Géorgie

La reconstruction des réseaux d’eau et d’assainissement contribue à effacer les vestiges du conflit en Géorgie

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2009
Une écolière utilise l’eau d’un robinet installé par l’UNICEF et le Comité international de secours, dans l’école du village de Tortiza, près de Gori, en Géorgie.

Par Guy Degen

GORI, Géorgie, 3 août 2009 – L’école du village de Tortiza, près de Gori, porte encore des traces du conflit de 2008 en Ossétie du Sud, Géorgie, et aux alentours. L’un des principaux bâtiments de l’école est noirci par la fumée d’un incendie et demeure en ruine..

VIDÉO : regarder maintenant

Toutefois, dans le reste de l’école, l’UNICEF et le Comité international de secours (International Rescue Committee – IRC) ont créé une nouvelle canalisation d’eau et un meilleur système d’assainissement avec des latrines à chasse d’eau. Les améliorations entrent dans le cadre des efforts de reconstruction suite au conflit.

L’an dernier, l’école de Tortiza  a été fermée pendant près de trois mois, l’Éducation nationale attendant que les locaux offrent une sécurité suffisante pour être réouverts et que les personnes déplacées, abritées là, trouvent d’autres logements.

Natia Sirbiladze, 9 ans, est l’une des élèves, qui sont nombreux, à trouver que leur école s’est bien améliorée. « Je suis très heureuse de disposer à présent d’un robinet d’eau, » a-t-elle dit. « Avant, je devais aller jusqu’à la maison de ma camarade de classe pour chercher de l’eau. Je suis également très heureuse de disposer maintenant de toilettes. »

Une bonne hygiène pour une bonne santé
À l’école de Tortiza, les élèves sont en outre formés par l’IRC à la pratique d’une bonne hygiène – des connaissances qu’ils peuvent partager avec leur famille chez eux ou dans les centres pour personnes déplacées.

« Nous sommes sensibilisés davantage aux diverses maladies infectieuses. Nous sconnaissons en outre les causes de diarrhée, » a observé Tamar Akhalkatsi, un élève de 14 ans. Avant ces améliorations, a-t-il ajouté, « nous n’avions pas de véritables toilettes et nous ne disposions pas d’eau pour nous laver les mains ou pour boire. Nous devions souvent manquer la classe pour aller chercher de l’eau dans les maisons aux alentours. »

Au cours du conflit de l’été dernier, l’UNICEF a joué un rôle de chef de file pour la coordination des mesures d’urgence dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène. Avec ses partenaires, l’organisation a fourni des trousses d’hygiène et des kits d’approvisionnement familial en eau à plus de 100 000 personnes déplacées.

L’approvisionnement en eau salubre
Outre le travail effectué à l’école de Tortiza, l’UNICEF améliore les réseaux d’eau locaux, dans la région de Gori, afin d’éviter les flambées épidémiques de maladies d’origine hydrique.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2009
Des enfants géorgiens font la queue pour accéder aux latrines de leur école, qui sont nouvelles et améliorées par rapport aux anciennes.

C’est ainsi que l’UNICEF a aidé les autorités de la ville de Gori à se procurer une excavatrice, nécessaire pour le remplacement des vieux tuyaux d’eau et de ceux qui avaient été endommagés lors du conflit. L’eau approvisionnant Gori et les communautés avoisinantes est désormais traitée régulièrement au chlore, plus de 50 000 résidents disposant ainsi d’eau potable.

La réparation des vieux réservoirs et des pompes à eau anciennes contribue également à l’approvisionnement en eau potable des villages reculés.

« Dans un conflit ou lors d’une catastrophe naturelle, il est essentiel que l’UNICEF et ses partenaires fassent en sorte que chaque enfant et chaque famille puissent disposer d’eau potable, bénéficier d’une situation sanitaire élémentaire et d’approvisionnements nécessaires pour maintenir des pratiques d’hygiène familiale de base, » a dit le représentant adjoint de l’UNICEF en Géorgie, Benjamin Perks.

La Géorgie est un pays où on dispose d’eau en abondance. Alors que ceux qui sont touchés par le conflit reconstruisent leur maison et refont leur vie, l’UNICEF poursuit son travail en vue d’une meilleure hygiène et et d’un meilleur assainissement – et en vue de garantir à toutes les communautés l’accès à un approvisionnement en eau salubre.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le correspondant de l’UNICEF, Guy Degen, rend compte des efforts, effectués dans la Géorgie d’après-conflit, en vue de réhabiliter les installations d’eau et d’assainissement utilisées par les écoliers.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche