Afrique australe - Pays en crise

Lesotho

Image de l'UNICEF
Cette carte ne reflète pas une position de l'UNICEF sur le statut légal des pays et territoires représentés ou sur la délimitation de leurs frontières.

Au Lesotho, près d'un demi-million de personnes sur une population totale de 2,2 millions d'habitants est confronté à une crise humanitaire pour laquelle une assistance immédiate est requise de la communauté internationale.

 

  • 85 000 enfants de moins de cinq ans ont besoin d'une alimentation complémentaire d'urgence.
  • 62 500 enfants de moins de cinq ans auront besoin d'une aide alimentaire ciblée en 2002/2003.
  • 30 000 enfants auront sans doute besoin d'alimentation thérapeutique pendant les 12 mois à venir.
  • Environ 444 800 personnes, soit 32,4 pour cent de la population rurale ou 21 pour cent de la population totale, auront besoin d'une aide alimentaire ciblée en 2002/2003.
  • Environ 4 000 ménages et une quarantaine d'école ont besoin d'améliorations urgentes de leurs installations sanitaires.
  • Environ 2 000 ménages et une vingtaine d'écoles doivent améliorer leur approvisionnement en eau pour éviter le risque de maladies hydriques ou liées à l'assainissement.

Le Lesotho est l'un des pays les plus pauvres de la planète. Avec un revenu par habitant de 415 dollars en 1999, il se range parmi les 49 pays les moins avancés et l'indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le Développement le classe 120ème sur 162. Le taux de croissance économique est très bas et environ 58 pour cent de la population se débattent sous le seuil de pauvreté.

Les progrès accomplis en termes de développement humain et d'atténuation de la pauvreté ces dernières décennies sont rapidement anéantis par l'une des plus graves pandémies de VIH/SIDA au monde. Le taux national de prévalence serait de 31 pour cent, avec plus de 40 pour cent dans le district de la capitale Maseru. La pandémie menace les secteurs productifs de l'économie, les services sociaux et le tissu social dans son ensemble.

Depuis quelques années, on constate un net déclin de la production agricole dont 80 pour cent de la population dépendent. En 2002, le rendement agricole ne dépasserait pas 60 pour cent du rendement normal et c'est la deuxième fois en suivant que la récolte est réduite de façon significative.

La crise alimentaire est aggravée par une augmentation de 14 pour cent du prix du pain et des denrées céréalières entre janvier et février 2002 et la multiplication par deux du coût de la farine de maïs tamisée ou non depuis juin 2001. Ce sont les familles les plus pauvres qui sont le plus durement touchées.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ00-0740/PIROZZI
Un bébé et sa mère sont assis dans un champ devant un centre pour mères célibataires et leurs enfants soutenu par l'UNICEF près de Maseru, la capitale du Lesotho. Le centre offre des cours d'alphabétisation et un apprentissage pour des activités comme la

L'objectif de l'Appel inter-agences des Nations Unies est d'aider le gouvernement à répondre aux besoins humanitaires du segment de la population le plus durement touché par la crise. Les fonds couvriront les besoins en aide alimentaire d'urgence et répondront aux graves problèmes en matière de santé et de nutrition, d'agriculture, et d'eau et d'assainissement. L'aide sera fournie sans condition, exclusivement en fonction des besoins humains. On accordera une attention particulière aux groupes les plus vulnérables ou exclus socialement, y compris les personnes âgées et les ménages ayant une femme ou un enfant à leur tête.

Priorités de l'UNICEF

  • Fournir immédiatement une alimentation complémentaire à 85 000 enfants ainsi qu'une alimentation thérapeutique à 30 000 enfants de plus au cours de l'année à venir.
  • Fournir un appui nutritionnel à 75 000 femmes enceintes ou allaitantes, y compris des oligo-éléments et du sel iodé.
  • Mener une coalition d'ONG pour aider le gouvernement à répondre aux besoins alimentaires des populations vulnérables, en particulier les enfants de moins de cinq ans.
  • Aider ses partenaires à améliorer la détection précoce et la gestion efficace des maladies infantiles.
  • Aider le gouvernement à accélérer les vaccinations de routine contre la rougeole dans les zones ciblées.
  • Renforcer les capacités des agents sanitaires, des organisations communautaires et des ONG pour la mise en place de systèmes de surveillance nutritionnels et sanitaires.
  • Tenter de garantir aux enfants touchés un semblant de vie normale par le biais de l'éducation. L'UNICEF, en collaboration avec le ministère de l'Education et d'autres partenaires, s'occupe des besoins les plus urgents, comme l'absence de fournitures scolaires, de manuels, d'enseignants et d'activités récréatives.
  • Mener une évaluation rapide des besoins pédagogiques et psychologiques des enfants dans les zones touchées.
  • Continuer d'aider à installer des salles de classe et à prévoir des matériaux d'entreposage, à construire des installations pour l'eau et l'assainissement, et à former jusqu'à 1000 enseignants à des programmes pédagogiques et psychosociaux comme l'éducation à l'hygiène et la sensibilisation à la prévention du VIH/SIDA.

 

 

Recherche