Haïti

Les secours aux survivants du séisme en Haïti sont en route

Image de l'UNICEF
© AP Photo/Arduengo
Les gens se rassemblent dans un abri improvisé de Port-au-Prince après le séisme qui a abattu le Palais présidentiel, la cathédrale de la ville, les hôpitaux, les écoles, la prison principale et tous les quartiers environnants.

NEW YORK, États-Unis, 13 janvier 2010 – Le premier chargement d'aide de l'UNICEF aux survivants du séisme ravageur d'hier est en chemin pour Haïti. L'aide d'urgence doit absolument parvenir immédiatement, alors que les services de base et d'infrastructure de cette nation la plus pauvre de l'hémisphère occidental étaient déjà au bord de l'effondrement, avant même que ne frappe le tremblement de terre d'une magnitude de 7.0.

 AUDIO : écouter maintenant

 VIDÉO : regarder maintenant

Avec le soutien de la Fédération de la Croix-Rouge et des Sociétés du Croissant-Rouge, une aide d'urgence en provenance du Bureau Régional de l'UNICEF au Panama s'est envolé pour la République Dominicaine et sera ensuite transporté demain par voie de terre dans  la capitale haïtienne durement frappée.

Les articles acheminés par voie aérienne comprennent 10 000 toiles de bâche, 4600 récipients pour l'eau, 5,5 millions de tablettes de purification de l'eau, 556 000 sachets de sels de  réhydratation orale et d'autres fournitures afin de satisfaire les besoins élémentaires d'environ 10 000 familles. Un chargement de fournitures pour 20 000 familles supplémentaires est prévu dans les prochains jours.

Une incroyable destruction
Sur la base des premiers rapports, il est clair que cette aide, et encore beaucoup plus, sera  désespérément nécessaire. Le séisme d'hier et environ 40 secousses secondaires ont provoqué des souffrances presque inimaginables dans un pays qui est mal équipé, même dans les meilleures périodes, pour répondre aux besoins les plus élémentaires. Les écoles, les maisons et les routes ont été détruites et il n'y a pas assez d'équipements médicaux pour soigner les blessés.

Image de l'UNICEF
© AP Photo/Arduengo
Un jour après le séisme qui a frappé Port-au-Prince, une fillette blessée est couchée sur le bord de la route tandis qu'on lui porte assistance.

L'épicentre du tremblement de terre était  situé à tout juste 17 kms de Port-au-Prince. « Aussi les destructions dans la ville sont incroyables, » déclare le Directeur régional de l'UNICEF pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Bernt Aasen. « Nous n'avons pas d'indication encore du nombre de tués ou blessés, mais nous parlons ici de milliers. C'est un grand désastre pour Haïti. »

La priorité de l'UNICEF est de s'assurer que les enfants haitiens reçoivent l'aide vitale dès que possible.

« Les fournitures les plus essentielles que nous acheminons dès maintenant comprennent des kits familiaux assortis de batteries de cuisine et de tout le nécessaire pour les besoins d'une famille, » a déclaré Bernt Aasen « Nous avons devoir ensuite acheminer des fournitures médicales et l'UNICEF possède des trousses médicales standard pourvues de tous les médicaments dont nous savons qu'ils sont essentiels face à une telle situation. »

Fournir de l'eau potable et de la nourriture sont essentielles pour la survie des enfants après de tels désastres, aussi l'expédition d'aliments thérapeutiques et de réservoirs d'eau souples est également prévue.

Sur place à Jacmel
Quand le séisme a frappé hier aux environs de 17 heures, heure locale, le représentant de l'unicef en Haïti, Guido Cornale se trouvait sur la ville côtière de Jacmel, à environ trois heures de route de la capitale.

« C'était l'un des tremblements de terre les plus puissants que j'ai jamais connus dans ma vie. J'ai vu l'enfer. Cela a été très violent, très bref, très bruyant, » a-t-il décrit.

Image de l'UNICEF
© AP Photo/Cruz
Les gens stationnent sur les débris le long de la Route de Delmas le lendemain d'un séisme d'une magnitude de 7.0 qui a frappé Port-au-Prince en Haïti.

Ce matin Guido Cornale s'est joint aux responsables locaux du gouvernement et de la défense civile à Jacmel pour évaluer les dégâts. Il a vu des personnes tirées des décombres des bâtiments dont certaines blessées avaient survécu, mais d'autres avaient été tuées. Le représentant de l'UNICEF estime qu'environ 20 pour cent des immeubles de la ville de 50 000 âmes ont été détruits.

Tout au long de la journée, Guido Cornale a été en contact sporadique avec ses collègues à Port-au-Prince, où se trouvent les bureaux de l'UNICEF qui ont été gravement endommagés. Il s'est inquiété de leur bien être, faisant toutefois remarquer que « nous ne sommes pas sûrs que tout le personnel est sain et sauf. »

Déterminés à faire face

Pendant ce temps, dans une déclaration devant le Conseil d'administration de l'UNICEF qui est en session à New york cette semaine, la Directrice générale de l'UNICEF, Ann M. Veneman a réaffirmé la détermination de l'agence à répondre efficacement à la crise en Haïti malgré les nombreux défis à relever.

« Les experts estiment que 46 pour cent des 10 millions d'habitants d'Haïti ont moins de 18 ans, » a-t-elle annoncé. « Les besoins particuliers des enfants en termes d'alimentation, d'abri et de protection doivent être pris en compte dès les premiers secours et l'UNICEF fera tout ce qui est en son pouvoir pour veiller à ce que ces besoins soient satisfaits. »


 

 

Audio (en anglais)

13 janvier 2010 : de Jacmel, Haïti, Le représentant de l'UNICEF Guido Cornale décrit sur l'antenne de Radio UNICEF les effets dévastateurs du récent séisme.
AUDIO écouter

Vidéo

13 janvier 2010 : Le reportage de la correspondante de l'UNICEF Chris Niles sur l'aide d'urgence de l'UNICEF en Haïti, frappé par un séisme d'une magnitude de 7.0
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Vidéo (en anglais)

La Directrice générale
de l'UNICEF, Ann M. Veneman,  s'exprime à propos du séisme dévastateur en Haïti.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche