État de Palestine

Alors que les services d’eau et d'assainissement s'effondrent, l’UNICEF fournit de l’eau aux abris de Gaza

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/El Baba
Des garçons remplissent des bidons à une fontaine publique dans le secteur de Khan Younis de la bande de Gaza où les services d’eau et d’assainissement s’effondrent à la suite des combats.

NEW YORK, Etats-Unis, 16 janvier 2009 – Après 20 jours d'opérations militaires dans la bande de Gaza, la situation humanitaire s’aggrave, atteignant de nouveaux degrés de détresse.

On estime qu’un demi million d’habitants de Gaza sont aujourd’hui sans eau courante et que cinq cent mille autres disposeraient d’eau potable de façon occasionnelle. Il est difficile de se procurer de la nourriture et de l’électricité. Les bombardements et les pilonnages, qui ont déjà tué plus de 1 100 personnes, dont plus de 350 enfants, se poursuivent.

L’UNICEF a fait parvenir de l’eau, des comprimés pour la purification de l’eau et des bidons à la Croix Rouge palestinienne pour qu’elle les distribue. Davantage de fournitures sont prêtes et seront distribuées lorsque les conditions de sécurité le permettront. Les opérations de secours et les réparations minimales sur les réseaux d’eau et d’assainissement sont ralenties de façon importante par les violences actuelles.

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies fait actuellement fonctionner et approvisionne 49 abris à Gaza dans lesquels vivent environ 45 000 personnes. Tandis que de l’eau potable est parvenue à tous les abris, sauf un, le manque d’accès à l’eau salubre pose de graves menaces sanitaires dans tout le pays. Dans certaines localités, les égouts s’écoulent dans les rues.

« Aucun endroit ne convient aux enfants »
La famille d’‎Amal Younis Diab Zayed, 9 ans, a trouvé refuge dans une école du camp d’Al Shatee, au nord de Gaza. Ils partagent une pièce avec onze autres familles, soit 61 personnes au total.

« Nous sommes venus ici parce qu’il n’y a pas d’eau et pas d’électricité et que nos maisons ont été détruites, » dit-il. « Ce n’est que hier que j’ai pu prendre un bain, pour la première fois depuis le début des bombardements. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/El Baba
Des Palestiniens emplissent des bonbonnes d’eau à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza

Les bâtiments de l’UNICEF se sont également transformés en abri, spécialement pour la responsable de l’éducation de l’UNICEF, Ibtisam Abu-Shammala, et son fils de neuf ans.

« Aucun endroit à Gaza n’est sûr, aucun endroit ne convient aux enfants, » affirme Ibtisam Abu-Shammala. « J’ai eu peur pour mon fils. Je dois m’occuper de sauver mon fils. »

La scolarité interrompue, la vie aussi
Dans le cadre de son travail, Ibtisam Abu-Shammala a aussi exprimé ses préoccupations concernant l’effet à long terme de la crise sur les enfants de Gaza. Les combats ont retardé la rentrée scolaire, à présent reportée à février.

« Ces enfants ne seront pas prêts pour commencer le second semestre ou pour passer les examens du premier, » affirme Ibtisam Abu-Shammala.

L’UNICEF se prépare à fournir du mobilier aux écoles et du matériel pédagogique de remplacement à la suite des dommages importants causés aux infrastructures scolaires.


 

 

Vidéo (en anglais)

16 janvier 2009 : Le reportage de Becca Journey, de l’UNICEF, sur les conditions de vie dans un abri du nord de Gaza
 VIDEO  hautbas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

16 janvier 2009 : Ibtisam Abu-Shammala, responsable de l’éducation de l’UNICEF à Gaza, s’entretient des conditions de vie. qui y règnent
AUDIO
Recherche