Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Des enfants reçoivent de l’aide dans des villages de pêcheurs isolés

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalia/2005
Une femme et son enfant survivants du tsunami

HAFUN, Somalie, 11 janvier 2005 – Les enfants des villages de pêcheurs de Hafun, Gara’g, Bender Byla et Eyl, situés sur le littoral nord-est de la Somalie, subissent les conséquences du tsunami qui a frappé cette zone le mois dernier. 

Ces régions isolées comptent environ 12 000 femmes et enfants – tous gravement affectés par la catastrophe. La Somalie orientale proche de la pointe du Cap Horn a été la zone la plus durement touchée en Afrique de l’Est, puisque plus de 650 kilomètres de son littoral ont subi les assauts du tsunami. Au moins 100 personnes sont mortes.

À Hafun, la moitié des maisons ont été détruites et les habitants se sont retrouvés sans eau propre, sans assainissement et sans vivres. Mais à ce jour, les maladies véhiculées par l’eau, la malnutrition, la rougeole ou d’autres épidémies mortelles potentielles provoquées par la crise n’ont pas fait de victimes. Les personnes qui s’étaient réfugiées à l’école dans un premier temps ont été relogées et les classes ont repris pour une centaine d’élèves.

« L’UNICEF a fourni des matériaux de construction et de l’eau propre, et, en collaboration avec l’OMS [Organisation mondiale de la Santé] des soins médicaux d’urgence », déclare le responsable de la gestion des urgences de l’UNICEF Somalie, Bob McCarthy, qui travaille sur le terrain à Hafun.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalia/2005
Un enfant soutient des fournitures données par l’UNICEF. Sa maison à Harfun a été détruite par le tsunami

Garantir l’accès des enfants à de l’eau propre est une priorité pour l’UNICEF. Du fait que les sources locales ont été polluées, l’eau potable est acheminée par camion sur une distance de 92 kilomètres. « Nous prenons les mesures nécessaires pour que les villages côtiers puissent avoir de l’eau propre. Lorsque les vagues sont arrivées dans les étangs peu profonds qui fournissaient l’eau utilisée pour la consommation et l’hygiène, elles les ont contaminés avec de l’eau de mer », dit M. McCarthy. « À court terme, nous transportons de l’eau jusqu’à Hafun – de l’eau propre et potable. »

L’UNICEF prête aussi assistance à la population de Gara’g, environ 4 200 personnes, et à 600 autres personnes à Bandar Beyla. Jusqu’ici, l’UNICEF a distribué des couvertures, des jerrycans, des bâches en plastique, des batteries de cuisine, des moustiquaires et du savon. L’organisation a aussi participé à la désinfection des maisons et au creusement de latrines pour prévenir l’apparition de maladies d’origine hydrique comme le choléra.

Une campagne anti-rougeole va démarrer cette semaine et s’accompagnera d’une distribution de vitamine A pour prévenir les maladies et renforcer le système immunitaire des enfants.


 

 

Audio (en anglais)

10 janvier 2005 : le responsable de la gestion des urgences de l’UNICEF Bob McCarthy sur le terrain à Hafun, Somalie. M. McCarthy parle de la situation des enfants qui vivent dans ce village de pêcheurs dévasté.

Liens sur le tsunami

Recherche