Côte d'Ivoire

En Côte d'Ivoire, en pleine crise, une mise en garde contre une pénurie des médicaments de première nécessité

Image de l'UNICEF
© UNICEF Côte d'Ivoire/2011/Asselin
Le Dr Kabore Alizata examine Kouadio Kouadio, 6 ans, qui est atteint de paludisme et de bronchite, au dispensaire de la localité de Kani, en Côte d'Ivoire.

Par Patrick Slavin

KANI, Côte d’Ivoire, 3 février 2011 – Le paludisme est la principale cause de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest et l'UNICEF craint que les stocks de médicaments de première nécessité pour soigner cette maladie dangereuse ne s'épuisent d'ici une période de deux à quatre semaines. 

« On nous a déjà signalé que des pharmacies de districts sont à court de médicaments contre le paludisme », déclare le représentant de l'UNICEF en Côte d'Ivoire, Agostino Paganini.

« Cette insuffisance pourrait bientôt toucher d'autres médicaments de première nécessité. Si nous ne réagissons pas rapidement pour envoyer ces médicaments, les malades pourraient être obligés d'interrompre les traitements prescrits par les médecins et les infirmières, dont des antibiotiques de base ».

Ces soucis de pénurie sont apparus dans le contexte d'incertitude politique lié à une crise nationale qui paralyse la Côte d'Ivoire depuis les élections qui se sont déroulées à la fin novembre.

Traitement des malades atteints de paludisme

A Kani, où les paysans font sécher les fèves de cacao et saignent les hévéas, l'hôpital local dessert une population de 22 000 personnes. Selon le médecin-chef, le Dr Alizata Kabore, un total de 153 enfants âgés de cinq ans et moins ont été soignés à l'hôpital au mois d'août de l'année dernière. 

Parmi ces cas, 131 enfants ont été diagnostiqués avec le paludisme et il leur a été prescrit des doses d'artésunate et d'amodiaquine qui sont utilisées pour soigner la maladie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Côte d'Ivoire/2011/Asselin
Digata Kehi avec son fils Chris Ruben, 18 mois, qui est atteint de paludisme, dans l'enceinte de la Mission catholique de Duekoue, en Côte d'Ivoire.

Après avoir examiné Kouadio Kouadio, 6 ans, à l'hôpital Kani, le Dr Kabore a dit que le garçon avait probablement le paludisme et une bronchite et était aussi atteint de malnutrition. « Nous avons commandé deux boîtes d'artésunate et d'amodiaquine à la pharmacie de district de Seguela mais une seule nous a été attribuée », ajoute le Dr Kabore.

Grâce à l'appui du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, ainsi qu'à celui de l'UNICEF et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les enfants de moins de cinq ans, en Côte d'Ivoire, reçoivent des médicaments contre le paludisme.

Aide de l'UNICEF et de ses partenaires

« Le système de santé publique a du mal à fonctionner et à répondre aux besoins des malades », déclare le Dr Eli Ramamonjisoa, Chargé de la santé à l'UNICEF Côte d'Ivoire. « Les pharmacies publiques des régions nord et ouest du pays, qui approvisionnent  les hôpitaux et les dispensaires, commencent à manquer de médicaments de base. Des approvisionnements en ARV, pour traiter les malades séropositifs et prévenir la transmission du virus de la mère à l'enfant, ont commencé à parvenir dans diverses parties de la Côte d'Ivoire la semaine dernière grâce à l'action de l'UNICEF ».


 

 

Recherche