Pakistan

Les femmes et les enfants affectés par les inondations dans le nord-ouest du Pakistan ont besoin d’une aide d’urgence pour survivre

Par Shandana Aurangzeb Durrani

PESHAWAR, Pakistan, 9 août 2010 – « J’ai passé quatre nuits en haut d’un arbre, » raconte Araba Bibi, âgée de 70 ans, une veuve du village de Jala Bela, à la périphérie de Peshawar, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, au nord-ouest du Pakistan, qui a été ravagée par les inondations.

VIDÉO (en anglais) : 6 août 2010 - Le reportage de la correspondante de l'UNICEF, Chris Niles, sur la crise humanitareon grandissante dans les zones inondées du nord-ouest du Pakistan.

 

Ces inondations ont entraîné des destructions très étendues ici et dans d’autres provinces, affectant au total environ 6 millions de personnes, selon les estimations des Nations Unies. L’organisation gouvernementale pakistanaise chargée des secours a publié aujourd’hui des estimations plus élevées, indiquant qu’au moins 12 millions de personnes avaient subi l’impact de la catastrophe.

« L’UNICEF renforce son action de secours au profit des millions de personnes affectées par les inondations au Pakistan, » déclare le représentant de l’UNICEF au Pakistan, Martin Mogwanja. « Parmi elles, il y a de nombreux enfants particulièrement vulnérables à la maladie et aux conditions actuelles très difficiles. Ils ont besoin d’eau, de médicaments, de nourriture et d’un abri, de façon urgente. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1565/Zaidi
Dans le nord-ouest de la province de Khyber-Pakhtunkhwa, au Pakistan, une petite fille, portant de l’eau en bouteille, traverse une étendue de boue, laissée par les eaux de l’inondation en se retirant.

M. Mogwanja, qui est le coordinateur humanitaire des Nations Unies au Pakistan, ajoute que « les choses vont probablement encore empirer avant de voir le début d'une amélioration. Nous travaillons à toute vitesse afin de répondre aux besoins les plus urgents des populations sinistrées. »

« Il ne reste plus rien »

Il y a une semaine, lorsque les inondations ont frappé et que le niveau de l’eau a grimpé de près de 3 mètres, les femmes et les enfants de Jala Bela ont été évacués au milieu de la nuit vers des lieux situés plus en hauteur. Araba Bibi n’a pas pu courir, si bien que des hommes du village ont fait un lit de jute dans les branches d’un arbre et ils y ont mis Araba Bibi.

« Ma maison n’existe plus. Il ne reste plus rien, » dit-elle. « Regardez mes pieds, ils sont en sang car je n’ai pas de sandales. Mes vêtements sont atrocement sales. »

Madame Bibi a des larmes dans les yeux lorsqu’elle explique que sa maison de pisé est détruite et que ses affaires sont enfouies dans la boue. 

Soins et protection

Près de quatre-vingt pour cent des maisons de Jala Bela et des villages environnants ont subi le même sort. Les familles vivent sous des tentes de fortune en bord de route, pleinement exposées à la chaleur et à l’intense humidité.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010/Jameel
Araba Bibi, âgée de 70 ans, une veuve de Jala Bela, un village à la périphérie de Peshawar, au nord-ouest du Pakistan, se tient près de son logement, détruit par les récentes inondations.

Ajmal, 17 ans, vient du village voisin d’Islamabad. « Nous avons été inondés à 3 heures du matin, » nous raconte-t-il. « Tout ce que nous avons pu faire, c'était de nous sauver. »

Comme leur maison a été emportée par les eaux, Ajmal et ses six jeunes frères et soeurs vivent à présent sous une tente, alors que leurs parents, pendant ce temps-là, sont repartis au village pour essayer d’organiser des conditions de vie permettant un retour de la famille.

L’histoire de Madame Bibi et celle d’Ajmal montrent que ce sont les femmes et les enfants qui sont les plus touchés dans les premières phases d’une situation d’urgence telle que celle que connaît le Pakistan avec ces inondations catastrophiques. Aujourd’hui, des millions de femmes et d’enfants de la zone inondée ont besoin de soins et de protection spécifiques.

Le préjudice subi par les communautés

Le niveau de l’eau baisse lentement dans des villages tels que Jala Bela, qui ont été touchés par les pires inondations ayant frappé le pays en 80 ans. Les eaux ont détruit ou endommagé 160 000 maisons dans la seule province de Khyber Pakhtunkhwa.

