Éthiopie

En Éthiopie, un pays souvent frappé par la sécheresse, le programme nutritionnel communautaire repousse la famine

Par Indrias Getachew

CHANCHO, Éthiopie, 4 août 2011 – Des mères en tenues colorées, leurs enfants attachés dans le dos, se dirigent vers le centre du village de Chancho, situé dans le district de Deder dans l’est de l’Éthiopie. Là, l’agent de santé bénévole de la communauté, Kasim Jibral, installe des balances pour la séance de suivi de la croissance qui a lieu chaque mois au village.

VIDÉO (en anglais) : 13 juillet 2011 - Le reportage de la correspondante de l’UNICEF Chris Niles sur les initiatives communautaires en matière de santé et de nutrition pour les enfants qui vivent dans des zones sujettes à la sécheresse en Éthiopie.  Regarder dans RealPlayer

 

« Nous pesons les enfants afin d’identifier la malnutrition, pas toujours visible à l’oeil nu », explique Kasim Jibral.

Le suivi de la croissance est l’un des piliers du programme nutritionnel à base communautaire (CBN) soutenu par l’UNICEF et introduit par le gouvernement éthiopien en 2008 dans les districts sujets à la sécheresse et à l’insécurité alimentaire. Le CBN est conçu pour prévenir la malnutrition, un facteur sous-jacent dans le décès de plusieurs enfants éthiopiens de moins de cinq ans.

« Il faut qu’elle continue à allaiter »

Adise Gezahegn et Beza, son bébé de trois mois, attendent patiemment leur tour à Chancho. Le mois dernier, Beza pesait 4,4 kg ; sa mère a hâte de découvrir combien de poids elle a pris depuis sa dernière visite.

Kasim Jibral aide Adise Gezahegn à enlever les vêtements de Beza, puis ils la placent dans un sac modifié utilisé pour peser les bébés. Ensemble, ils notent les résultats : Beza pèse désormais 4,6 kg. Ensuite, ils s’assoient pour leur consultation mensuelle en tête-à-tête.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2011/Getachew
L’agent de santé Kasim Jibral et Adise Gezahegn, une mère qui allaite, discutent des progrès nutritionnels observés chez son bébé de trois mois, dans le village de Chancho, situé dans le district de Deder dans l’est de l’Éthiopie.

« Même s’il elle ne se sent pas bien, il faut qu’elle continue à allaiter son enfant. C’est le conseil que je lui ai donné », a déclaré Kasim Jibral, après avoir parlé à Adise Gezahegn. « Je lui ai dit que c’est elle qui devrait boire le lait de vache qu’elle donne maintenant à son bébé. Ainsi, elle aura assez de lait maternel pour nourrir son bébé ».

La stratégie nutritionnelle nationale

Bien que l’allaitement maternel soit une pratique commune en Éthiopie, l’allaitement exclusif depuis la naissance (y compris le colostrum, le « premier lait » sécrété juste après l’accouchement, très nourrissant et aidant à combattre les maladies) est considéré comme une pratique impure dans plusieurs communautés.

La promotion de l’allaitement exclusif depuis la naissance jusqu’à l'âge de six mois, puis jusqu’à l’âge de deux ans ou plus avec une alimentation complémentaire, est un élément clé de la stratégie nutritionnelle nationale de l’Éthiopie. Elle a été mise en place au niveau local à travers le CBN et le Programme de vulgarisation sanitaire, qui forme les agents de santé dans les communautés.

« Lorsque j’ai eu mes deux premiers enfants, je n’avais pas ces connaissances et je ne les ai pas allaité tout de suite », raconte Adise Gezahegn. « Mais pour le troisième et le quatrième, puisque j’avais acquis ces connaissances, j’ai aussitôt commencé à les allaiter ».

Surveiller la croissance des enfants

Kasim Jibral et les autres agents de santé bénévoles dans les communautés pèsent chacun des 27 enfants de moins de deux ans qui sont venus pour le suivi de la croissance. Ensuite, ils discutent des résultats avec les mères.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2011/Getachew
Pendant une réunion communautaire à Chancho, les villageois discutent de la santé de leurs enfants après la session mensuelle de suivi de la croissance soutenu par l’UNICEF et le gouvernement éthiopien.

Les sessions mensuelles de suivi de la croissance permettent de mesurer en temps réel la façon dont les enfants se nourrissent. Ils permettent aussi d’intervenir immédiatement si la malnutrition est détectée. Les enfants qui encourent un risque sont envoyés dans des programmes d’alimentation thérapeutiques ambulatoires. Ceux-ci s’occupent des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère mais n’ayant pas d’autres complications, comme de la fièvre par exemple.

Avec l’aide de l’UNICEF, le gouvernement a étendu ces programmes alimentaires à 8800 postes de santé ; en 2004, il n’y en avait presque aucun. Par l’utilisation d’aliments thérapeutiques prêts-à-l’emploi, les agents de vulgarisation sanitaire, bien formés, peuvent sauver et sauvent des vies.

Les résultats de la séance de suivi de la croissance à Chancho sont mitigés.

« Il y a ceux qui ont pris du poids et ceux qui en ont perdu. J’ai envoyé trois enfants aux agents de vulgarisation sanitaire pour une évaluation nutritionnelle approfondie », dit Kasim Jibral.

Le dialogue communautaire

Tôt le lendemain matin, les agents de santé communautaire dans le village de Chancho utilisent des mégaphones pour rappeler à la communauté rurale qu’ils allaient discuter des résultats du suivi de la croissance pendant la réunion au centre du village.

Lors de la réunion, les agents de vulgarisation sanitaire, Mersha Tena et Tigist Imiber, ont montré un graphique avec les résultats du jour précédent, puis ont parlé des défis concernant la nutrition des enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2011/Lemma
Adise Gezahegn et Tibebu Abera avec leurs trois ainés, dans le village de Chancho, district de Deder, Éthiopie. Ils ont également un bébé de trois mois qu'Adise Gezahegn allaite.

Le mari d'Adise Gezahegn l’a accompagné à la réunion. « Avant, [les pères] refusaient de porter nos bébés », dit-elle. « Nous pensions que c’était le travail des mères. Mais maintenant, après la discussion avec la communauté, j’ai été convaincue. Désormais, nous prenons soins de nos enfants de manière égale ».

Les conséquences de la sécheresse au niveau régional

Le taux de survie des enfants en Éthiopie s’est considérablement amélioré au cours des dernières années, en grande partie dû aux améliorations en nutrition infantile. En 1990, plus de 20 pour cent des enfants du pays mourraient avant leur cinquième anniversaire. En 2009, ce pourcentage avait baissé de moitié.

La base de la stratégie nutritionnelle du pays repose sur la prévention de la malnutrition avant que celle-ci ne mette sérieusement en danger la vie des enfants. Le programme CBN soutenu par l’UNICEF aide aussi à éviter les conséquences de la situation d’urgence provoquée par la sécheresse qui continue de sévir en Éthiopie et dans le reste de la Corne de l’Afrique.

En 2011, environ 300 000 enfants auront besoin d’un traitement pour la malnutrition aiguë sévère. Cependant, les systèmes mis en place pour sauver ces jeunes vies ont été exploités au maximum. Aujourd’hui, l’UNICEF appelle les donneurs internationaux à intensifier leur soutien à la réponse humanitaire dans les mois à venir.


 

 

Sécheresse dans la Corne de l'Afrique

L'UNICEF et SAACID promeuvent l'allaitement au sein exclusivement dans les communautés affectées par la sécheresse en Somalie
 avec vidéo

Une école itinérante pour répondre aux prières d'une jeune fille de Turkana
 avec vidéo

Les taux d'infection à la rougeole déclinent, après une campagne de vaccination réussie en Somalie

Dans le sud de la Somalie, la famine recule mais des millions de personnes sont toujours dans le besoin
 avec vidéo

L'histoire d'Ekalale : les soins de proximité sauvent des vies à Turkana, au nord-ouest du Kenya

En Somalie, les espaces « amis des enfants » appuyés par l'UNICEF offrent un soutien aux enfants déplacés
 avec vidéo

Les fournitures médicales arrivent au Kenya, avec l'aide du Duc et de la Duchesse de Cambridge
 avec vidéo

À Copenhague, le Duc et la Duchesse de Cambridge visitent le Centre d'approvisionnement de l'UNICEF
 avec vidéo

Une interview d'Hannan Sulieman, de l'UNICEF Somalie : « C'est pour les enfants, où qu'ils se trouvent »
 avec vidéo

Les avantages et les inconvénients des pluies saisonnières dans un Kenya desséché
 avec vidéo

Des journalistes somaliens suivent un atelier soutenu par l'UNICEF et centré sur le reportage humanitaire
 avec vidéo

Reportage sur le terrain : sauver
des vies dans la
Corne de l'Afrique,
un enfant à la fois

Longtemps attendues, les pluies sont à l'origine de nouveaux déplacements et de décès d'enfants

Les Ambassadeurs itinérants de l'UNICEF lancent un appel pour continuer le soutien à la Corne de l'Afrique
 avec vidéo

Toutes les histoires relatives aux urgences ...

Recherche