Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Enfants perdus à la suite du raz-de-marée

L’UNICEF travaille à ce que les enfants retrouvent leurs père et mère ou des personnes de leur famille

Image de l'UNICEF
© Reuters/Arko Datta
Un jeune survivant du tsunami serre contre lui une chemise qui lui a été donnée dans un camp de secours d’urgence à Cuddalore (Inde)

NEW YORK, 30 décembre 2004 – Les enfants ayant survécu au raz-de-marée catastrophique du 26 décembre ont perdu tous leurs repères et ils ont désespérément besoin de soins, a déclaré aujourd’hui la Directrice générale de l’UNICEF, Mme Carol Bellamy.

L’UNICEF est particulièrement préoccupé par la situation des enfants orphelins ou séparés de leur famille, qui ont un besoin crucial d’une aide élémentaire et de soutien psychologique.

« Il est impossible d’imaginer la peur, le désarroi et le désespoir de jeunes enfants qui ont vu d’énormes vagues engloutir leur monde et projeter des corps sans vie sur le rivage, » a dit Mme Bellamy. « Les enfants ont perdu tous leurs repères – depuis leurs parents, leurs frères et sœurs et leurs amis, jusqu’à leur maison, leur école et leur quartier. Ils ont désespérément besoin que l’on s’occupe d’eux. »

Selon certaines informations, les enfants pourraient représenter un tiers des victimes du tsunami mais des chiffres fiables sur le nombre d’enfants ayant perdu leur famille au cours de la catastrophe ne sont pas encore disponibles. Il existe cependant des rapports, en provenance du Sri Lanka et de la province d’Aceh en Indonésie, faisant état d’enfants séparés de leur famille, dont un grand nombre ignorent le sort de leurs parents, certains de ces enfants ne disposant pas d’adulte qui prenne soin d’eux.

Il y a aussi des enfants comme Tamarashi, une jeune Indienne de 13 ans, qui, depuis la cuisine, regardait ses parents, tous deux assis sous un cocotier, en train d’essayer de vendre le poisson qu’ils avaient pêché. Ils ont été entraînés par les vagues en furie. C’est seulement trois jours après le retrait des eaux que les agents chargés des opérations de secours ont pu persuader Tamarashi de quitter la plage. Tamarashi a réussi à survivre aux vagues en se cramponnant à un cocotier et elle est à présent tellement choquée qu’elle ne cesse de pleurer et de demander pourquoi elle n’a pas été emportée avec ses parents. 

Afshan Khan, Directrice adjointe aux opérations d’urgence de l’UNICEF, a indiqué que l’organisation travaillait avec les ONG internationales et les autorités gouvernementales à l’élaboration de systèmes permettant de recenser les enfants et de les réunir avec leurs père et mère ou d’autres parents.

« Dans les tout premiers jours d’une situation d’urgence, il est extrêmement important de permettre aux familles et aux communautés de se retrouver. Dans certains cas, les enfants peuvent avoir été rejetés sur la côte, être isolés ou tellement traumatisés qu’il leur est impossible de dire qui ils sont et d’où ils viennent. Il est essentiel de permettre aux groupes communautaires de se rapprocher et d’essayer de réunir les familles, » a-t-elle précisé.

Mme Carol Bellamy a salué les nobles projets des nombreuses personnes du monde entier qui se sont déclarées disposées à adopter des enfants victimes du tsunami. Toutefois, elle a mis en garde contre des adoptions internationales précipitées qui ne constituent pas la meilleure issue pour les enfants. La première et la meilleure solution, a-t-elle déclaré, est de confier les enfants à la garde de parents et de proches appartenant à la communauté.

Dans la mesure où au moins un million de personnes ont perdu leur foyer, l’UNICEF a déclaré qu’il était probable que des centaines de milliers d’enfants avaient non seulement un besoin crucial de fournitures de base, vivres, eau et logement par exemple, mais aussi d’une aide qui leur permette de surmonter leur traumatisme.

L’UNICEF travaille, dans toutes les zones ravagées par les raz-de-marée,  à l’évaluation des besoins des enfants et commence à y faire face. Pour soutenir l’intervention d’urgence de l’UNICEF, veuillez cliquer ici.


 

 

Vidéo (en anglais)

30 décembre 2004 : la Directrice adjointe de l’UNICEF aux opérations d’urgence, Afshan Khan, parle des enfants que le tsunami a séparés de leurs parents

Bas | Haut débit
(Real Player)

Liens sur le tsunami

Recherche