L'UNICEF dans les situations d'urgence

L’aide humanitaire de l’UNICEF et de ses partenaires des Nations Unies s’accroît au Sud Liban

Image de l'UNICEF
© UN Photo/Garten
Des hommes et des jeunes garçons de Rmaich, au Sud Liban, déchargent la cargaison d’eau d’un camion. Cinq camions de l’UNICEF apportant de l’eau et cinq autres camions acheminant du blé, des pois et des conserves de viande fournis par les Nations Unies sont arrivés dans la ville le 24 août.

Par Blue Chevigny

NEW YORK, États-Unis, 28 août 2006 – Alors que le fragile cessez-le-feu entre Israël et le Hezbollah se maintient au Sud Liban et que le Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan effectue une tournée diplomatique dans la région, les enfants libanais continuent à souffrir de services inadaptés, d’une pénurie d’eau et d’un manque de fournitures de base.

Toutefois, l’UNICEF et ses partenaires redoublent d’efforts sur de multiples fronts pour répondre aux besoins de ces jeunes et de leurs familles.

Simon Ingram, qui est chargé de la communication, se trouve sur le terrain, à Beyrouth, après avoir passé un certain temps à Tyr, au sud du pays, pour la préparation là-bas des opérations de l’UNICEF. « Nous avons terminé la phase de l’évaluation du travail à faire dans le sud », dit-il, « et nous sommes en train de déterminer maintenant les cibles où notre assistance est la plus nécessaire ».

Installation de citernes d’eau

L’UNICEF accélère la livraison d’approvisionnements au Sud Liban – c’est l’eau en bouteille qui a le plus d’importance. En outre, l’organisation travaille à l’installation dans cette zone d’un certain nombre de citernes d’eau de grande capacité.

« Les infrastructures d’eau ont été détruites dans le sud », déclare M. Ingram. « Alors qu’à présent c’est l’eau en bouteille qui joue un rôle essentiel, les citernes d’eau constituent une forme d’approvisionnement beaucoup plus efficace ».

Image de l'UNICEF
© UN Photo/Garten
Un convoi de camions de l’UNICEF et du Programme alimentaire mondial, chargés de produits alimentaires et d’eau, est en route vers la ville de Rmaich, au Liban, qu’il va approvisionner.

Certaines citernes sont de très grande capacité et elles jouent en fait un rôle de petit réservoir. Dans le village d’Al Khiam, qui a subi de gros dégâts durant la guerre, deux citernes ont déjà été installées pour l’approvisionnement de la population. Dans les jours qui viennent, quatre citernes supplémentaires doivent être mises en place dans d’autres villages où les systèmes d’eau ont été gravement touchés.

Soutien psychosocial

Par ailleurs, l’UNICEF est en train d’organiser dans le sud des partenariats avec des organisations non gouvernementales locales en vue de créer des environnements protecteurs pour les enfants déplacés à cause du conflit et qui retournent maintenant chez eux avec leur famille.

« Il est difficile de concevoir l’état de détresse d’un jeune qui retourne chez lui et qui découvre que son logement a été détruit », dit M. Ingram. « On est en train de prévoir de nombreux endroits où les jeunes pourront pratiquer des sports, des activités artistiques collectives et se livrer à d’autres occupations, ce qui leur permettra de passer plus aisément cette période de transition.

« Grâce à ces espaces orientés sur l’enfant, l’UNICEF et d’autres seront en mesure de repérer les enfants pouvant avoir besoin d’un soutien psychologique plus approfondi en raison du traumatisme causé par la guerre », ajoute-t-il.

Éducation et reconstruction

L’UNICEF est en outre fortement impliqué dans l’initiative de rentrée des classes du Gouvernement libanais. Il est prévu d’approvisionner 350 000 élèves en cartables, stylos, crayons et cahiers – des fournitures de base qui leur sont nécessaires pour retourner à l’école. La nouvelle année scolaire commence en octobre.

« Nous travaillons aussi au nettoyage des écoles, qui ont servi d’abri aux familles déplacées à Beyrouth et dans le nord et qui sont bien abîmées », observe M. Ingram.

Même si les munitions non explosées, héritées de la guerre, vont constituer un danger pendant quelque temps encore, M. Ingram dit que la crise initiale, liée au conflit armé au Sud Liban, semble arriver à son terme. « Nous passons à une nouvelle phase de la crise, avec de nouvelles opportunités et de nouveaux défis », ajoute-t-il.

Sans négliger l’éventualité d’une reprise des hostilités, l’UNICEF et ses partenaires prévoient à présent des initiatives à plus long terme afin de reconstituer les communautés complètement bouleversées du Sud Liban.


 

 

Audio (en anglais)

28 août 2006 :
Simon Ingram, chargé de la communication de l’UNICEF, décrit des projets en cours au Sud Liban dont l’objet est d’aider les enfants qui retournent chez eux à se réadapter à la vie dans leur communauté d’origine.
AUDIO écouter

Radio UNICEF

Recherche