Pakistan

Des enfants suivent des cours dans un centre d’éducation temporaire mis en place par l’UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan

Par Malcolm Brabant

DISTRICT DE LAYYAH, Pakistan, 6 avril 2011 – Les catastrophiques inondations de l’été dernier au Pakistan ont entraîné un changement d’attitude concernant la décision d’envoyer ou non les filles à l’école.

VIDÉO (en anglais) : Malcolm Brabant, de l’UNICEF, fait le point sur le changement d’attitude relatif à l’éducation des filles dans le Pakistan rural.  Regarder dans RealPlayer

 

Les inondations qui ont affecté le bassin de l’Indus, depuis les contreforts himalayens jusqu’à la mer d’Arabie, ont endommagé environ 10 000 écoles, dont plus d’un tiers ont été complètement détruites.

Dans les régions rurales, des milliers de parents refusaient traditionnellement d’envoyer leurs filles à l’école. Mais les inondations les ont contraints à quitter leurs villages pour d’autres régions équipées de centres d’apprentissage temporaires mis en place par l’UNICEF, afin de tenter de minimiser l’impact de la catastrophe sur l’éducation des enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des enfants suivent des cours dans un centre d’éducation temporaire mis en place par l’UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan

Leur premier contact avec l’enseignement a été extrêmement encourageant, explique Karen Allen, représentante adjointe de l’UNICEF au Pakistan.

« Nous avons constaté un véritable élan de motivation chez les petites filles mais aussi chez les parents, qui ont pensé : « peut-être que nous devrions envisager d’envoyer nos filles à l’école puisque cela les rend heureuses et qu’elles y apprennent des choses vraiment utiles », continue Karen Allen.

Elle ajoute que ce changement de perception avait de fortes chances de se conforter lorsque les enfants rentreraient chez eux.

L’enseignement axé sur les enfants

Noor Khatoon, 11 ans, du district de  Dadu dans la province du Sindh, m’a montré son école déclarée dangereuse suite aux inondations. Dans sa classe, une pile de manuels noircis et moisis sont empilés dans un placard.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
De nombreuses filles ont accès pour la première fois à l’enseignement grâce aux centres d’éducation temporaires appuyés par l’UNICEF, comme ici dans le district de Dadu, dans la province du Sindh au Pakistan.

Sur le terrain de jeux, de plus jeunes élèves suivent des cours sous la tente d’un centre d’éducation temporaire. « Je veux que mon école soit reconstruite pour pouvoir retourner à l’école », explique Noor.

L’UNICEF cible 1,3 million d’enfants de quatre à douze ans avec des activités d ‘éducation, et souhaite renforcer les établissements scolaires en formant plus de 12 000 enseignants. A ce jour, les centres d’apprentissage temporaires de l’UNICEF ont atteint environ 240 000 enfants et plus de 4000 professeurs ont été formés grâce à des méthodes d’enseignement axées sur les enfants.

Plus au nord, dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, Aqsa Rehman, 9 ans, se balance joyeusement d’avant en arrière dans un centre d’éducation temporaire en plein air en lisant à voix haute un livre de poche tout en suivant les mots avec son doigt.

L’éducation d’Aqsa a été très perturbée par les inondations qui ont détruit son école. Depuis, elle a commencé les cours dans les centres d’éducation temporaires et lit désormais avec l’assurance d’une élève de CM1.

« Nous viendrons à l’école même si c’est un combat », affirme Aqsa. « Nous étudierons et nous deviendrons des soldats dans l’armée. Nous aiderons la population en remplaçant tout ce qu’elle a perdu dans les inondations ».

L’investissement pour l’avenir

Le père d’Aqsa, Haji Abdur Reahman, travaille dans un marché à Karachi, à des centaines de kilomètres de sa famille. Neuf de ses dix enfants vont à l’école.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Mohammad Haseeb, 5 ans, élève de CP, récite l’alphabet dans un centre d’éducation temporaire au sud du Pendjab, au Pakistan.

« Je les élève de manière à leur procurer un avenir brillant et une vie confortable », explique-t-il. « Lorsque les filles se marieront, leur belle famille les traitera avec respect ».

En étendant le linge, la tante d’Aqsa, Iqbal Bibi, semble pensive mais déterminée en expliquant que l’éducation des enfants peut permettre une vie meilleure. 

« Nous avons à peine de quoi manger et de quoi nourrir les enfants, mais nous les envoyons quand même étudier pour qu’ils puissent devenir de meilleures personnes et tirer un trait sur la pauvreté », explique-t-elle.

Pour l’UNICEF et les autorités pakistanaises, le plus gros défi se situe dans la province de  Khyber Pakhtunkhwa (KP) et les zones tribales sous administration fédérale, où les Taliban mènent une violente campagne contre l’éducation des filles et des garçons.

Un total de 710 écoles ont été bombardées à KP au cours des deux dernières années, et plus de 640 écoles ont été détruites ou endommagées à Malakand, la région la plus touchée de la province.


 

 

Inondations au Pakistan

Au Pakistan, les familles déplacées par les nouvelles inondations font face à un avenir incertain
avec vidéo

L'UNICEF appuie la lutte contre la malnutrition infantile dans les districts pakistanais ravagés par les inondations
avec vidéo

L’UNICEF aide à reconstruire une école dans un village du nord-ouest du Pakistan ravagé par des inondations
avec vidéo

Des services de santé améliorés pour les mères et les nouveau-nés dans les villages touchés par les inondations au Pakistan
avec vidéo

L'histoire d'Ejaz : ce jeune garçon garde espoir après les inondations du Pakistan
avec vidéo

Les cliniques mobiles protègent les enfants contre la malnutrition au Pakistan après les inondations
avec vidéo

Des enfants suivent des cours dans un centre d'éducation temporaire mis en place par l'UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan
avec vidéo

Au Pakistan, l'UNICEF et ses partenaires apportent une assistance vitale malgré l'hiver rigoureux
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations de 2010, les enfants et les familles sont confrontés à des défis de plus en plus grands
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la situation reste désespérée
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la malnutrition frappe durement les zones affectées
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations et le conflit, les écoles de la vallée de Swat accueillent de nouveau les enfants
avec vidéo

Toutes les nouvelles
sur le Pakistan

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche