Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Des camions-citernes à l’eau courante : De l’eau potable pour les habitants frappés par le tsunami en Indonésie

Image de l'UNICEF
© UNICEF HQ06-1994/Estey
Puput, 10 ans, aide sa mère à faire la lessive dans un camp temporaire pour personnes déplacées par le tsunami de 2004, à Banda Aceh, Indonésie.
Par Edith Johnson

BANDA ACEH, Indonésie, décembre 2006 – Il y a deux ans Puput, 10 ans, a perdu son père et tout ce qu’elle possédait quand le tsunami a dévasté le village de sa famille situé en bord de mer. Maintenant, elle vit avec sa mère Nurasiah dans un camp temporaire dans la banlieue de Banda Aceh, en attendant le jour où elles auront à nouveau un foyer.

« Tout d’abord, nous avons vécu dans le camp d’Ulee Kareng, et c’était vraiment difficile car il n’y avait pas d’eau potable, » explique Nurasiah. « Chaque fois que nous voulions nous laver, nous devions demander aux voisins. Mais les choses s’améliorent depuis que nous avons déménagé. »

Dans ce nouveau camp, l'eau salubre provient d'une usine de traitement des eaux soutenue par l'UNICEF, qui a été construite au lendemain du tsunami. L’eau est transportée par camion pour répondre aux besoins de 30 000 personnes qui, comme Puput et sa mère, vivent dans des logements temporaires. L’usine approvisionne aussi en eau potable plus de 7 000 résidents de Banda Aceh.

Image de l'UNICEF
© UNICEF HQ06-1990/Estey
Ces travailleurs remplissent un camion-citerne dans une usine de traitement des eaux soutenue par l'UNICEF à Banda Aceh. L’usine dessert plus de 30 000 personnes, dont la plupart continuent à vivre dans des camps temporaires à la suite du tsunami.
Repartir à zéro

Aujourd’hui, l’UNICEF continue à participer à la remise en service d’usines de traitement des eaux et à la construction de systèmes d’approvisionnement en eau dans des zones rurales d'Indonésie frappées par le tsunami.

« Il est rare que nous continuions à amener de l'eau par camion aussi longtemps après une catastrophe, » a déclaré Dara Johnston, responsable du projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement de l’UNICEF. « Généralement, nous pouvons réparer les sections endommagées et le système de base est intact. Mais ici, à Aceh, le tsunami a entièrement détruit l’infrastructure d’approvisionnement en eau. Toutes les canalisations ont simplement disparu et nous avons dû repartir à zéro. »

Les personnes qui sont toujours déplacées à la suite du tsunami dépendent d’un approvisionnement régulier en eau potable pour leurs besoins quotidiens. Pour faire face à la demande, l’UNICEF a aidé à forer des puits, remettre en état les sources naturelles et livrer directement de l'eau potable aux écoles.

« Nous sommes déjà allés dans 105 écoles et leur avons fourni de bons puits, tout en améliorant les installations sanitaires. Des travaux de réfection sont en cours dans 100 autres écoles, » explique M. Johnston.

Image de l'UNICEF
© UNICEF HQ06-1998/Estey
Dans un camp pour personnes déplacées à Banda Aceh, un enfant prend son bain dans de l'eau propre fournie par une usine de traitement des eaux soutenue par l’UNICEF.
«Notre vie va s’améliorer»

Puput et sa mère attendent avec impatience de rentrer dans leur village, mais pas avant de disposer d’une source d’eau fiable.

« Nous élargissons les canalisations aux logements permanents, » explique M. Johnston. « Dans Aceh, il y a plusieurs groupes d’habitations qui ne sont pas bien approvisionnés en eau. Les gens ne veulent pas emménager dans ces nouveaux logements parce que la santé de leur famille n’est pas garantie. »

Tous les jours, Puput aime à passer du temps avec ses amis au centre pour enfants soutenu par l’UNICEF. Le centre propose de nombreuses activités bonnes pour la santé, que sa mère approuve de tout son coeur.

« Tout ce qu’elle veut faire, je l’encourage à le faire, » dit Nurasiah. « Je lui dis que ce que nous avons maintenant, c’est assez. Nous avons de l’eau, à manger, une école, et ça doit nous suffire pour l’instant. Nous devons être patientes et nous activer. Notre vie va s’améliorer ! »



 

 

Vidéo (en anglais)

Décembre 2006:
le correspondant de l’UNICEF, Steve Nettleton, décrit les efforts déployés pour approvisionner en eau salubre les familles frappées par le tsunami et relogées temporairement à Banda Aceh, Indonésie.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Vidéo (en anglais)


Décembre 2006:
Le Représentant de l'UNICEF en Indonésie, Gianfranco Rotigliano, parle du travail de l'après tsunami de l'agence dans le pays.
 VIDEO haut | bas

Éléments multimédia

Recherche