 Il est douloureux de voir l’impact de la catastrophe sur le visage des villageois qui reviennent des hauteurs et voient que leurs logements ont été rasés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010/Jameel
À Jala Bela, un village du nord-ouest du Pakistan, un acheminement d’eau par camion-citerne, aidé par l’UNICEF, permet à des familles affectées par les inondations d’avoir accès à de l’eau potable et contribue à la prévention des flambées épidémiques de maladies d’origine hydrique.

« Chaque village sur la route a connu la même tragédie. Il ne reste plus rien; » dit Iftikhar Ahmad, un ancien agent de l’administration du secteur. « Nos récoltes, notre bétail et nos logements [ont disparu], il n’y a pas de provisions de nourriture ; en ce qui concerne l’eau, toutes les sources sont touchées et contaminées, alors que les enfants souffrent de maladies de peau et ont des maux d’estomac. »

« Nous avons un urgent besoin de tentes, » ajoute M. Ahmad d’une voix trahissant son épuisement. « Il nous faut de l’eau potable et des services médicaux. Nous sommes désespérés. Nous vous demandons de nous aider à sauver nos enfants. »

Priorité d’accès à l’aide

Il est maintenant essentiel, afin d’éviter de potentielles flambées épidémiques chez les survivants, en particulier la propagation de maladies diarrhéiques mortelles chez les jeunes enfants, de fournir de l’eau potable aux familles dont l’approvisionnement en eau a été endommagé par les inondations. À Jala Bela et dans les villages environnants, le partenaire de l’UNICEF qui est son agent de réalisation, l’organisation non gouvernementale SSD, distribue de l’eau potable et des kits d’hygiène pour les familles.

Les ménages dirigés par des femmes et ceux qui ont des enfants sont prioritaires pour l’accès à l’eau potable et à d’autres services permettant de sauver la vie.

Image de l'UNICEF
© REUTERS/Aziz
Des frères et soeurs assis dans les décombres de leur maison, détruite par les terribles inondations, à Nowshera, dans la province de Khyber-Pakhtunkhwa, au Pakistan.

L’UNICEF apporte aussi son aide aux efforts du gouvernement pour la réhabilitation des systèmes d’approvisionnement en eau dans les zones touchées par les inondations. Jusqu’à présent, environ 700 000 personnes dans la province de Khyber Pakhtunkhwa ont à nouveau accès à l’eau potable grâce à la restauration de 91 puits tubulaires et à l’acheminement de l’eau par camion-citerne. Des trousses d’hygiène, des filtres à eau, du savon, des seaux et des bidons sont également distribués aux familles dans le besoin.

En outre, l’UNICEF et ses partenaires diffusent des messages relatifs à la santé et à l’hygiène pour la prévention des maladies d’origine hydrique par différents canaux, dont le bouche à oreille, la radio, les journaux, les brochures et autres imprimés, les bannières et les annonces faites à la mosquée.

Afin de satisfaire les besoins immédiats notamment en eau, en assainissement et en hygiène de la population touchée du nord-ouest du Pakistan, l’UNICEF a lancé un appel pour un montant de 47,3 millions de dollars É.-U. afin de financer ici les opérations de secours suite aux inondations.

Tim Ledwith a contribué à la rédaction de cette histoire depuis New York.


 

 

Inondations au Pakistan

Au Pakistan, les familles déplacées par les nouvelles inondations font face à un avenir incertain
avec vidéo

L'UNICEF appuie la lutte contre la malnutrition infantile dans les districts pakistanais ravagés par les inondations
avec vidéo

L’UNICEF aide à reconstruire une école dans un village du nord-ouest du Pakistan ravagé par des inondations
avec vidéo

Des services de santé améliorés pour les mères et les nouveau-nés dans les villages touchés par les inondations au Pakistan
avec vidéo

L'histoire d'Ejaz : ce jeune garçon garde espoir après les inondations du Pakistan
avec vidéo

Les cliniques mobiles protègent les enfants contre la malnutrition au Pakistan après les inondations
avec vidéo

Des enfants suivent des cours dans un centre d'éducation temporaire mis en place par l'UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan
avec vidéo

Au Pakistan, l'UNICEF et ses partenaires apportent une assistance vitale malgré l'hiver rigoureux
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations de 2010, les enfants et les familles sont confrontés à des défis de plus en plus grands
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la situation reste désespérée
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la malnutrition frappe durement les zones affectées
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations et le conflit, les écoles de la vallée de Swat accueillent de nouveau les enfants
avec vidéo

Toutes les nouvelles
sur le Pakistan

Recherche