En bref: El Salvador

Des milliers de familles face à un avenir incertain après les inondations d’El Salvador

Image de l'UNICEF
© UNICEF/El Salvador/2011
La force de la rivière Talnique a détruit le pont qui reliait le village de Sacacoyo à la ville de San Salvador, isolant les habitants du village.

Par July Mejia et Armando Carballido

SACACOYO, El Salvador, le 10 novembre 2011 – Récemment, en emmenant son fils Abner chez sa grand-mère comme tous les samedis, Erick Alberto Montano, 25 ans, était loin de se douter que cela leur sauverait la vie. De fortes pluies tombaient depuis quatre jours, et en rentrant chez eux, la chambre d’Abner avait été balayée par un glissement de terrain. Sans plus attendre, Erick et sa famille ont dû tout laisser derrière eux.

Les fortes pluies qui ont frappé El Salvador ont laissé un triste souvenir à la ville de Sacacoyo, dans la province de La Libertad. « Pour ceux qui ont vécu cette expérience, ça a été quelque chose de terrible », explique Erick. « Nous nous réveillons encore la nuit, angoissés. Heureusement, nous sommes tous en vie ».

Une intervention rapide

L’action rapide du Système national de protection civile a permis l’évacuation de milliers de personnes dans le pays, en majorité des enfants et des adolescents. La rapidité de leur intervention a permis de limiter le nombre de pertes humaines.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/El Salvador/2011
L’une des maisons dévastées par les inondations suite aux fortes pluies qui se sont abattues sur El Salvador.

Plus de 55 000 personnes ont dû être amenées dans divers abris dans le pays. Bien que les pluies aient cessé, nombre d’entre eux ne peuvent toujours pas rentrer chez eux.
« Désormais la principale préoccupation consiste à établir des priorités quant à l’aide apportée dans le pays à moyen et long terme », explique Gordon Jonathan Lewis, Représentant de l’UNICEF à El Salvador.

Un avenir incertain

Le Gouvernement d’El Salvador et les Nations Unies ont lancé un appel éclair à l’aide, demandant 15,7 millions de dollars des É.-U. pour subvenir aux besoins de base de près d’un million de personnes affectées par les pluies.

Erick et son fils Abner ont hâte de rentrer chez eux, mais leur maison étant toujours sous la boue, l’avenir reste incertain. 


 

 

Recherche