L'UNICEF dans les situations d'urgence

Le rapport de l’UNICEF fait ressortir une plus forte volonté de remédier au problème des mines terrestres en Asie de l’Est et dans la région Pacifique

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ96-0851/Semeniuk
Au Cambodge, des jeunes défilent à Phnom Penh à l’occasion de la journée nationale de sensibilisation aux mines terrestres.

Chaque année, les mines terrestres font plus de 20 000 victimes. Ces victimes sont généralement parmi les plus pauvres et les plus vulnérables de la société. Ce sont des agriculteurs, des réfugiés, des familles déplacées et ceux qui rentrent chez eux après la fin d’un conflit, dans des villages et sur des terres infestés de mines.

La Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, encore appelée « Traité d’interdiction des mines », a pour effet d’interdire complètement les mines terrestres antipersonnel.

Les États Parties (signataires du Traité) se réunissent annuellement pour examiner la situation et les problèmes particuliers que pose l’application du traité. Ils s’intéressent également au problème des mines terrestres en général. Les réunions précédentes des États Parties ont eu lieu à Maputo (Mozambique) (1999), Genève (Suisse) (2000 & 2002) et Managua (Nicaragua) (2001).

Cette année la réunion aura lieu du 15 au 19 septembre à Bangkok (Thaïlande) dans la région de l’Asie de l’Est et du Pacifique, où quatorze pays ont signé ou ratifié la Convention. Dans cette région, les pays les plus durement touchés sont le Cambodge, le Viet Nam, la République populaire démocratique lao et la Thaïlande. Sont également concernés la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) et la République de Corée (Corée du Sud), les Philippines et la Chine. Dans la perspective de la cinquième Réunion des Etats Parties qui aura lieu cette année, l’UNICEF a procédé à une évaluation de l’impact des mines terrestres sur les enfants vivant dans la région (voir ci-dessous).

L’UNICEF joue également un rôle plus général dans l’action mondiale visant à éliminer les mines terrestres et autres munitions non explosées. Au sein du système des Nations Unies, l’UNICEF coordonne l’éducation aux dangers des mines. En outre, l’UNICEF apporte une assistance aux rescapés et plaide en faveur de l’interdiction totale des mines terrestres antipersonnel.

Documents

L’impact des mines terrestres sur les enfants dans la région de l’Asie de l’Est et du Pacifique
[PDF]




 

 

Liens

Pays en situation de crise : mines terrestres

Recherche