effet des catastrophes.

BESOINS DE FINANCEMENT POUR 2011

L’UNICEF demande 1,1 million de dollars É.-U. en 2011 afin de poursuivre son travail en vue d’améliorer l’exécution, la rapidité et la coordination des programmes d’urgence et de réduction du risque dans une région qui se caractérise par un accroissement de la fréquence et de l’intensité des catastrophes naturelles et de celles causées par l’homme. Faute d’une formation menée sur place ayant pour objectif la prévention, l’atténuation des effets des catastrophes, la préparation et la réponse, une menace va continuer à peser sur la vie de millions de femmes et d’enfants vulnérables. Il est impératif de renforcer les capacités des bureaux de pays afin qu’ils puissent fournir rapidement des services essentiels, lorsqu’ils sont confrontés à une catastrophe.

Pour toute information supplémentaire sur les réalisations de 2010 et l’action humanitaire prévue pour la région Asie-Pacifique, veuillez consulter le site www.unicef.org/french/hac2011 et le site du bureau régional sur Internet, www.unicef.org/eapro.

1 Vos, Femke, et al., « Examen annuel statistique 2009 des catastrophes : leur nombre et les tendances », Centre de recherche sur l’épidémiologie des catastrophes, Bruxelles, 2010, p. 1.
2 Ki-moon, Ban, « Réflexions du Secrétaire général lors de la cérémonie organisée à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire », Bureau du Porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, New York, 19 août 2010, www.un.org/apps/sg/sgstats.asp?nid=4731, consulté le 5 décembre 2010. <www.un.org/apps/sg/sgstats.asp?nid=4731>, consulté le 5 décembre 2010.

 

BESOINS D’URGENCE DE L’UNICEF POUR 2011 (en dollars É.-U.)
Total 1 100 000