En bref: Philippines

L'UNICEF vient en aide aux communautés des Philippines dévastées par la tempête tropicale Washi

Image de l'UNICEF
© UNICEF Philippines/2011/Maitem
Une communauté détruite à Cagayan de Oro aux Philippines, après le passage dévastateur de la tempête tropicale Washi dans le sud du pays.

MANILLE, Philippines, 19 décembre 2011 – Plus de 600 personnes ont été tuées, et des centaines d'autres sont portées disparues, après les soudaines inondations qui ont dévasté le Nord et l'Ouest de l'île de Mindanao, dans le sud de l'archipel des Philippines.

Le désastre est intervenu dans la foulée de la tempête tropicale Washi, qui a frappé le pays le 16 décembre, déversant l’équivalent de plus d'un mois de pluies en à peine 12 heures, ce qui a provoqué des destructions en cascade.

Les glissements de terrain et les inondations qui ont suivi, ont réduit les maisons en tas de bois et d’aluminium froissé. D'autres maisons - et leurs occupants - ont été emportés jusqu'à la mer. Des charniers ont été préparés pour y déposer les corps en rapide décomposition sous la chaleur tropicale. Beaucoup de cadavres demeurent non identifiés.

L’UNICEF intervient pour assister approximativement 10 000 familles touchées par la catastrophe, dont 8100 familles qui ont déjà pu être abritées dans les centres d'évacuation surpeuplés. 

« Besoin d'un solide soutien »

On considère que plus d’une centaine de milliers de personnes seraient affectées. Des évaluations en cours sont conduites avec les agences partenaires des Nations Unies et en liaison avec le Gouvernement, afin de déterminer l’ampleur des besoins dans les zones sinistrées.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Philippines/2011/Maitem
À Iligan aux Philippines, Marisa Legkina porte Marry, sa fille âgée de 4 mois, hors de leur maison détruite.

Il est déjà clair qu'une des priorités immédiates est de rétablir l'accès à l'eau potable et aux installations sanitaires. En raison de la destruction des réseaux d'alimentation en eau dans les deux villes de Cagayan d'Oro et d’Iligan, les plus affectées, la grande majorité des résidents vit aujourd’hui sans eau potable et sous la menace d’une diffusion des maladies d’origine hydriques.

L'UNICEF focalise aussi son attention sur la santé et l'état nutritionnel des enfants, particulièrement les moins de cinq ans, et travaille pour assurer leur protection dans les centres d'évacuation et les communautés affectées par la catastrophe.

« Nous sommes choqués et profondément attristés par l'importance des pertes en vies humaines, mais nous devons maintenant tourner notre attention vers  les besoins des nombreux enfants qui aujourd'hui n'ont plus de toit ni même de famille, » a déclaré Trevor Clark, le chef du bureau de l'UNICEF à Mindanao. « Ils vont avoir énormément besoin de notre aide dans les prochains jours et les semaines à venir, pour rester en bonne santé, être protégés et parvenir à se remettre de cette expérience traumatisante ».

L'aide de l'UNICEF

L'UNICEF a réparti ses fournitures à l'ensemble des zones affectées, comprenant : des aliments thérapeutiques pour traiter la malnutrition; des kits pour veiller à ce que l'eau potable destinée à la consommation soit sans danger ; des kits contenant du savon, des brosses à dents et des founitures pour  l'hygiène corporelle ; des tentes et des bâches pour servir d'abri provisoire ; de la vitamine A pour augmenter l'immunité des mères et de leurs enfants en bas âge ; de matériaux didactiques vantant les mérites de l'allaitement maternel afin de réduire le taux de mortalité lié à des maladie et à une eau insalubre ; et des trousses de jeux pour redonner aux enfants une impression de normalité.

À la demande du Gouvernement des Philippines, Les Nations Unies préparent actuellement un appel de fonds éclair conjoint pour venir en aide aux familles affectées par la catastrophe. L'UNICEF prépare aussi l'envoi d'une aide humanitaire supplémentaire, et d'autres actions seront annoncées en fonction de l'évolution de la situation.

Ce désastre intervient seulement six mois après la crise provoquée par la crue précédente à Mindanao, quand les pluies de mousson ont inondé la plus grande partie de l'île, déplaçant environ 800 000 personnes.


 

 

Recherche