Coupe du Monde de la FIFA 2006

Portraits des jeunes joueurs

La Coupe du monde UNICEF-FIFA 2006 réunit des footballeurs vedettes et de jeunes joueurs du sport le plus populaire du monde pour aider les enfants touchés par les conflits et la violence. Cliquez ci-dessous pour faire la connaissance de jeunes du monde entier qui ont appris d’importantes leçons de vie sur un terrain de foot. D’autres portraits suivront bientôt !

 

Le football offre à Lela, 17 ans, l’occasion de voyager en dehors de la Géorgie
NEW YORK, Etats-Unis, 5 juillet 2006 - Pour Lela, 17 ans, le football, c'est plus qu'un jeu. C'est l'occasion de triompher de la pauvreté dans laquelle elle a grandi et de s'offrir un avenir meilleur.

Rocio Bello Bautista, 15 ans, la résilience par le football de rue au Pérou
NEW YORK, États-Unis – C’est un sombre jeudi après-midi après la fin des classes et Rocio Vanessa Bello Bautista, 15ans, n’a pas un instant à perdre. Elle se dirige vers un terrain de jeux local de Villa Salvador au Pérou, pour participer à un match de football.

UNICEF FIFA Angola youth football player

Le football aide Nene, 12 ans, à surmonter la violence qui règne en Angola
NEW YORK, Etats-Unis - Roque Santerio est le grand marché de Luanda, capitale de l’Angola, un des endroits les plus pauvres et dangereux du monde. Les gens du coin disent que c’est le plus grand marché de toute l’Afrique ; rien ne le prouve, mais en revanche, sa réputation d’épicentre de la criminalité n’est pas à mettre en doute.

Naomi Siombua, 15ans, reprend confiance en elle quand elle joue au football dans un bidonville kényan
Naomi Siombua, 15 ans, a grandi dans les bidonvilles. Elle doit souvent faire ses devoirs à la lumière d’une bougie. Chelsea est son équipe favorite et elle dit que c’est grâce au foot qu’elle a pu éviter la violence qui ravage la vie de tant de ses copains.

FIFA UNICEF Côte d' Ivoire youth football player

Pour Traoré Aziz, 13 ans, le football cicatrise les blessures de la guerre en Côte d'Ivoire
NEW YORK, Etats-Unis – Il y a trois ans, Traoré Aziz avait à peu près tout perdu, y compris son père et sa mère. A l’âge de 10 ans seulement, il s’est retrouvé tout seul au milieu de la guerre civile qui faisait rage en Côte d’Ivoire. Il a été forcé de concentrer toute son énergie sur la survie au jour le jour et n’a plus pu faire ce qu’il préférait entre tout : jouer au football.

Grâce au football, Harold Chavez, 14 ans, trouve la paix dans un bidonville de Colombie
MONTERO, Colombie – Sous la lumière crue de deux ampoules nues, Harold Chavez, 14 ans, écrase du manioc pour préparer les boulettes de viande que sa mère vend le matin, dans une petite échoppe le long de la route, à Monteria.

Le football permet à Mahamat Ali, 13 ans, de se défouler dans un camp de réfugiés au Tchad
D’AMBOKO, Tchad – Mahamat Ali, 13 ans, vient de République centrafricaine. Il vit au camp d’Amboko, dans le sud du Tchad, comme 28 000 autres réfugiés. Il a gagné ce pays il y a trois ans, après que ses parents eurent trouvé la mort pendant un coup d’état.

Le football permet à Ivna Chérie, 11 ans, d’oublier la violence à Haïti
Port-au-Prince, Haïti – Un samedi matin, alors qu’il fait une chaleur étouffante et que beaucoup de Haïtiens se réfugient à l’ombre, Ivna Chérie joue au football avec ses condisciples sur le terrain d’un stade abandonné aux abords de la capitale, Port-au-Prince.

Thamamoun Vejakul, 14 ans, trouve dans le football le moyen d’échapper à ses persécuteurs en Thaïlande
Khao Lak, Thaïlande – Sous une pluie battante, Thamamoun et ses coéquipiers se mettent en file comme de coutume avant de monter sur le terrain et d’aller serrer la main de leurs adversaires avant le début du match.

Abbas Jazzi, 16 ans, vit pour le foot dans un quartier dangereux en Iran
Téhéran, Iran – A six heures, le vendredi matin, la plupart des adolescents sont encore profondément endormis et ne se réveilleront pas avant quelques heures. Mais Abbas Jazzi, 16 ans, n’a pas le temps de dormir.  Le vendredi a beau être la journée de repos en République islamique d’Iran, Abbas, lui, n’a qu’une idée en tête : perfectionner sa technique sur le terrain de foot.

Le football est porteur d’espoir pour Zhang Kai, 16 ans, et d’autres anciens enfants des rues en Chine
Zheng Zhou, Chine – Zhang Kai, seize ans, rêvait de beaucoup de choses, mais après le divorce de ses parents, il s’est retrouvé seul et sans ressources dans cette ville de sept millions d’habitants.


 

 

 

 Version imprimable

Recherche

 
UNICEF - FIFA World Cup 2006 - UNITE FOR PEACE