L'UNICEF dans les situations d'urgence

Le long chemin qui ramènera les élèves à l’école dans le sud du Liban

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-1218/Debbas
Un garçon se tient devant une école dont le mur extérieur a été détruit au cours du récent conflit, dans le sud du Liban.

Par Kitty Logan

SRIFA, Liban, 7 septembre 2006 –  Maintenant que les combats entre Israël et le Hezbollah ont cessé, les enfants du sud du Liban tentent de retrouver une vie normale. Mais les défis sont énormes. Dans le village de Srifa, la moitié des immeubles ont été détruits ou endommagés.

Le lycée est inutilisable depuis qu’une bombe a explosé sur la maison d’à-côté, creusant un profond cratère. L’explosion a détruit toutes les vitres de l’établissement. Les murs extérieurs ont été détruits et les autres, pleins de fissures, sont en équilibre instable. Les classes sont jonchées de débris.

Les 200 élèves de l’école se demandent comment ils peuvent se remettre à étudier. Isra, 12 ans, passe ses journées à bavarder avec ses amies sur le trottoir près de l’école.  Il n’y a guère autre chose à faire dans le village ces jours-ci.

Elle doute pouvoir avoir encore envie de recommencer les cours dans cette école. « Cela me rend très triste, dit-elle, je n’aime pas me dire que je serai peut-être obligée de changer d’école ».

« Une sorte de retour à la normale »

D’après les estimations initiales, 50 écoles auraient été détruites et 300 autres endommagées au cours du récent conflit. De nombreux établissements ont déjà ajourné le nouveau trimestre, qui aurait dû commencer à la mi-septembre.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Le Lycée local du village de Srifa est inutilisable depuis qu’une bombe a touché la maison voisine. Plus de la moitié des immeubles de Srifa ont étés soit détruits soit endommagés pendant la guerre.

L’UNICEF tente d’assurer que les enfants ne manqueront pas d’autres journées de classe. « Le but de la campagne Retour à l’école est d’amener 350 000 d’entre eux dans les établissements scolaires le 18 octobre », souligne le Coordinateur des secours d’urgence pour l’UNICEF au Liban, Philippe Duamelle.

« Les écoles recevront divers équipements, de façon à ce qu’elles puissent fonctionner à nouveau et que les enseignants puissent se remettre à enseigner, ajoute-t-il. C’est important pour les enfants, non seulement pour leur éducation, mais aussi parce que cela constitue également une sorte de retour à la normale. C’est une façon pour eux de surmonter les traumatismes subis ». 

Des écoles en ruines

Mohammad Nazar est le directeur de l’école à Srifa. En parcourant les ruines, il se rend compte que le matériel scolaire essentiel est trop endommagé pour être réparé. Les salles d’ordinateurs, les labos de science et la bibliothèque sont en ruines, les bureaux de l’administration également.

M. Nazar tient absolument à ce que l’école rouvre dans les délais mais il a besoin d’aide. « Tous les équipements ont été détruits, tout était par terre, dit-il, il nous faut tout rénover pour commencer l’année scolaire en temps voulu ».

En fermant le portail de l’école en ruines, M. Nazar ne peut qu’espérer que cette fermeture ne sera que provisoire.

Les Saoudiens promettent leur aide

Les espoirs de relèvement du système scolaire libanais ont été raffermis aujourd’hui, l’Arabie saoudite ayant annoncé qu’elle paierait tous les frais d’inscription des élèves des écoles publiques du Liban pour l’année scolaire 2006-2007.

« Nous nous félicitons de cette importante initiative, qui équivaut à quelque 20 millions de dollars », a dit Bsat Boustani, une des responsables de l’éducation de l’UNICEF. « Cela aidera considérablement les familles qui ont été affectées par la crise sur un plan économique ».

Le Gouvernement saoudien paiera tous les frais d’inscription, ajoute Mme Boustani, et l’UNICEF de son côté fournira des cartables, des cahiers et autres articles de papeterie pour tous les enfants des écoles publiques maternelles et primaires du Liban, une mesure qui devrait soulager les finances des familles au cours de cette période d’après-guerre.


 

 

Vidéo (en anglais)

7 septembre 2006 :
Kitty Logan, de l’UNICEF, présente les efforts réalisés pour ramener à l’école les enfants de Srifa, un village du sud du Liban endommagé par les combats.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche