L'UNICEF dans les situations d'urgence

Armes légères

Image de l'UNICEF

Pendant les conflits, les armes légères et portatives ont des conséquences dévastatrices sur les enfants. La grande majorité des décès sont directement imputables à ces armes à feu. En plus d’en être les victimes, les enfants ont également appris à se servir de ces armes, qui sont meurtrières mais légères et d’un usage facile. Pendant les conflits, l’usage de ces armes mutile et traumatise des générations entières d’enfants, à la fois physiquement et psychologiquement. Longtemps après la signature des accords de paix et le départ des soldats, le nombre important d’armes légères qui subsistent dans les sociétés sortant d’un conflit contribue à perpétuer une culture de la violence. Certains anciens combattants considèrent que leur arme est un moyen de survie économique. Dans d’autres cas, les civils s’arment pour protéger leurs familles et leurs biens. Les enfants sont alors exposés aux dangers des armes à feu au sein même de leur foyer, ce qui crée un cercle vicieux de criminalité et de violence.

La prolifération des armes légères crée un grave problème à l’échelle mondiale et nécessite une réaction tout aussi urgente car ce sont la vie et l’avenir des enfants qui sont en jeu. Ces armes ont tué plus de jeunes qu’elles n’en ont protégés. »
Carol Bellamy, -- Directrice générale de l’UNICEF
L’UNICEF a contribué pour beaucoup à inscrire les conséquences humanitaires des armes légères au programme de la Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects. La conférence a contribué à susciter une volonté politique de lutter contre les armes légères, notamment en ce qui concerne les enfants. L’UNICEF apporte également son appui à des initiatives régionales, qui sont essentielles à la poursuite des programmes. L’UNICEF a participé avec des ONG à l’élaboration d’un programme d’action axé sur les enfants, dans le cadre du Réseau d'action international contre les armes légères (IANSA), qui met en contact plus de 300 ONG du monde entier pour entreprendre des activités de mobilisation. La participation de l’UNICEF a encouragé de nombreuses ONG à tenir compte des enfants dans leurs programmes. Les efforts de l’UNICEF visent à faire en sorte que les armes à feu ne tombent ni dans les mains des enfants ni dans celles de ceux qui portent atteinte aux droits des enfants. Étant donné l’ampleur et la complexité du problème, il s’agit d’une tâche de grande envergure.

Actions de l’UNICEF :

  • En Albanie, la campagne intitulée « Ne laissez pas les armes tuer vos rêves» a fait connaître les risques que posent les armes légères portatives. Cette campagne s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation aux dangers des mines terrestres.
  • Au Kosovo (République fédérale de Yougoslavie), une étude cherche à cerner et analyser le lien entre l’utilisation à plus grande échelle d’armes légères et la hausse de la violence et de l’intolérance entre groupes ethniques. L’UNICEF s’aidera des résultats de cette étude pour élaborer une stratégie de communication à l’intention des jeunes et des enfants, afin de promouvoir des comportements plus sûrs et une plus grande tolérance.
  • En Somalie, l’UNICEF adopte une approche globale du développement des jeunes en vue d’éliminer la culture des armes à feu. Dans l’ensemble du pays, trente-cinq associations de jeunes sont en train d’être créées pour donner aux garçons et aux filles un lieu où lutter contre l’irruption de la violence dans leur vie. Ces groupes proposent des activités récréatives, sportives et culturelles, notamment de la musique traditionnelle, de la danse, du théâtre et des débats. Elles organisent et mettent en œuvre également des activités de développement communautaire, de promotion de la paix et de désarmement.
  • Des enquêtes menées au Tadjikistan se servent d’une méthodologie participative pour évaluer les perceptions qu’ont les enfants des armes légères et de la violence. Les opinions des enfants et les résultats de ces études serviront aux autorités locales, aux enseignants, aux représentants des pouvoirs publics et aux représentants des communautés à élaborer un programme de lutte contre les armes légères.

Documents

Programme d’action pour empêcher, combattre et éradiquer le commerce illicite des armes légères et des armes portatives sous tous ses aspects
UN Document A/CONF.192/15 (suivre le lien 'French' en haut de la page pour une version PDF en français)

Le fascicule de l’UNICEF, « Pas d’armes à feu – Nous sommes des enfants »
La prolifération des armes légères crée un grave problème à l’échelle mondiale et nécessite une réaction toute aussi urgente car la vie et l’avenir des enfants sont en jeu.
[pdf]

Le Programme d’action IASC des Nations Unies pour l’évaluation du coût humain des armes légères et des armes portatives
Le commerce incontrôlé des armes légères et des armes portatives est une question de vie ou de mort pour les populations du monde entier. Ces armes ont un effet si catastrophique qu’on estime à présent qu’elles constituent l’un des principaux obstacles à la réalisation du développement humain durable.
[pdf en anglais]

« Putting Children First  (Faire des enfants la grande priorité) :  élaborer un cadre d’action international pour examiner l’impact des armes légères sur les enfants »
La Conférence des Nations Unies de 2001 sur le commerce illicite des armes légères et des armes portatives et la Session extraordinaire des Nations Unies consacrée aux enfants constituent une opportunité exceptionnelle pour l’examen des questions complexes que posent les armes légères et leur impact sur les enfants. Ces questions concernent notamment l’incidence sur la vie des enfants de la présence, de la prolifération et de l’utilisation abusive des armes légères et des armes portatives.
[pdf en anglais]


« Remettre les armes à leur place »
« Remettre les armes à leur place » a pour objectif de servir de manuel indiquant le coût humain de la mise à disposition et de l’usage abusif des armes légères et donnant des recommandations pour l’action à mener au cours de la période menant jusqu’à la Conférence des Nations Unies de 2006 sur les armes légères.
[pdf en anglais]

Liens

Ces liens s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre et vous conduiront à un site Internet ne dépendant pas de l’UNICEF.

Réseau d'action international contre les armes légères (IANSA)
L’IANSA est un réseau mondial d’organisations de la société civile s’efforçant de mettre fin à la prolifération et à l’usage abusive d’armes légères et portatives.
[Page Web]

Norwegian Initiative on Small Arms Transfer - NISAT
NISAT a pour objet de réunir les ressources et les réseaux de ses organisations partenaires en vue de contribuer à mettre un terme à la prolifération des armes légères dans les régions où elle risque d’entraîner des conflits, des actes de violence et des violations des droits de l’homme.
[Page Web]

Cibler les armes légères
Parrainé par la mission permanente de la Principauté d’Andorre auprès des Nations Unies et produit par l’UNICEF, « Cibler les armes légères » est une exposition en ligne sur les armes légères, qui met en lumière la détresse des enfants et appelle à mettre fin au recrutement d’enfants soldats et à protéger les enfants des armes à feu.
[Page Web]

Gun Control Network
Ce réseau a été établi en vue de plaider en faveur d’un contrôle plus rigoureux des armes à feu de tous types et d’une plus grande sensibilisation aux dangers que présentent la possession et l’usage d’armes à feu.
[Page Web]

Small Arms Survey
Small Arms Survey est un projet de recherches indépendant mené à l’Institut universitaire des hautes études internationales de Genève (Suisse). Il s’agit de la principale source internationale d’informations sur tous les aspects des armes légères et d’un centre de documentation à l’usage des gouvernements, des décideurs, des chercheurs et des militants.
[Page Web]


 

 

Que sont les armes légères?

...les armes à poing, les grenades et les mines terrestres terrorisent les populations pendant les guerres et après. Un demi-milliard d’armes portatives sont en circulation dans le monde – soit une arme pour douze personnes – ces armes sont peu coûteuses, faciles à obtenir et faciles à utiliser. Un fusil d’assaut AK-47 (Kalashnikov) coûte aussi peu qu’un poulet en Ouganda ou qu’un sac de maïs au Mozambique. Les armes légères et les armes portatives alimentent les conflits intérieurs, la criminalité et la violence. Elles sont liées aux meurtres, suicides, blessures, traumatismes psychosociaux, agressions, cambriolages et viols. Leur nombre élevé conduit à la militarisation de la société et nuit à la reconstruction au lendemain des guerres.
Recherche