Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Amélioration de l’assainissement et de l’hygiène dans les communautés de l’Inde rurale affectées par le tsunami

Image de l'UNICEF: India: Tsunami recovery
© UNICEF video
Jeeva, une volontaire, fait du porte à porte dans son village de Thaezanguada, en Inde, afin de donner aux enfants de bonnes notions d’hygiène et d’aider les familles à s’accoutumer aux nouvelles toilettes installées dans les logements.

Par Rob McBride

THAEZANGUADA, Inde, décembre 2006 – Marchant avec précaution entre les flaques laissées par les pluies de la dernière mousson, Jeeva va de maison en maison. Elle est chargée d’une mission importante : s’assurer que ses voisins savent utiliser leurs nouvelles toilettes.

Le village de la jeune femme rassemble une communauté prospère de pêcheurs. Il se situe sur la côte de l’État du Tamil Nadu au sud de l’Inde. Il a connu de profonds changements depuis le tsunami. L’une des transformations les plus radicales a été la construction de maisons toutes neuves, dotées de toilettes à l’intérieur des logements.

Avant le tsunami, rares étaient les résidents de Thaezanguada utilisant des toilettes à l’intérieur de leur logement. Encore récemment, dans cette partie de l’Inde, seulement 10 pour cent environ des logements ruraux disposaient de toilettes, ce qui faisait de cette région l’une des plus sous-développés du pays, en ce qui concerne les bonnes pratiques d’hygiène. 

Cette situation a peu à peu évolué, grâce aux efforts déployés après la catastrophe du tsunami, qui a été l’occasion de faire avancer le développement social du secteur.

« Les 10 commandements » d’une bonne hygiène

« Je vais dans toutes les maisons et je vérifie qu’ils connaissent les moyens d’assainissement et le nettoyage de leurs toilettes de façon correcte », dit Jeeva. « Et je m’assure que les enfants ont des connaissances en matière d’hygiène ».

Chaque fois qu’elle s’arrête, elle rassemble les enfants et elle récapitule ce qu’on appelle les « Dix commandements » d’une bonne hygiène personnelle. La plupart des enfants semblent les savoir par coeur. Sur un toit voisin, l’un des collègues de Jeeva anime une réunion de mères et d’enfants consacrée à cette même liste.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Jeeva apprend aux enfants les « Dix commandements » de la bonne hygiène personnelle.

Dans le cadre de ce projet soutenu par l’UNICEF, chaque volontaire est chargé de 50 foyers ; il éduque la communauté et la motive. 

Divea est l’un des enfants qui peut vous réciter d’un trait les 10 commandements. « Avant le tsunami, il n’y avait pas de toilettes dans les maisons », dit-elle. « Mais nous pouvons maintenant utiliser des toilettes et nous connaissons la bonne hygiène personnelle. »

Les enfants montrent la voie

Devant sa mère et Jeeva, Divea montre les toilettes aux visiteurs – et la bouteille de désinfectant permettant de les nettoyer chaque jour – dans la maison où Divea et sa famille ont emménagé il y a seulement quelques mois.

« Les femmes et les enfants se familiarisent très vite à l’hygiène et aux toilettes », dit Jeeva. Elle ajoute, avec un sourire timide : « Les hommes mettent davantage de temps à comprendre ».

Dans ce village de pêcheurs traditionnel, on a beaucoup de mal à convaincre les hommes d’utiliser les nouvelles toilettes situées dans leur logement au lieu d’aller en bord de mer ou à proximité de leur habitation. Cependant, même cela change – grâce aux enfants qui montrent souvent la voie.

Un spectacle de marionnettes diffuse les messages

Partant du principe que les parents écoutent leurs enfants lorsqu’ils parlent, une ONG locale, qui est un partenaire, prépare un spectacle spécial de marionnettes ayant lieu au centre du village, à la tombée de la nuit. Réalisé par des enfants, ce spectacle va montrer au public l’importance d’une bonne hygiène, tout en diffusant d’autres messages tels que la nécessité de respecter les droits de l’enfant. 

« C’est une manière très vivante de faire passer ce message », dit Nisha Rachel Ninan, qui fait partie de l’équipe de l’UNICEF. « Le spectacle a un effet non seulement sur les autres enfants, mais aussi sur la communauté tout entière ».

Soudain, les haut-parleurs  grésillent et la musique indique le début du spectacle, alors que le public s’installe pour observer et écouter. Cette communauté a été considérablement transformée par la crise d’il y a deux ans. Sous certains aspects, elle est encore convalescente, alors qu’à d’autres points de vue elle se porte mieux qu’avant le tsunami.


 

 

Vidéo (en anglais)

Décembre 2006 :
le correspondant de l’UNICEF, Rob McBride, décrit les efforts en vue d’encourager les bonnes pratiques d’hygiène dans des villages de l’Inde rurale que le tsunami a ravagés.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche