Mauritanie

Tandis qu’un nombre toujours croissant de réfugiés maliens arrive en Mauritanie, l’UNICEF intensifie les secours humanitaires

Par Brahim Ould Isselmou et Etienne Yongwe

Tandis qu’un nombre toujours croissant de Maliens arrive au camp de réfugiés de Mbéra, en Mauritanie, l’UNICEF et ses partenaires transposent à plus grande échelle des services vitaux destinés aux réfugiés et aux communautés d’accueil.

Consultez l’Action humanitaire pour les enfants 2013 : Mauritanie (en anglais) 

Consultez le Document général pour l’Action humanitaire pour les enfants 2013 (en français)

CAMP DE RÉFUGIÉS DE MBÉRA, Mauritanie, 19 mars 2013 – La nuit tombe dans le camp de Mbéra et apporte un peu de répit aux réfugiés et agents humanitaires après une dure journée dans cette région torride, sèche et isolée.

Mbéra grouille d’animation. Le camp accueille plus de 75 000 réfugiés venus en Mauritanie pour fuir le conflit qui sévit actuellement au Mali. C’est le plus grand camp de réfugiés jamais établi pour répondre à la crise (encore plus grand que ceux du Burkina Faso et du Niger) et il continue de grandir.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mauritania/2013
La femme de Mohammed et leurs quatre enfants viennent d’arriver au camp de réfugiés de Mbéra, en Mauritanie. On les voit ici dans le centre de transit, où ils ont reçu des soins de base après un voyage éprouvant. Avant même que la famille ne s'installe dans le camp, le petit Mohamed sera soigné pour malnutrition

Les opérations de sauvetage et de secours sont transposées à plus grande échelle de toute urgence afin de répondre aux besoins de base des réfugiés.

Mohamed est soigné pour malnutrition

Mohammed et ses quatre enfants font partie des réfugiés qui sont arrivés au camp début 2013. La décision de quitter leur foyer près de Tombouctou  a été difficile, tant leur avenir était incertain. Ils ont fui et n’ont pris avec eux que ce qu’ils pouvaient porter.

Lorsque la famille est arrivée au centre de transit pour réfugiés de Fassala, juste à la frontière mauritanienne, un bilan de santé des enfants a été réalisé. Le petit Mohamed, âgé de trois ans, a été diagnostiqué comme souffrant de malnutrition et a reçu un traitement, comprenant notamment du lait enrichi.

En l’espace de quatre jours, la famille s’est installée dans le camp de Mbéra, un camp rétabli par l’UNHCR et le Gouvernement mauritanien en 2012. Là, la famille reçoit de l’aide de plusieurs organismes, dont l’UNICEF.

Services en eau, assainissement et hygiène

L’UNICEF travaille en collaboration avec l’UNHCR et ses partenaires pour renforcer les interventions dans le camp de Mbéra et pour répondre aux besoins des réfugiés. Des services humanitaires vitaux sont fournis aux enfants et aux femmes, notamment en matière d’eau, assainissement et hygiène (WASH).

Pour prévenir les maladies, il est crucial de fournir aux populations un accès à l’eau potable, des latrines et du matériel pour l’hygiène. En réponse aux besoins des réfugiés maliens et de la crise nutritionnelle de 2012, l’UNICEF a, dès le mois de novembre, fourni 5 598 kits WASH et diffusé des messages de sensibilisation destinés aux mères, aux fournisseurs de soins et aux enfants souffrant de malnutrition sévère aiguë.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mauritania/2013
Les réfugiés maliens qui viennent d’arriver reçoivent des kits d’eau, assainissement et hygiène. Plus de 75 000 réfugiés maliens vivent dans le camp de Mbéra. L’UNICEF élargit la portée des interventions aux communautés d’accueil qui se trouvent aux alentours du camp.

Les effets des services WASH sont immédiats. D’après Etienne Yongwe, spécialiste WASH de CANADEM, un partenaire en attente des Nations Unies, « les interventions WASH ont un impact positif sur la vie des réfugiés et permettent aux nouveaux venus d’obtenir rapidement les besoins essentiels. Les besoins des femmes et des enfants sont également pris en compte grâce à un service intégré « WASH dans la nutrition » au sein des centres de nutrition. Lorsque l’on travaille en parallèle avec les deux secteurs, on améliore et on renforce les résultats sanitaires pour les enfants ».

Les réfugiés et les communautés bénéficient des actions humanitaires

De même, l’UNICEF tient à élargir la portée des interventions en faveur des communautés d’accueil installées dans les alentours du camp. Il a élargi le programme WASH pour venir en aide aux enfants et aux femmes de la région qui ont également été touchés par la crise nutritionnelle qui sévit dans toute la région du Sahel.

« Les services que nous apportons aux nouveaux réfugiés sont vitaux et renforcent leur résilience; mais nous nous efforçons aussi d’aider les populations locales en adoptant une vision globale afin de répondre aux Principaux engagements pour les enfants, souligne Lucia Elmi, la Représentante de l’UNICEF en Mauritanie. Actuellement, les résultats et les progrès que nous réalisons n’arrivent pas à suivre le rythme des besoins urgents et de plus en plus pressants des enfants en Mauritanie. Nous avons besoin de plus de ressources et davantage de soutien de la part de tous nos donateurs et partenaires. »

Les interventions WASH et « WASH dans la nutrition » sont complémentaires et renforcent les actions en matière de santé, de nutrition, de protection de l’enfant et d’éducation. Ensemble, elles offrent un large éventail de services de secours et de résilience pour les réfugiés et les communautés.

Mohammed et sa famille se sont habitués à la vie dans le camp de Mbéra, et le petit Mohamed se remet peu à peu. Comme beaucoup d’autres enfants dans le camp, il est confronté à un avenir incertain, mais ici, au moins, il est en sécurité et a accès à des services de base. Toute la famille bénéficie désormais d’un ensemble d’interventions intégrées et peut commencer à envisager l’avenir avec espoir.


 

 

Photographie UNICEF : Photo de la semaine

Recherche