En bref: Pérou

Une semaine après le séisme au Pérou, il faut davantage d’aide pour répondre aux besoins essentiels des survivants

Image de l'UNICEF
© Reuters/Castro-Mendivil
Après le séisme, un jeune garçon qui a survécu examine des débris dans une rue de Pisco, à proximité de l’épicentre du violent tremblement de terre qui a frappé le Pérou le 15 août.

Par Kun Li

NEW YORK, États-Unis, 22 août 2007 – « Je regardais la télé dans ma chambre lorsqu’il y a eu soudain une coupure de courant » se rappelle Ivan, un péruvien de 11 ans, qui a survécu au séisme.

« Nous avons essayé d’aller dehors, mais c’était impossible, à cause de toutes ces saletés et de cette poussière », a-t-il raconté. « Finalement, nous sommes sortis. Je suis ici avec ma petite sœur, ma tante, ma maman, nous sommes tous désespérés. »

Le 15 août, ce violent tremblement de terre a frappé le Pérou, touchant plus de 85 000 personnes dans la partie méridionale du pays. D’après l’Institut national de défense civile du Pérou, un organisme public, il y a eu 513 morts, 1 090 blessés et 37 521 familles sans-abri dus à ce séisme.

Image de l'UNICEF
© La República
Un petit garçon blessé dans le séisme reçoit des soins médicaux sous l’une des tentes dressées par le Ministère de la santé.

Pisco, la ville où habitait Ivan, était située à l’épicentre. Environ 85 pour cent des logements de la ville ont été gravement endommagés ou détruits. Au moins 200 personnes ont été ensevelies sous les décombres d’une église historique où elles assistaient à un office.

L’aide humanitaire arrive

« Nous avons tout perdu, il ne nous reste plus rien, nous n’avons plus de toit », a déclaré le lendemain du tremblement de terre Esperanza Micma, une habitante de Pisco, qui est désespérée. « Jusqu’à présent, personne ne nous a donné d’eau ni de quoi manger. Nous n’avons pas pris de petit déjeuner depuis hier, même pas nos bébés ».

Image de l'UNICEF
© La República
Dans la communauté d’El Bosque à Pisco, un groupe d’enfants demande de l’aide après le séisme.

Au bout d’une semaine, des villes durement touchées telles que Pisco et Ica souffrent encore de pénuries d’eau, et sont privées d’électricité et d’assainissement. Afin d’aider les communautés dans le besoin, une mission conjointe des Nations-Unies est sur le terrain et coopère avec le gouvernement pour apporter une aide humanitaire.

Le responsable santé pour l’UNICEF au Pérou, Mario Tavera, a effectué une tournée dans les secteurs les plus touchés avec l’équipe des Nations-Unies.

« Ce sont les plus pauvres qui ont été les plus touchés dans la région » a-t-il indiqué. « En effet, presque tous les logements qui se sont effondrés étaient faits de blocs de boue séchée qui n’ont pas résisté au séisme – et ces maisons appartenaient toutes à des pauvres. »

Image de l'UNICEF
© La República
Un groupe d’enfants avec leurs mères passent la nuit dans le principal jardin public d’Ica, au Pérou, dans les heures qui suivent le tremblement de terre.

Les besoins de base des survivants

Dans la ville de Pisco ravagée, M. Tavera a ajouté : « La population a également besoin de disposer d’eau salubre, de bénéficier d’assainissement, d’un bon ramassage des ordures et d’une information adéquate en matière de prévention sanitaire. Les enfants ont besoin d’un accès à l’éducation et qu’on se préoccupe de leur état mental et psychologique ».

Afin de contribuer à protéger les enfants contre les maladies d’origine hydrique, l’UNICEF a fourni dans la zone du séisme du chlore, des bidons et des citernes d’eau, ainsi que des comprimés de purification de l’eau. Outre ces approvisionnements déjà effectués, l’organisation prévoit la fourniture de 500 000 comprimés de chlore et de 3 000 bidons d’eau qui seront distribués par le Ministère de la santé.

Pour la phase de redressement et de reconstruction de son intervention face à cette catastrophe, l’UNICEF travaille avec le Ministère de l’éducation à l’évaluation des conséquences du séisme sur les écoles.

Mais pour le moment beaucoup de personnes ayant survécu au séisme ont des besoins de base qu’il faut absolument satisfaire. « Ils sont encore très nombreux à dormir dans les rues », a dit M. Tavera, « aussi je crois que notre priorité est à présent d’offrir un abri à ces gens ».


 

 

Vidéo (en anglais)

24 aaoût 2007 :
Mario Tavera 
fonctionairede
la santé de l'UNICEF au Pérou parle sur la situation des femmes et des enfants dans la zone frappé par le séisme.
  VIDEO  haut | bas

22 août 2007 :
La correspondante de l’UNICEF, Kun Li, décrit les ravages et les souffrances causés par le violent séisme qui a frappé le Pérou le 15 août.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche