L'UNICEF dans les situations d'urgence

Aider les enfants handicapés et vulnérables affectés par le conflit en Géorgie

Image de l'UNICEF
© UNICEF Georgia/2008/Bucker
L'UNICEF a livré des kits récréatifs et scolaires à l'Institut de Senaki, une résidence pour enfants handicapés en Géorgie qui est en cours de réhabilitation avec l'appui du Comité national allemand de l'UNICEF.

Par Dorn Townsend

Genève, Suisse, 17 octobre 2008 – Il y eut un moment, au cours de la récente guerre en Ossétie du Sud et aux alentours, où la ligne de front est passée quasiment à l’intérieur de l’Institut Senaki, un établissement où résident 105 enfants handicapés mentaux et physiques qui ont été abandonnés par leurs parents. Au début du conflit, une bombe a même pulvérisé un bâtiment adjacent.

Alors que de nombreux résidents de la ville voisine prenaient la fuite, les enfants et les enseignants de Senaki sont restés parce qu’il n’y avait pas d’abri où ils auraient pu aller se réfugier rapidement. De fait, si les enfants sont les membres les plus vulnérables de la société au cours d’un conflit, les enfants handicapés comme ceux-là sont les plus vulnérables des vulnérables.

Quelques jours plus tard, alors que les combats se poursuivaient, un hélicoptère puissamment armé est apparu dans le ciel au-dessus de Senaki, ville située près d'une base militaire. Les canonniers de l’appareil, pensant peut-être que l’institut abritait des soldats ennemis, ont observé le bâtiment, les missiles prêts à être tirés pointés sur les bâtiments.

Expériences stressantes

Ce qui a peut-être empêché la destruction de l’institut, à en croire la Directrice adjointe de Seneki, Tina Akhalaia, c’est la curiosité de certains des enfants qui étaient à l’intérieur. La plupart étaient terrifiés mais une poignée d’entre eux, inconscients du danger, allèrent à une fenêtre et firent de grands signes au pilote.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Georgia/2008/Bucker
A l'Institut de Senaki pour les enfants handicapés abandonnés par leurs familles, l'UNICEF fournit des approvisionnements, de l'aide à la réinsertion et la formation du personnel sur le soutien psychosocial dans les situations d'après-conflit.

Quelques instants plus tard, l’hélicoptère s’éloignait.

Cet incident angoissant ne fut que l’une des nombreuses expériences stressantes subies par les enfants de l’Institut Senaki. Les administrateurs et enseignants de l’établissement – dont certains sont venus habiter dans l’établissement pendant toute la durée du conflit – ont non seulement dû s’occuper de ces enfants traumatisés mais ils ont dû en plus soigner un enfant qui a subi à nouveau des crises d’épilepsie, un autre qui a dû être opéré de l’appendicite et s’occuper du problème des fenêtres cassées par l’explosion d’une bombe tout près de l’immeuble.

Lorsque l’UNICEF est arrivé à l’Institut Senaki, le personnel administratif et enseignant a accepté avec joie les équipement sportifs et les fournitures scolaires apportés. Tous ces articles aideraient à distraire les enfants et à leur faire oublier les souvenirs angoissants des jours passés.

«Une façon d’atteindre les enfants qui ont besoin d’aide »

Le personnel de l’école avait apprécié tout ce que l’UNICEF avait déjà fourni. Peu avant la guerre, l’UNICEF avait en effet organisé une formation de trois jours à l’intention du personnel sur la façon de repérer et soigner les symptômes de stress et de traumatisme chez les enfants.

« Cette formation ne concernait pas l’aide aux enfants affectés par la guerre en particulier, elle était axée sur la façon d’atteindre les enfants qui ont besoin d’une aide personnalisée, explique la Chef des prestations de soins, Tea Simonia,  on a eu de la chance d’avoir cette formation à ce moment-là ».

Fort de cette première expérience, l’UNICEF organise ce mois-ci une formation avancée sur l’appui psychosocial à l’Institut Senaki.

Soutenir l’amélioration des installations

Le soutien de l’UNICEF aux enfants vulnérables de l’Institut Senaki ne s’est pas limité aux fournitures et à la formation. L’institut, qui date de l’époque soviétique, a été créé pour loger des enfants handicapés rejetés par leurs familles. Depuis quelque temps, les bâtiments montraient de graves signes de délabrement.

L’UNICEF et le Comité national pour l’Allemagne ont recueilli des centaines de milliers d’euros pour la rénovation et l’entretien de l’institut. Les travaux, qui auraient dû commencer juste avant la guerre, devraient être lancés sous peu. La façade de deux des ailes du bâtiment devrait être complètement ravalée; les classes des enfants et leurs logements devraient être améliorés et modernisés.

« Certains de ces enfants demandent encore quand la guerre sera terminée, note Mme Akhaliaa, mais toute cette aide et tous ces changements dans l’immeuble devraient les aider à se tourner vers l’avenir ».


 

 

Vidéo (en anglais)

Septembre 2008:
La correspondante de l'UNICEF Natacha Ikoli parle de l'appui de l'UNICEF aux enfants touchés par le conflit qui vivent dans un pensionnat pour personnes handicapées en Géorgie
 VIDEO  haut | bas

Recherche