Conseil d'administration

Lors de sa session d’ouverture, le Conseil d'administration se concentre sur la situation dans la Corne de l’Afrique

NEW YORK, États-Unis, 12 septembre 2011 -  La crise dans la Corne de l’Afrique a dominé les débats de la session d’ouverture du Conseil d'administration de l’UNICEF, et le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake a averti que la situation de millions de familles affectées par la famine, l’augmentation du prix des denrées alimentaires et la sécheresse ne pouvait qu’empirer.

VIDÉO (en anglais) : 12 septembre 2011 – Le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake évoque les difficultés rencontrées pour acheminer l’aide dans la Corne de l’Afrique.  Regarder dans RealPlayer

 

« Le pire de la crise n’est pas encore passé – et comme on ne compte pas sur de grosses récoltes pour les derniers mois de l’année, la période la plus difficile se trouve devant nous », a-t-il déclaré au cours des remarques liminaires.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-1373/Susan Markisz
Le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake (2e à partir de la gauche) intervient lors de la 2e session ordinaire du Conseil d'administration 2011. A ses côtés, de g. à d., le Directeur général adjoint de l’UNICEF Martin Mogwanja; la Présidente du Conseil d'administration de l’UNICEF (et Représentante permanente de la Slovénie auprès de l’ONU) l’Ambassadrice Sanja Štiglic; le Secrétaire du Conseil d'administration Nicolas Pron; et la Directrice générale adjointe de l’UNICEF Geeta Rao Gupta.

L’UNICEF relève le défi

Le Directeur régional de l’UNICEF Elhadj As Sy a présenté l’intervention de l’UNICEF face à la crise dans la Corne de l’Afrique. L’UNICEF donne de l’eau, prodigue des soins de santé, une éducation aux familles et a mis en place des programmes d’alimentation d’urgence à destination des millions d’enfants qui risquent de mourir de faim.

M. As Sy a qualifié l’exceptionnelle la réponse initiale de l’UNICEF face à ce défi extraordinaire et il a salué le travail des partenaires de l’UNICEF et de ses Comités nationaux.
Il a ajouté que l’intervention initiale avait fait la différence, en Somalie en particulier, un pays où l’UNICEF, contrairement à de nombreuses autres organisations, avait déjà du personnel au travail.

« L’UNICEF n’a pas été une des premières institutions à entrer dans le pays, mais l’UNICEF n’est jamais parti » a déclaré M. As Sy.

VIDÉO (en anglais) : 12 septembre 2011 – Le Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe Elhadj As Sy affirme que l’efficacité de l’intervention initiale est à la base du succès des efforts déployés par l’UNICEF pour acheminer de l’aide dans la Corne de l’Afrique.  Regarder dans RealPlayer

 

La nature du travail de l’UNICEF est également rendue plus difficile par les contraintes financières imposées par la crise économique mondiale. L’UNICEF a enregistré une diminution de ses ressources de base au cours des deux dernières années.

Malgré tout, Anthony Lake a déclaré au Conseil d'administration que l’UNICEF s’était lancé dans un examen global du processus budgétaire en vue de diminuer les coûts sans affecter les programmes de pays.

« Je suis heureux de dire que nous avons réussi et que nous avons considérablement diminué nos budgets d’administration et de gestion », a-t-il annoncé. 

« Nous recommanderons une réduction de 4,2 pour cent de notre budget d’activités de gestion, et de 5,3 pour cent du budget d’administration, pour le prochain budget biennal, comparé au budget de 2010-2011. Ces réductions se feront pour l’essentiel dans les bureaux du siège, » a expliqué Anthony Lake.

VIDÉO (en anglais) : l’UNICEF évoque la crise dans la Corne de l’Afrique  Regarder dans RealPlayer

Tout en mettant en oeuvre ses programmes axés sur l’équité, l’UNICEF se concentrera également davantage sur une gestion fondée sur les résultats et veillera à ce que ses processus soient transparents et responsables. En ce sens, Anthony Lake a proposé que, l’année prochaine, l’UNICEF rende publics tous les rapports d’audit interne.

« Tout ce que nous faisons, à l’UNICEF, a pour objectif premier, d'obtenir des résultats dans la vie des enfants » a déclaré le Directeur général. « Parce que chaque euro ou chaque dollar gaspillé aurait permis d'acheter un vaccin ou un manuel scolaire, à même de sauver la vie d’un enfant ou de contribuer à son éducation ».


 

 

Recherche