L'UNICEF dans les situations d'urgence

Ils sont des milliers à rentrer chez eux après le cessez-le-feu au Liban

Image de l'UNICEF
© Reuters/Bensemra
À la périphérie du port de Tyr, dans le sud du Liban, des personnes déplacées sont en voiture, au milieu de leurs affaires, en route vers chez elles.

Par Jane O’Brien

NEW YORK, États-Unis, 14 août 2006 – Des dizaines de milliers de familles libanaises rentrent chez elles, à peine quelques heures après qu’un cessez-le-feu ait été conclu entre Israël et le Hezbollah. L’UNICEF estime que, chaque heure, environ 6 000 personnes se dirigent vers les secteurs les plus durement touchés dans le sud du pays.

Les obus non explosés constituent à présent la plus grave menace qui pèse sur ces personnes et une campagne de sensibilisation à ces dangers est en cours.

« Nous savons que les engins non explosés posent un problème en raison de l’importance du pilonnage effectué », dit le Directeur des programmes d’urgence de l’UNICEF, Dan Toole. « Une personne a déjà été tuée et c’est une véritable menace qu’affrontent les déplacés qui rentrent chez eux ».

On a distribué aux réfugiés libanais quittant la Syrie des tracts avertissant du danger, ainsi que des colis contenant des biscuits riches en calories, de l’eau et des sels de réhydratation. La frontière est franchie par quelque 300 véhicules à l’heure, bien que les routes demeurent endommagées et que certaines villes soient pratiquement isolées. Dans les deux semaines à venir, on pourrait compter jusqu’à 60 000 réfugiés retournant au Liban.

Un convoi humanitaire en route pour Tyr

Selon le Représentant de l’UNICEF au Liban, Roberto Laurenti, le cessez-le-feu a été accueilli avec un optimisme tempéré de pragmatisme. « Il y a des signes encourageants et nous espérons que cela va se poursuivre », dit-il. « Mais nous allons voir comment évolue la situation dans les 48 heures à venir ».

La prochaine livraison d’aide humanitaire des Nations Unies depuis plusieurs jours est en cours. Elle est destinée au port de Tyr, dans le sud du pays. Vingt-quatre camions acheminent des fournitures médicales, des équipements pour l’assainissement et de l’eau. Le départ d’un autre convoi est prévu mardi. Il est à destination de Rmeish, où la population est isolée du fait des combats qui ont eu lieu. L’UNICEF fournit des approvisionnements en eau, des trousses d’hygiène et 6 000 litres de gas-oil pour trois hôpitaux à Tyr.

Alors qu’une campagne de vaccination contre la rougeole et la polio est déjà en cours d’un bout à l’autre du Liban, l’UNICEF est en train de revoir ses plans afin de faire face à l’évolution rapide de la situation. Presque la moitié des déplacés à cause du conflit sont des enfants et, au fur et à mesure qu’ils rentrent chez eux, l’UNICEF va  coordonner des programmes de vaccination de rappel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Vidéo (en anglais)

14 août 2006 :
La correspondante de l’UNICEF, Jane O’Brien, décrit le traumatisme subi par enfants libanais réfugiés en Syrie. Des milliers d’entre eux rentrent à présent chez eux avec leur famille.
 VIDEO haut | bas


14 août 2006 :
Le chargé de la communication de l’UNICEF, Simon Ingram, décrit les effets psychosociaux du conflit sur les enfants à Beyrouth, au Liban.
 VIDEO high | low

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

14 août 2006 :
Simon Ingram, de l’UNICEF, parle des dernières nouvelles du sud Liban.
AUDIO listen

Recherche