L'UNICEF dans les situations d'urgence

Les écoles abritent les familles palestiniennes déplacées à cause de la violence à Gaza

Image de l'UNICEF
© AP/ Morenatti
Un homme dort alors qu’un élève essuie un tableau noir dans une école financée par les Nations Unies, à Rafah, dans le sud de Gaza. Dans ce secteur, des centaines de palestiniens, ayant quitté leur foyer et devenus déplacés, ont cherché un abri dans des écoles.

Par Sabine Dolan

NEW YORK, États-Unis, 22 août 2006 – L’École préparatoire des garçons de Rafah, dans le sud de Gaza, est devenue la résidence provisoire de près de 47 familles palestiniennes touchées par les combats actuels.

Parmi les quelque 300 personnes qui vivent à présent dans cette école, il y a plus de 100 enfants. La plupart d’entre eux – c’est le cas d’Iman Jubara, 14 ans – ont été exposés à la violence et ont risqué des traumatismes permanents pendant plusieurs semaines.

« Nous craignons d’être frôlés par les balles », dit Iman. « Notre maison a été détruite par des missiles ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L’UNICEF a fourni des trousses de loisirs aux enfants palestiniens qui ont trouvé un abri dans les écoles, notamment ces petites filles qui sont à Rafah, afin de leur donner un sentiment de normalité.

Fuir le conflit

Les familles qui ont trouvé un abri à Rafah se sont enfuies du village voisin de Shoka, une pauvre communauté agricole, à la frontière israélienne, qui a subi des bombardements violents lors des  combats qui ont commencé il y a près de deux mois.

Shoka, dont la population est de 14 000 personnes, vit de l’agriculture, et certaines familles, qui ont dû quitter leur maison, campent dans les champs pour s’occuper de leur bétail.

Um Mohammed Jubara est une mère de famille qui s’est enfuie de Shoka avec ses enfants lorsque leur maison a pris feu. « Nous avons pris les enfants et les avons gardés près de nous. Ils étaient effrayés », se rappelle-t-elle. « Nous étions blottis contre le mur et gardions les enfants blottis contre ce mur pour éviter qu’ils soient atteints par les éclats tombant du toit ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L’École préparatoire des garçons de Rafah, dans le sud de Gaza, sert de logement provisoire à près de 50 familles palestiniennes touchées par les combats actuels.

Recherche d’autres logements

Il y a quelques jours, ce mois-ci, plus de 3 000 habitants de Shoka ont cherché un abri provisoire dans les écoles des villes voisines de Rafah et Jabalia. Depuis, la plupart d’entre eux ont reçu une allocation de relogement de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA).

Une assistance est nécessaire pour aider les familles à trouver un autre logement et libérer les écoles à temps pour le début de l’année scolaire, qui commence dans moins de deux semaines.

« L’UNRWA a aidé les familles au niveau de l’abri, de la nourriture et même des nécessités de base », dit Dan Rohrmann, Représentant spécial de l’UNICEF dans les Territoires palestiniens. « L’UNICEF a apporté son soutien en fournissant des trousses de loisirs, des jouets et des trousses d’hygiène pour enfants, ainsi que des trousses familiales ».

M. Rohrmann a ajouté qu’un bon nombre d’enfants déplacés montraient des symptômes de tension extrême. « Ils n’arrivent pas à dormir », a-t-il expliqué. « Ils ont des problèmes d’énurésie nocturne et des difficultés à se concentrer ». L’UNICEF poursuit ses efforts pour apporter à ces enfants le sentiment de la normalité afin de les guérir de leur anxiété.


 

 

Vidéo (en anglais)

22 août 2006 :
La correspondante de l’UNICEF, Sabine Dolan, parle des familles palestiniennes déplacées qui ont trouvé un abri provisoire dans une école de Rafah, dans le sud de Gaza.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche