En bref : Libye

L'UNICEF et ses partenaires accélèrent leur aide humanitaire en réponse à la crise en Libye

NEW YORK, États-Unis, 3 mars 2011 – Comme des dizaines de milliers de personnes fuient vers l'Égypte et la Tunisie pour échapper à l'escalade du conflit en Libye, l'UNICEF envoie des secours d'urgence pour répondre aux besoins urgents des femmes et des enfants affectés par la crise libyenne. Dans le cadre de ses efforts d'urgence, l'organisation lance un appel de fonds pour un financement additionnel de 7,2 millions de dollars.

VIDÉO (en anglais) : 3 mars 2011 - Le reportage de la correspondante de l'UNICEF Anja Baron sur la crise à la frontière tunisienne et libyenne alors que des dizaines de milliers de personnes fuient le conflit en Libye.  Regarder dans RealPlayer

 

L'UNICEF a publié hier cet appel aux donateur, sous la forme d'un document sur les besoins urgents, en réponse à la violence en Libye et à la menace d'une crise humanitaire plus grave.

Des vols charters devraient atteindre l'Égypte et la Tunisie cette semaine, transportant plus de 160 tonnes d'aide de l'UNICEF, dont des kits d'hygiène, des produits nutritifs et récréatifs pour les enfants affectés par la crise. Le Directeur des programmes d'urgence de l'UNICEF, Louis-Georges Arsenault, est en Tunisie pour coordonner avec les autres agences humanitaires l'aide d'urgence et se faire une meilleure idée de la situation sur place.

« Il règne une véritable confusion à la frontière », déclare Louis-George Arsenault par téléphone. « Il y a quelques jours, les gens attendaient à la frontière pendant quatre heures avant de pouvoir repartir. Maintenant il faut quatre jours et il y a beaucoup de tension ».

Les conséquences de la violence

Les personnels UNICEF des deux pays voisins ont déjà été déployés dans les régions frontalières de Tunisie et d'Égypte afin d'évaluer les besoins des réfugiés et des travailleurs migrants qui fuient les troubles en Libye et afin de leur fournir une aide – ils travaillent en tandem avec les personnels du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), de l'Organization internationale des migrations (OIM), et des Sociétés égyptienne et tunisienne du Croissant-Rouge.

Image de l'UNICEF
© REUTERS/Bensemra
Dans un camp de réfugiés près du poste frontière entre la Libye et la Tunisie, à Ras Jdir, une mère s'assoit dans un bus après avoir fui les troubles en Libye.

Pendant ce temps, une équipe composée de 14 personnes spécialisées dans l'action d'urgence a été rassemblée et est prête à se déployer en Libye, aussitôt que les conditions de sécurité le permettront. En préparation de ses actions humanitaires futures, l'UNICEF a contacté aussi des partenaires en Libye, dont le Croissant Rouge national libyen.

L'aide humanitaire intervient dans une grande incertitude alors que des rapports signalent que des enfants et des adolescents auraient été tués ou blessés en raison des violence qui affectent les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.L'UNICEF s'est déclaré profondément préoccupé par la sécurité des femmes et des enfants en Libye.

« Aucun enfant ne devrait être exposé au danger sous quelque forme que ce soit, car cela pourrait avoir des effets prolongés sur les conditions de sa survie ou sur son bien être psychologique et social », a déclaré Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF.

Protéger les enfants vulnérables

La première vague de personnes fuyant la Libye était principalement  composée d'hommes – essentiellement des ressortissants égyptiens et tunisiens ou des ouvriers migrant de pays tiers. Cependant, un nombre grandissant de femmes et d'enfants vulnérables pourraient souffrir de cette situation.

Image de l'UNICEF
© REUTERS/Behrakis
Un enfant est porté par son père, peu après avoir après traversé le poste frontière de Ras Jdir vers la Tunisie afin de fuir les troubles en Libye.

L'UNICF a demandé à toutes les parties concernées de placer les enfants en tête de leurs priorités, afin de les protéger et de garantir que chaque enfant et familles réfugiées aient accès aux secours d'urgence, à une protection et à un soutien psychologique et social.

La situation de crise ne semble pas encore nécessiter d'aide humanitaire à grand échelle en Libye, mais comme le conflit progresse, mais l'on se préoccupe de plus en plus de la disponibilité des soins médicaux pour les blessés, aussi bien que de l'accès  des Libyens aux services et produits de base. Alors que les détails sur la situation dans le pays demeurent incomplets, certaines indications inquiètent cependant profondément l'UNICEF et les autres organisations défenseures des droits de l'enfant.


 

 

Recherche