Haïti

Sauvée par un voisin, une jeune rescapée haïtienne du tremblement de terre rêve d'un retour à une vie normale

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2010/Nybo
Rachel Lunique, 17 ans, montre les décombres sous lesquels elle a été ensevelie pendant les deux jours qui ont suivi le tremblement de terre de janvier en Haïti. Elle a été sauvée par un voisin.

Par Thomas Nybo

Plus de deux mois après le tremblement de terre d'Haïti, plus des trois quarts des 1,2 millions de personnes qui ont besoin d'un hébergement de secours ont reçu de quoi s'abriter et des programmes sont en cours pour faire plus alors que la saison des tempêtes tropicales approche. Comme le montre le reportage qui suit, beaucoup reste encore à accomplir.

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 29 mars 2010 – Quand la terre a commencé à trembler le 12 janvier, Rachel Lunique, 17 ans, est sortie en courant par la porte de l'appartement de sa famille, au premier étage. Rachel avait seulement quelques pas à faire pour se trouver en sécurité dans la rue lorsqu'elle a entendu les cris désespérés de la femme de l'appartement voisin du sien.

 VIDÉO : regarder maintenant

D'instinct, Rachel a fait demi-tour en courant dans l'immeuble sachant que la femme et son jeune enfant avaient besoin d'aide. Quelques seconds plus tard, un mur s'effondrait, assommant Rachel et bloquant son bras droit sous des centaines de kilos de béton. 

« Je suis restée prisonnière pendant deux jours, » dit-elle, en montrant un espace incroyablement petit entouré d'armatures en acier tordues et des blocs de béton brisés. «J'ai commencé à prier et, après, j'ai pleuré. Et je savais que Dieu allait me sortir de là. »

Creuser dans les gravats

Quarante-huit heures de plus allaient être nécessaires pour qu'un autre voisin – un homme de grande taille et mince qui s'appelle Lucas Wilson – entende les pleurs étouffés de Rachel. N'utilisant rien d'autre que ses mains et un marteau, Lucas Wilson a creusé à grand peine dans les gravats, percé un tunnel et libéré Rachel. De la même manière, il libèrerait trois autres voisins.

Tandis que Rachel raconte son histoire, Lucas Wilson s'approche et monte sur le tas de décombres qui, il y a peu, était le domicile familial de la jeune fille. Des semaines après le tremblement de terre, il continue de porter avec lui un marteau en aluminium cabossé et une scie rouillée.

Quand on lui demande ce qui est arrivé à la voisine de Rachel, la femme qui appelait au secours, Lucas Wilson marque une pause puis montre un crâne humain gisant tout au fond d'une crevasse entre deux murs effondrés. Elle est morte en berçant son jeune enfant.

La vie dans un camp

Aujourd'hui, Rachel vit dans un petit abri improvisé dans le Camp de la paix qui fait partie des centaines de campements pour déplacés qui ont se sont multipliés dans la capitale et aux alentours. Les cloisons sont faites de vieilles couvertures de lit et d'une nappe et il y a des bâches en plastique étendues sur le toit pour empêcher la pluie. Elle partage l'espace avec sa famille dont – à part Rachel – aucun membre n'a été blessé pendant le séisme. Un seau en plastique pour l'eau et un petit tas de vêtements sont tout ce qu'elle possède.

« Nous sommes sept à vivre sous cette tente, » dit-elle. « C'est très difficile parce que, quand il pleut, nous nous mouillons. Et quand il y a du soleil, c'est très chaud à l'intérieur. Et il est difficile pour nous de trouver de quoi nous nourrir. »

Rachel porte toujours un bandage autour de son bras blessé qui n'a pas retrouvé sa mobilité.

« Une chose que je peux faire, c'est aller chercher de l'eau tous les jours, » dit-elle, montrant comment elle peut porter un seau avec son autre main. « Je n'ai pas beaucoup d'activités régulières à cause de ma main abîmée. »

L'espoir de retourner à une vie normale

Rachel passe la plupart de ses journées à penser à la vie d'avant le tremblement de terre et à ce qu'il faudra pour qu'Haïti retourne à un semblant de normalité.

« Il est très important pour les jeunes de participer à la reconstruction d'Haïti à cause de l'état dans lequel se trouve à présent le pays. Ce n'est pas bon, » dit-elle.

Rachel est prête à tout pour retourner à l'école. Sa blessure l'a incitée à devenir médecin et elle sait que la voie est longue et difficile.

« Je voudrais que tout le monde puisse retourner à l'école car, sans école, on ne peut rien faire, » dit-elle.


 

 

Vidéo (en anglais)

3 mars 2010 : le reportage du correspondant de l'UNICEF Thomas Nybo sur une jeune femme qui a été ensevelie pendant deux jours après le tremblement de terre de 12 janvier en Haïti.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche