Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Inde : le « premier capitaine » aide à la reconstruction après le tsunami

Image de l'UNICEF
© India/2005/Bagla
Le premier capitaine de village ou chef femme de Car Nicobar, Mme Ireena Mark, 48 ans, démontre le système de recollection d’eau de pluie.

Par Savita Varde-Naqvi

CAR NICOBAR, îles d’Andaman et Nicobar, Inde, 22 juin 2005 – Lorsque le tsunami a frappé Small Lapathy, le village d’Ireena Mark, sur cette minuscule île idyllique, Ireena a su ce qu’il fallait faire.

Ireena est le « Premier Capitaine » du village et la seule femme du Conseil de Tribu, l’organe disposant du pouvoir de décision au sein de la communauté autochtone de Nicobar. Elle figure parmi les 15 capitaines élus pour représenter les 15 villages de l’île, dont la population est d’approximativement 21 000 personnes.

Le jour du tsunami, le capitaine Ireena a vite compris le danger imminent qui menaçait son village, situé juste en bordure de mer, et elle a ordonné à la population de s’enfuir – ce qui a sauvé beaucoup de vies.

Mais les maisons et les autres bâtiments de son village ont été complètement détruits – comme c’est le cas de bien d’autres villages de l’île, en particulier Arong, Sawai, Kinmai, Mus, Chukchukia, Kimius, Kakana, Tapoiming et Tamaloo. On estime que la grande vague a causé la mort de 270 habitants de l’île et il y a 584 disparus.

Appui aux secours et à la réhabilitation

Lorsque les eaux se sont retirées, des dirigeants tels qu’Ireena Mark, avec l’appui de l’UNICEF, ont rendu possibles les secours et la réhabilitation à Car Nicobar.

Dans la semaine qui a suivi la catastrophe, des médecins de l’UNICEF étaient sur les îles d’Andaman et Nicobar, s’efforçant de faire bénéficier des services d’urgence les enfants des zones les plus reculées. Les médecins ont contribué à ce que tous les enfants âgés de six mois à cinq ans de ces îles soient vaccinés contre la rougeole et obtiennent un supplément de vitamine A.

L’UNICEF a fourni de l’eau potable et distribué 110 000 sachets de sels de réhydratation orale. D’autres approvisionnements essentiels – notamment du matériel de vaccination, des équipements pour le contrôle de la qualité de l’eau, 21 000 moustiquaires contre le paludisme et 40 000 tubes d’insectifuge antimoustique – ont été distribués sur les îles les plus gravement touchées de Car Nicobar, Katchal, Kamorta, Teressa, Trinket et Great Nicobar. La Direction des services de santé a joué un rôle essentiel dans la résolution des problèmes logistiques, qui ont été aggravés par les dégâts subis au niveau des installations portuaires et aéroportuaires lors du tsunami.

Les habitants des villages détruits ont été réinstallés à l’intérieur, sur des emplacements plus élevés par rapport au niveau de la mer et plus sûrs. À présent, 3 866 abris provisoires ont été construits  à Car Nicobar, et on est ainsi passé des opérations de secours à la reconstruction. L’UNICEF a profité de cette occasion pour faire en sorte que les bâtiments et installations venant en remplacement soient de meilleure qualité que ceux ayant été détruits par le tsunami.

Eau et assainissement

Le tsunami a gravement endommagé l’infrastructure d’approvisionnement en eau et l’eau de mer a inondé certains puits. Alors que la Direction des travaux publics d’Andaman construisait des abris provisoires pour reloger la population, l’UNICEF axait ses efforts sur l’amélioration de l’eau et de l’assainissement.

L’organisation a fait intervenir six ingénieurs spécialisés dans l’eau et l’assainissement et 44 techniciens maçons pour la construction d’environ 7 000 latrines. Les toits, recouverts de feuilles de tôle galvanisée, des abris provisoires ont permis de canaliser plus facilement l’eau de pluie vers des citernes de stockage. Cinq citernes de cent litres, fournies par l’UNICEF, ont été mises en place à proximité de chaque village où on a procédé à une réinstallation. Avec l’arrivée de fortes pluies de mousson, l’UNICEF encourage maintenant la collecte de l’eau de pluie.

L’équipe de l’UNICEF a contribué à préserver de bonnes conditions sanitaires dans les logements provisoires en enseignant l’hygiène aux résidents, en mettant l’accent sur une utilisation appropriée des latrines, sur le lavage des mains et sur l’importance de la chloration de l’eau potable.

Le capitaine Ireena explique à tout le monde comment procéder. « Et n’oubliez pas de faire bouillir l’eau, même si vous l’avez filtrée avec un linge ! C’est toujours plus sûr » dit-elle.


 

 

Vidéo

20 juin 2005:
La correspondante de l'UNICEF à New York Sabine Dolan, rend compte du travail de l'UNICEF pour aider les habitants des îles Andoman et Nicobar

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche