Haïti – Pays en crise

Aider les enfants des Gonaïves à retourner en classe

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0127/Kamber
Les enfants des Gonaïves, en Haïti, ont besoin d’un meilleur accès à l’éducation

Port-au-Prince/New York, le 21 octobre 2004 – En Haïti, la persistance des troubles pose des problèmes aux agences humanitaires qui essaient de venir en aide aux populations touchées par les inondations du mois dernier. Quelque 3 000 personnes ont perdu la vie et des milliers d’autres dépendent encore de l’aide humanitaire.

Des manifestations par des partisans de l’ancien président, Jean Bertrand Aristide, qui a été chassé du pouvoir, ont aggravé la tension et des dizaines de personnes ont été tuées au cours de violents affrontements.

Le manque de sécurité empêche l’UNICEF de parvenir à son dépôt dans la capitale de Port-au-Prince. L’acheminement vers les Gonaïves de fournitures indispensables a donc été retardé. Le port a également été bloqué, ce qui a entravé la livraison de fournitures supplémentaires.

Mais l’équipe de l’UNICEF, forte de 15 employés, se dirige à présent vers la région la plus touchée, à savoir la ville des Gonaïves et ses environs, dans l’espoir de participer à la remise sur pied du système scolaire. Suite à la rébellion et aux inondations, les enfants d’Haïti sont privés d’école depuis un an.

Sylvana Nzirorera, chargée de la communication pour l’UNICEF, affirme que les enfants sont privés de leur droit à l’éducation.

« L’équipe retourne aux Gonaïves pour commencer à déblayer les écoles, mais aussi pour discuter avec la collectivité locale de l’emplacement d’écoles temporaires afin de pouvoir rappeler les enfants à l’école plus tôt dans le courant du mois de novembre, explique-t-elle. Ce qui compte à présent, c’est de ramener un semblant de vie normale aux Gonaïves en renvoyant les enfants à l’école. Ces enfants sont victimes d’un terrible traumatisme, parce qu’ils se demandent s’ils retourneront jamais à l’école.

« C’est un réel sujet d’inquiétude pour l’UNICEF, car tant qu’ils ne retourneront pas à l’école, les enfants eux-mêmes, mais aussi les familles, la communauté et le pays tout entier sont confrontés à ce problème. »

L’UNICEF s’est engagé à faire réparer les cinquante écoles des Gonaïves. La ville s’apprête à recevoir cent cinquante « écoles en boîte », soit suffisamment de matériel pédagogique pour près de 12 000 élèves et des centaines d’enseignants.


 

 

Audio (en anglais)

21 octobre 2004 : Aux Gonaïves, l’UNICEF aide les enfants à se remettre à étudier
Recherche