L'UNICEF dans les situations d'urgence

Un rapport de l'UNICEF met en relief les progrès accomplis dans les programmes pour l'éducation dans les situations d'urgences

Célébration de la Journée internationale de la prévention des catastrophes

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0832/Asselin
Un garçon lève la main pour répondre à une question pendant les cours à l'école Koyama 1, dans la région de Nzérékoré, au sud de la Guinée, près de la frontière avec le Libéria, où l'UNICEF est en train de construire une nouvelle école amie des enfants dans le cadre d'une opération de soutien à la paix.

Par Taleen Vartan

NEW YORK, États-Unis, 13 octobre 2010 – En 2009, plus de 6 millions d'enfants du monde entier ont bénéficié d'opérations destinées à remettre l'enseignement en état et à améliorer la qualité de l'éducation dans les pays affectés par des situations d'urgence. Alors que le monde célèbre aujourd'hui la Journée internationale pour la prévention des catastrophes, un rapport publié par l'UNICEF montre comment les programmes relatifs à l'éducation dans les pays affectés par un conflit ou par des catastrophes naturelles – et parfois les deux à la fois – réussissent à surmonter les obstacles et contribuent au développement à long terme. 

Permettre aux enfants d'aller à l'école pendant et après les situations d'urgence est un élément central du mandat de l'UNICEF. Depuis 2006, l'UNICEF a spectaculairement élargi son action pour l'éducation dans les pays en situation d'urgence et d'après-crise grâce au programme « Back on Track ».

Cette initiative, d'un budget de 201 millions de dollars et financée par le Gouvernement des Pays-Bas, représente la plus importante donation à l'UNICEF affectée à un programme par un gouvernement donateur. La Commission européenne a également participé au programme à hauteur de 5 millions de dollars. Ce soutien conjoint a permis à des enfants d'être aidés à la fois lors du début de situations d'urgence - quand la tâche est de remettre en état l'enseignement et d'établir un environnement sans risque pour faire des études – et dans les périodes d'après-crise plus prolongées de reconstruction visant à reconstituer les systèmes éducatifs. 

« Répondre à ces besoins urgents pour des millions d'enfants a été indispensable, » explique Dan Rohrmann le Directeur adjoint des programmes à l'UNICEF. « Le programme a également été capable d'inverser les tendances dominantes qui étaient de suspendre l'aide à l'éducation et aux autres services sociaux durant les situations de crises chroniques, d'interruption de développement et de divers contextes de déclin. Cela a réellement permis de faire passer les enfants au premier plan et de mettre l'UNICEF en première position, à la pointe de l'aide à l'éducation. » 

En 2009, 38 pays de toutes les régions du monde ont participé au programme « Back on Track ».

Rebâtir le système éducatif après les conflits

Au Sri Lanka de l'après-crise, « Back on Track » a permis à l'UNICEF de participer à des programmes d'éducation constructifs et durables dans les régions déchirées par la guerre.

L'UNICEF et ses partenaires ont offert à court-terme des environnements éducatifs stimulants et protecteurs aux enfants sri-lankais tout en établissant des bases pour améliorer la qualité de l'éducation, permettre d'accéder à l'école aux populations les plus vulnérables et conserver à long terme les taux de rétention scolaire.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-2122/Pietrasik
Des élèves de l'école élémentaire San Jose, dans la province d'Albay, aux Philippines.

« L'éducation joue un rôle fondamental pour ramener les communautés de ce pays là où elles se trouvaient, » a dit Brenda Haiplik, responsable de l'Éducation pour l'UNICEF au Sri Lanka. « Elle amène la paix, elle amène la stabilité dans les communautés. Les enfants ramènent des informations chez eux, alors il ne s'agit pas seulement d'éducation et d'acquisition de connaissances dans la salle de classe. Il s'agit d'information sur l'hygiène et la santé et aussi de protection... Des connaissances qui remontent jusqu'à l'environnement familial. Et qui changeront des vies. »

 Soucieux d’épauler les enfants dans les zones du Sri Lanka  affectées par le conflit et où les questions de sécurité ont entravé la fréquentation scolaire pendant la guerre civile, l'UNICEF et le ministère de l'Éducation ont pourvu les enfants en modules d'enseignement à domicile pour les enfants de la première à la cinquième année d'école. Alors que la situation sur le terrain a changé de façon importante dans le nord et l'est du pays depuis la fin de la guerre en mai 2009, de tels programmes visent à s'adapter à la situation tout en aidant les enfants à rester en prise avec leur travail scolaire et à établir comme un tout les capacités du système éducatif du pays.  

Obtention de résultats

Grâce au programme « Back on Track », l'UNICEF a également développé en Guinée des opérations d'après-crise dans le domaine de l'éducation comme le programme « Apprendre le long des frontières » (LAB4LAB). LAB4LAB a pour but de donner accès à l'éducation et de faire progresser la fréquentation scolaire pour tous les enfants, réfugiés et déplacés inclus, dans les régions bordant la Côte d’Ivoire, le Libéria, et la Sierra Leone, des pays ravagés par des guerres civiles. 

 Afin d'apaiser les conflits et de créer des espaces sans risque en faveur l'éducation au sein des communautés et de l'activité sociale, LAB4LAB utilise des méthodes éducatives novatrices qui encouragent la diversité, l'égalité des sexes et la pluralité culturelle.

En 2009, le programme « Back on Track » a permis de scolariser 1045 enfants âgés de 7 à 10 ans dans huit écoles frontalières de Guinée, de construire huit écoles amies des enfants, de faire participer les communautés locales et d'utiliser pour la première fois des méthodes pédagogiques ayant un impact national.

Le Sri Lanka et la Guinée sont deux des nombreux exemples de l'impact significatif qu'a eu le programme « Back on Track » au cours des quatre dernières années. Les ressources financières du programme ont aussi été utilisées pour les programmes d'intervention d'urgence, offrant des possibilités de scolarisation pour les enfants des secteurs vulnérables aux catastrophes naturelles comme les Philippines, le Bangladesh et le Myanmar.

Pour plus d'informations sur le Sri Lanka, la Guinée et les autres pays participant au programme, merci de lire le Rapport consolidé sur les progrès 2009 au gouvernement des Pays-Bas et à la Commission européenne.


 

 

Recherche