En bref: Japon

Des Japonais membres du personnel de l'UNICEF rentrent chez eux pour apporter leur aide lors les opérations de secours

Par Chris Niles

NEW YORK – États-Unis, 23 mars 2011 - « Si je peux être utile, je préfère y aller », explique Miho Fukuhara, Responsable des affaires inter-gouvernementales à l'UNICEF, qui retourne au Japon pour aider son pays d'origine à se rétablir de la triple catastrophe de ce mois-ci.

VIDÉO (en anglais) : 23 mars 2011 - Miho Fukuhara, membre du personnel de l'UNICEF, parle du déploiement au Japon avec plusieurs collègues originaires de ce pays venus pour aider lors de l'intervention humanitaire à la suite du tremblement de terre et du tsunami qui s'y sont déroulés.  Regarder dans RealPlayer

 

Le tremblement de terre de magnitude 9 qui a frappé le Japon le 11 mars a déclenché un tsunami destructeur et, à sa suite, a presque entraîné la fusion du cœur de la centrale nucléaire de Fukushima. Le nombre de morts est estimé à 9400, presque 15 000 personnes restant portées disparues et environ 300 000 se trouvant sans abri par des températures glaciales.

Évaluation des besoins 

Miho Fukuhara, qui est basée au siège de l'UNICEF à New York, un l'une des huit experts japonais qui ont été envoyés de leur poste dans plusieurs pays du monde – dont la Somalie et l'Afghanistan – afin de collaborer avec le Comité japonais pour l'UNICEF alors que celui-ci a offert son soutien à la population japonaise.  

« C'est simplement si triste de voir cette situation », a-t-elle dit. « La dimension de la tragédie est énorme : un tiers du Japon a été touché et nous avons aussi un problème avec une usine nucléaire, alors cela concerne tous les Japonais ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-0427/Dean
Neena Sasaki, 5 ans, inspecte les ruines de sa maison qui a été détruite par le tsunami du 11 mars, à Rikuzen-Takaata, une petite localité de la préfecture d'Iwate, au Japon.

Miho Fukuhara rejoindra l'équipe de l'UNICEF Japon qui se trouve sur le terrain alors que celle-ci évalue les besoins et offre son assistance technique dans la région frappée par le tremblement de terre. L'UNICEF est en train de distribuer aux enfants des vêtements et des jouets donnés par son partenaire, IKEA. L'organisation a aussi envoyé des kits « l'École en boîte », des kits de loisirs et des kits pour le développement de la petite enfance à partir de son centre principal d'approvisionnement de Copenhague.

Impact sur les enfants

L'école reprendra dans les zones sinistrées en avril. La principale préoccupation de l'UNICEF est d'apporter  sa contribution pour garantir que l'éducation des enfants ne soit pas interrompue et qu'ils recevront une aide psychosociale pour se rétablir des évènements qu'ils ont vécus.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-0431/Dean
Un agent sanitaire effectue un test de dépistage de contamination radioactive sur un jeune homme dans un centre d'évacuation pour les personnes qui vivent à 20 km des réacteurs endommagés de la préfecture de Fukushima, au Japon.

« Ce que nous pouvons faire en tant qu'agence internationale est d'épauler les enfants qui ont été traumatisés par cette catastrophe », explique Miho Fukuhara. « Nous devons aussi commencer à penser à moyen et à long terme, à commencer minimiser l'impact de cette tragédie, particulièrement pour les enfants ». 

Le Comité japonais pour l'UNICEF a été fondé en 1995 et est devenu une des forces principales en faveur du droit des enfants au Japon et dans le monde entier. L'UNICEF maintient aussi un établissement à Tokyo pour coordonner le travail de sensibilisation et de communication avec les responsables des politiques gouvernementales.


 

 

Recherche