Haïti

Alors que le nombre de victimes augmente, l'UNICEF et ses partenaires travaillent pour prévenir la propagation de l'épidémie

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2149/Dormino
Un enfant reçoit un traitement de réhydratation oral au centre médico-social de Grand Dessalines, une ville sur la Rivière Artibonite en Haïti, alors que l'UNICEF et ses partenaires répondent à une éruption de choléra dont l'épicentre se situe à 70 km au nord de la capital), Port-au-Prince.

NEW YORK, États-Unis, 22 octobre 2010 – L'inquiétude augmente cette semaine en Haïti alors que le nombre de cas de diarrhée aiguë causés par le choléra continue de d'augmenter, et que la crainte d'une flambée de choléra s'accroît. Depuis que les premier cas ont été confirmés la semaine dernière, un total de quelques 3000 cas de choléra et plus de 250 décès à cause de cette maladie d'origine hydrique ont été rapportés.

 AUDIO: écouter

Des victimes de l'épidémie ont été hospitalisées avec une variété d'effets secondaires liés à la diarrhée dont la déshydratation, des vomissements et des douleurs abdominales. Les cas confirmés sont groupés autour du fleuve Artibonite dans une région située à deux heures au nord de Port-au-Prince.  Des cas ont également été rapportés dans les départements du Centre et de l'Ouest du pays.

Le Responsable du programme de santé d'UNICEF Haïti, Jean-Claude Mubalama, affirmait vendredi que la situation était chaotique et que l'hôpital local de Saint-Marc avait été submergé de malades. 

« Ici les gens – le [personnel] médical et les infirmières – ne connaissent pas très bien ce genre de maladie, » expliquait Jean-Claude Mubalama. « Par conséquent, l'UNICEF est en train de gérer les moyens disponibles et assure aussi la coordination entre le gouvernement et les partenaires locaux pour tenter de traiter la population aussi rapidement que possible, » a-t-il ajouté.

Des décès parmi les enfants

Les enfants sont spécialement vulnérables. Jean-Claude Mubalama estimait que 30 pour cent des récents décès se sont produits parmi des enfants mais les âges des patients n'ont pas été enregistrés lors de leur arrivée à l'hôpital.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2096/Dormino
Un bébé et différents patients atteint de diarrhée aiguë sont étendus sur le sol de l'hôpital Saint-Nicolas, à Saint-Marc, une ville du département de l'Artibonite en Haïti.

« Les enfants arrivent à l'hôpital très, très, très tard – au dernier moment, » expliquait Jean-Claude Mubalama. « Ils meurent dès qu'ils arrivent. »

Selon le district de la santé de l'Artibonite, il y a seulement trois à quatre heures entre l'apparition des symptômes et le décès. Alors que Jean-Claude Mubalama estimait que 80 pour cent de l'ensemble des décès se produisent au domicile des personnes, le taux de survie est bien plus élevé pour ceux qui peuvent se rendre à l'hôpital avant que leurs symptômes ne deviennent plus graves.

Des conditions insalubres

La cause des cas de choléra n'est toujours pas claire mais on craint que l'eau du fleuve Artibonite ne soit contaminée et le gouvernement haïtien est en train de faire des prélèvements pour la tester.  

Image de l'UNICEF
Un jeune haïtien qui souffre de diarrhées aigues, pleure tandis qu’une infirmière lui applique une solution réhydratante par intraveineuse à l'hôpital Saint-Nicolas, à Saint-Marc, une ville du département de l'Artibonite.

La situation ne semble pas être une conséquence directe de l'important tremblement de terre de janvier, mais l'entassement et la circulation des personnes déplacées peuvent souvent entraîner des conditions d'insalubrité, une des causes premières du choléra.

« Cette zone n'a pas été touchée par le tremblement de terre, » annonce Jean-Claude Mubalama. « Mais nous avons beaucoup de personnes déplacées dans ce secteur et ils viennent ici dans le département de l'Artibonite. »

Accès à l'eau potable

Pour prévenir d'autres infections, l'UNICEF et ses partenaires sont en train de distribuer des produits chimiques pour la purification de l'eau, des antibiotiques, des kits contre les maladies diarrhéiques et des sels de réhydratation orale; il a également demandé l'envoi de fournitures supplémentaires. 

 « Par ailleurs, les actions de secours continuent comme le gouvernement, les organisations non gouvernementales et la Mission de L'ONU en Haïti fournissent une aide dans un nombre croissant d'endroits. Comme un signe positif, potentiellement plein d'espoir, l'augmentation du nombre de cas de choléra confirmés est moindre que ce qu'il était dans les premiers jours de l'épidémie. »

Le choléra est provoqué par la consommation d'eau et de nourriture contaminés et se propage souvent en raison d'un mauvais assainissement et d'une mauvaise hygiène. Il est évitable pourvu qu'il existe un accès à des installations sanitaires et à de l'eau salubre et potable, deux choses qui continuent à arriver difficilement alors qu'Haïti poursuit son redressement à la suite du tremblement de terre qui a dévasté le pays il y a 10 mois.


 

 

Audio (en anglais)

22 octobre 2010 : Radio UNICEF s'entretient avec le responsable de la santé en Haïti,  Jean-Claude Mubalama, sur les cas confirmés de choléra dans le pays.
AUDIO écouter

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche