Soudan

Les agences de l'ONU expriment leurs préoccupations à propos de l'aide humanitaire au Soudan

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2005-0994/Haviv
Un garçon en train de se laver les mains avec un récipient d'eau et une savonnette après avoir utilisé une latrine installée sous une tente dans le camp pour personnes déplacées d'Al-Riyad à l'ouest du Darfour, en 2006.

NEW YORK, États-Unis, 9 mars 2009 – L'UNICEF et plusieurs autres agences de l'ONU sont extrêmement préoccupées de la récente décision du  gouvernement soudanais de suspendre les activités de 16 Organisations non gouvernementales (ONG) au Soudan.

 VIDÉO : regarder maintenant

« Si l'aide pour la survie que fournissaient ces ONG n'est pas reprise rapidement, cela aura très vite un impact durable et profond sur le bien-être de millions de citoyens soudanais. Il n'est en aucun cas possible, dans un délais raisonnable, de remplacer les capacités et l'expertise développées sur le long terme par ces ONG, » ont déclaré les agences de l'ONU dans une déclaration conjointe.

Ces suspensions ralentissent et, dans certains cas, interrompent des opérations humanitaires indispensables et cruciales pour la survie de la population ainsi que des programmes de développement dans d'autres parties du Soudan.

« Ces programmes de survie ne doivent pas s'arrêter, » a déclaré le Directeur des opérations d'urgence de l'UNICEF Louis-Georges Arsenault. « C'est une crise humanitaire qui ira en se développant, et cela conduira à une mort certaine des enfants et des femmes si nous ne pouvons plus soutenir ces opérations. »

Impact sur les femmes et les enfants

La suspension des activités aura un grave impact sur les capacités de l'UNICEF à aider les femmes et les enfants touchés par les violences actuelles et la sécheresse. La plus grande partie du travail de l'organisation au Soudan est effectuée en partenariat avec des ONG qui ont vu leurs autorisations annulées et sont donc actuellement incapables de mener leurs opérations.

L'UNICEF redoute que cela désorganise sérieusement des opérations d'importance vitale comme l'approvisionnement en eau, l'assainissement, les soins de santé, la nutrition, l'enseignement et la protection de milliers de personnes vulnérables.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2006-2193/Cranston
Un enfant passant devant un hélicoptère de l'ONU amenant des fournitures scolaires dans le sud du Darfour, au Soudan, en 2005.

Selon la déclaration conjointe – publiée par l'UNICEF, le Haut commisariat aux réfugiés (HCR),  le Centre logistique commun des Nations Unies, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le bureau pour la Coordination des Affaires humanitaires – les organisations suspendues représentent plus de la moitié des capacités de l'ensemble de l'aide humanitaire au Darfour.

Une question d'urgence

Tandis que l'UNICEF est à la recherche d'alternatives pour s'assurer que les programmes en faveur des enfants et des femmes puissent se poursuivre au Darfour et ailleurs, l'organisme a repris l'appel lancé par le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon demandant  que les ONG  retrouvent l'intégralité de leur statut opérationnel comme une question d'urgence.

Le Darfour constitue l'une des plus graves crises humanitaires du monde. Les femmes et les enfants sont particulièrement éprouvés par les déplacements et la violence de ce conflit interminable.

Selon la déclaration conjointe de l'ONU, les organisations suspendues fournissent une aide essentielle à la survie de 4.7 millions de personnes pour le seul Darfour.

 


 

 

Vidéo (en anglais)

6 mars 2009 : le Directeur des opérations d'urgence de l'UNICEF Louis-Georges Arsenault s'entretient des préoccupations  de l'UNICEF face à la situation de l'aide humanitaire au Soudan.  VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche