Pakistan

Au Pakistan, l’UNICEF aide les femmes et les enfants devenus handicapés à la suite de blessures causées par le séisme

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L’unité pour survivants handicapés du séisme, financée par l’UNICEF dans un hôpital d'Islamabad, fournit de l'équipement spécialisé, des traitements et de la rééducation pour jusqu'à 100 femmes et enfants.

Par Kitty Logan

 ISLAMABAD, Pakistan, 24 mars 2006 – Les personnes qui ont subi de graves blessures à la colonne vertébrale font partie des plus vulnérables des milliers de blessés victimes du tremblement de terre d’octobre dernier. Dans une société où l’on ne parle pas facilement des handicaps, l’UNICEF apporte son appui en aidant l’Institut national des handicapés du Pakistan à créer un service spécialisé.

Nombre de ces blessés sont des femmes et des enfants. Certains d’entre eux ne marcheront plus jamais et il leur faut une aide indispensable, qui n’est, jusqu’à présent, guère disponible dans certaines régions du Pakistan.

« À présent, les choses s’améliorent »

L’UNICEF est en train de créer un centre dont le but est d’aider ces femmes et ces enfants devenus invalides. L’annexe d’un hôpital d’Islamabad, pouvant accueillir jusqu’à 100 patients, offre un appui et une réadaptation spécialisés. Les patients bénéficient d’une physiothérapie intensive et de soins adaptés, de la part d’une équipe importante de médecins et de conseillers.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Parveen, patiente d’une unité pour femmes et enfants handicapés, a été paralysée de la taille vers le bas dans l’effondrement d’un bâtiment pendant le séisme d'octobre dernier au Pakistan. Elle est enceinte, son accouchement est prévu dans un mois.

« Grâce à Dieu, les choses maintenant s’améliorent, grâce à Dieu, ici, on nous a aidés », dit Parveen, une femme enceinte qui est en cours de traitement dans le centre. « Si on nous avait placés ailleurs, nous aurions pu mourir à cause des escarres ».

Le bébé de Parveen n’est pas encore né, mais il a survécu tout au long de ces épreuves, et l’accouchement doit avoir lieu dans un mois. Les médecins prévoient que le bébé sera en bonne santé, mais, selon eux, Parveen ne marchera plus jamais. Le véritable défi, pour elle, sera de retourner dans son village reculé, dans les montagnes.

Des soins au sein de la communauté

Dans le service où Parveen est soignée, une femme occupe le lit en face de celui de Parveen. Elle a été blessée à la colonne vertébrale et elle a déjà accouché. Mais les sentiments qu’elle éprouve sont mélangés.  Pour ces femmes venues de villages très pauvres, généralement, la communauté ne dispose pas d’infrastructures permettant de les aider lorsqu’elles reviendront avec un enfant et handicapées à vie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Sadaf, 13 ans, a été paralysée par une blessure à la colonne vertébrale quand le tremblement de terre a détruit son école. Mais avec de l'aide, elle pourra peut être remarcher.

Mais l’UNICEF, outre la fourniture de soins dans le centre hospitalier d’Islamabad, apporte une assistance permanente dans les communautés d’origine de ces femmes. « Elles bénéficient du traitement intégral, de nourriture, de médicaments, de tout », explique le Dr Imran, Responsable de projet de l’UNICEF, qui supervise ce projet. « Et nous travaillons aussi avec l’OMS et le Ministère de la santé. Lorsque ces malades rentreront dans leur communauté, nous avons pour objectif  de les faire bénéficier d’un système de réinsertion à base communautaire, qui n’a jamais existé auparavant ».

L’UNICEF a une autre priorité, celle d’équiper les écoles de telle sorte qu’elles soient en mesure de répondre aux besoins particuliers des enfants handicapés. C’est surtout aux jeunes qu’il faut dispenser des soins à long terme.

Une survivante du tremblement de terre, Sadaf, 13 ans, a été prisonnière des décombres pendant des heures, après l’effondrement de son école. Lorsqu’on l’a dégagée, elle ne pouvait plus marcher. Mais un certain espoir demeure. Grâce à l’aide de prothèses spéciales sur la partie inférieure de ses jambes, Sadaf a pu se tenir debout. Il y a de bonnes chances qu’avec une thérapie adaptée, elle puisse à nouveau marcher.


 

 

Vidéo (en anglais)

23 mars 2006 :
La correspondante de l’UNICEF, Kitty Logan, décrit les épreuves quotidiennes vécues par les femmes et les enfants qui sont devenus handicapés à vie lors du tremblement de terre catastrophique au Pakistan.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche