L'UNICEF dans les situations d'urgence

Pour 2009, l’ONU procède au lancement du plus important appel de fonds jamais effectué à des fins humanitaires

Image de l'UNICEF: Hilde Johnson
© Nations Unies/2008/Ferre
La directrice adjointe de l’UNICEF, Hilde F. Johnson, s’exprime lors du lancement à Genève de l’appel de fonds 2009 de l’ONU à des fins humanitaires.

Par Tim Ledwith

NEW YORK, Etats-Unis, 19 novembre 2008 -  Des donateurs, des associations appartenant à la société civile et des ONG se sont aujourd’hui réunis à Genève pour le lancement de la procédure d’appel global 2009 de l’ONU, ou CAP, destiné à l’aide humanitaire.

Il s’agit du plus important appel de fonds destiné à l’aide humanitaire jamais lancé par l’organisation mondiale, qui cherche à répondre aux besoins les plus urgents de 30 millions de personnes dans 31 pays.

« L’appel de fonds 2009, d’un montant total de 7 milliards de dollars, soit 40% de plus qu’en 2008 à la même époque,  offre une aide concrète à ces personnes se trouvant dans le besoin, » a déclaré John Holmes, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence.

Aide vitale
Parmi différents objectifs, cet appel vise à l’obtention d’un financement pour :

  • Nourrir 2,3 millions de personnes victimes du conflit actuel en République démocratique du Congo
  • Apporter une aide d’importance cruciale à 4,5 millions de personnes dans la région du Darfour, au Soudan
  • Apporter protection et assistance à un million de personnes réfugiées et déplacées dans l’est du Tchad
  • Soutenir des millions de personnes déplacées à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iraq
  • Distribuer de l’eau, des médicaments, des abris et du matériel pédagogique d’urgence à 3 millions de Somaliens victimes du conflit actuel
  • Permettre d’apporter une aide indispensable  à  1,5 millions de Palestiniens des territoires occupés ne disposant d’aucune prestation de base.

« Pour mettre en perspective les 7 milliards de dollars que nous demandons, » a déclaré John Holmes, « comparez cette somme avec celles qui ont été consacrées ces derniers mois par les gouvernements à stabiliser le système bancaire. Nous demandons moins qu’un centième de cela. »

Image de l'UNICEF: UN Under-Secretary-General for Humanitarian Affairs and Emergency Relief Coordinator John Holmes
© Nations Unies/2008/Ferre
John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, expose les détails de l’appel de fonds de 7 milliards de dollars destinés à répondre à des besoins de première urgence dans 31 pays.

Les effets des conflits armés

Durant son exposé au cours du lancement du CAP, Hilde F. Johnson, la Directrice adjointe de l’UNICEF, a souligné la situation à laquelle sont confrontés les femmes et les enfants victimes des conflits qui se déroulent actuellement dans le monde.

 « Au cours de la dernière décennie, plus de deux millions d’enfants sont morts des effets directes d’un conflit armé et au-delà de trois fois plus ont été handicapés à vie ou gravement blessés, » a-t-elle affirmé. « On estime que 300 000 enfants soldats, des filles et des garçons de moins de 18 ans, sont engagés dans plus de 30 conflits dans le monde. »

Hilde Johnson a poursuivi en parlant des vagues énormes de déplacements humains provoquées par la dernière série de combats dans l’est de la République démocratique du Congo ainsi que du problème du recrutement des enfants par les groupes armés.
«L’UNICEF a assuré la protection de 44 000 enfants dans des espaces  amis des en
fants et en a démobilisé 2 500. Mais cela n’est pas suffisant, » a-t-elle affirmé. « Une grande partie des enfants sont enlevés ou recrutés de force. Les autres s’engagent pour protéger leurs familles ou se nourrir, tout simplement. »

Engagement politique et ressources

Au-delà du fait qu’il répondra aux besoins des enfants et de leurs familles pris en plein conflit, l’appel de fonds de l’ONU a pour but d’assurer la survie et le bien-être de ceux qui ont été victimes de catastrophes naturelles. Plus de la moitié des situations d’urgence auxquelles a répondu l’UNICEF entre 2005 et 2007  étaient, par opposition aux  conflits armés,  des catastrophes naturelles.

Hilde Johnson a fait observer que le nombre et la gravité de tels événements ont progressivement augmenté au cours des récentes décennies. Au cours des seuls derniers mois, par exemple, des cyclones et des inondations majeurs se sont abattus sur Haïti et Cuba et un important séisme a frappé le Pakistan, cela parmi d’autres catastrophes naturelles ayant eu lieu dans le monde.

Pour réagir rapidement et avec efficacité à tous ces défis, a relevé Hilde Johnson, les institutions de l’ONU et leurs partenaires de l’aide humanitaire ont chacun besoin d’un engagement politique et de ressources de la part de la communauté internationale,  dont un financement suffisant pour l’appel de fonds de 2009.

« Nous apprécions vraiment chaque dollar que nous recevons : il nous aide à protéger les enfants, » a-t-elle affirmé. « Au regard des crises auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés, le soutien et le financement de cet appel est encore plus impératif. »


 

 

Recherche