Afrique australe - Pays en crise

Malawi

Image de l'UNICEF
Cette carte ne reflète pas une position de l’UNICEF sur le statut légal des pays et territoires représentés ou sur la délimitation de leurs frontières.

La crise humanitaire actuelle au Malawi est complexe et exige une approche intégrée : il faut résoudre le problème de la sécurité alimentaire tout en s'attaquant aux facteurs qui aggravent la vulnérabilité de la population, en particulier les femmes et les enfants.

  • Le VIH/SIDA a rendu orphelins 400 000 enfants de moins de 15 ans. Beaucoup ont été pris en charge par des parents qui connaissent eux-mêmes des difficultés économiques.
  • Les ménages ayant un enfant à leur tête sont en augmentation.
  • Malnutrition aiguë, avec rapport isolés de décès. La malnutrition aggrave le risque d'attraper 50 pour cent des maladies infectieuses et augmente le nombre de décès quand elle s'ajoute à des maladies comme le choléra, surtout au sein de la population la plus vulnérable.
  • Manque aigu de personnel et d'équipement de base dans la plupart des centres sanitaires.
  • La situation est grave pour la majorité de la population rurale. Plus de 65 pour cent des habitants du Malawi vivent en-dessous du seuil de pauvreté et en 2000, les indices de pauvreté humaine et de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) classait le pays dans les 7 pour cent les plus bas.

La crise alimentaire est due à un certain nombre de facteurs, y compris une pauvreté chronique, la monoculture et des conditions météorologiques défavorables. D'autres facteurs comme la malnutrition chronique, un système sanitaire qui a du mal à lutter contre les maladies endémiques, des ressources limitées, et le fardeau de plus en plus lourd du VIH/SIDA ont aggravé la situation.

La prévalence du VIH/SIDA est extrêmement élevée au Malawi. Environ 16,4 pour cent des personnes âgées de 15 à 49 ans sont séropositives et le virus est responsable d'environ 70 pour cent des décès en hôpitaux.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ02-0258/Vitale
Une femme portant un bébé sur le dos et tenant un jeune enfant par la main et deux fillettes plus âgées ramènent des sacs de maïs provenant de la ferme où elles travaillent en échange de nourriture au village de Chipumi au Malawi.

Le VIH/SIDA s'ajoute à la crise alimentaire pour former un cercle vicieux : une malnutrition croissante affaiblit la résistance des séropositifs aux infections opportunistes et réduit donc la main d'œuvre disponible pour les travaux agricoles ou autres. Cela veut dire qu'il sera d'autant plus problématique pour les familles touchées de se remettre de la crise.

L'ONU a organisé une série de missions en avril et début mai, suivies par des missions d'évaluation sur le terrain par ses diverses agences : l'UNICEF a évalué le statut nutritionnel, l'eau et l'assainissement, l'éducation et la protection ; l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont évalué les récoltes et les réserves alimentaires. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) couvrait le secteur de la santé.

Initiatives prévues par l'UNICEF pour résoudre les différents problèmes :

 

  • En collaboration avec le ministère de la Santé publique, le PAM et les ONG partenaires, offrir chaque mois des programmes d'alimentation thérapeutique à 4 000 à 6 000 enfants sévèrement malnutris.
    Envoyer les fournitures nécessaire pour l'alimentation complémentaire d'au moins 40 000 femmes et enfants chaque mois.
  • Collaborer avec les donateurs et autres partenaires pour développer des stratégies de récupération nutritionnelle à moyen et long terme.
  • Envoyer aux centres de traitement du choléra des médicaments et autres fournitures de première nécessité. Un important programme de planification préalable au choléra est en cours d'élaboration en coopération avec l'OMS afin de réagir à de futures épidémies. Il comprendra des capacités de surveillance et de réaction. Une formation sera offerte aux travailleurs de la santé et aux centres de santé locaux pour la détection précoce et la conduite du traitement. Il y aura sensibilisation publique accrue à la prévention et au contrôle du choléra par le biais de l'élaboration et de la dissémination de matériaux d'information. Au début de l'année, le Malawi a subi une épidémie de choléra sans précédent avec plus de 33 000 cas et près de 1 000 décès.
Domaine
Agence principale
Montant (US$)
Assistance alimentaire
PAM
135,045,868
Agriculture
FAO
1,594,600
Santé
OMS
2,931,143
Nutrition, eau et assainissement, éducation, protection de l'enfance
UNICEF
3,539,900
Coordination des services de secours, fonds pour le renforcement des capacités
PNUD
1,229,600
TOTAL
 
144,341,111

Les agences des Nations Unies réclament 144.341.111 dollars pour répondre aux besoins les plus urgents


 

 

Recherche