Chine

Dans la province de Qinghai, en Chine, les rescapés parlent des dommages provoqués dans les écoles

Image de l'UNICEF
© UNICEF/China/2010/Jerry Liu
Le 17 avril 2010, un jeune rescapé attend de recevoir de l'aide alimentaire à l'école primaire générale n°3 du comté de Yushu, en Chine, dans la province de Qinghai. Au moins 34 élèves de l'école ont été tués lors du tremblement de terre du 14 avril.

Par Jin Bo

JIEGU, Chine, 26 avril 2010 – Quand cette petite localité située à l'extrême ouest de la Chine a été frappée le 14 avril par un tremblement de terre, Sangqiuyixi, 13 ans, était en train de balayer le sol de sa classe, au lycée n°2 Ethnique. Il a brisé la fenêtre et est parvenu à s'enfuir.

 VIDÉO : regarder maintenant

« Il y avait de la poussière partout, » se souvient-il. « Je ne pouvais même pas voir les routes. » Peu après, le bâtiment abritant les classes ainsi qu'un autre édifice de l'école s'effondraient.

Le tremblement de terre s'est produit à 8 heure du matin heure locale, quand la plupart des élèves étaient déjà à l'école. Comme Sangqiuyixi, chaque élève qui a survécu à aujourd'hui une histoire à raconter.

Lourd bilan dans les écoles
Située dans la partie sud de la province de Qinghai, Jiegu est le siège du comté de Yushu. La ville est proche de la frontière provinciale de la Région autonome du Tibet et plus de 90 pour cent de sa population, d'environ 100 000 personnes, sont des Tibétains de souche.

Image de l'UNICEF
© UNICEF China/2010/Zhao Jia
Les membres de cette famille ont été sauvés après avoir été ensevelis pendant des heures sous leur maison à la suite du tremblement de terre de la province de Qinghai, en Chine.

Le séisme, de magnitude 7,1, a provoqué d'importants dégâts dans les écoles. Les autorités locales estiment que 80% des bâtiments des écoles primaires et la moitié des bâtiments des écoles secondaires du comté ont été gravement endommagés.

Yushu est un comté vaste mais peu peuplé et la moitié des élèves de Jiegu sont des pensionnaires provenant de familles qui vivent à des heures d'ici.

« Quand le tremblement de terre s'est produit, nous étions tous en train de manger dans le réfectoire de notre école, » dit Dejiyongzang, un enseignant du secteur. « Les élèves étaient horrifiés et se sont précipités dans la cour de récréation. »

Nimajiangcai, un enseignant de l'école élémentaire n°3 Wanquan de Yushu, dit que quatre des sept bâtiments d'un étage de cette école se sont effondrés et qu'au moins 29 corps ont été retrouvés dans les décombres.

Reprise de cours
Malgré de tels dégâts, de nombreuses écoles travaillent d’arrache-pied pour reprendre les cours et redonner aux élèves une impression de normalité.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/China/2010/Jerry Liu
Un enfant joue seul près d'une maison effondrée sur le lieu de l'épicentre du séisme dans la localité de Jiegu, dans le comté de Yushu, province de Qinghai.

A l'école n°3 Wanquan de Yushu, des bénévoles ont dégagé les décombres pour faire de la place pour des salles de classe en préfabriqué. Nimajiangcai dit qu'il est à la recherche de bénévoles qui puissent à la fois faire les cours et apporter une aide psychosociale aux enfants affectés par les conséquences du séisme.

Les autorités locales souhaitant que les cours reprennent d'ici la fin avril, de telles salles de classes improvisées sont en train d'apparaître partout dans la zone touchée par le séisme.

La nouvelle école de Yushu pour les orphelins, par exemple, a ouvert le 17 avril, seulement trois jours après le séisme. Dejiyongzang, qui y enseigne, dit que l'école a deux tentes pour les garçons et trois pour les filles. Chacune accueille entre 20 et 30 enfants.

Fournitures et espaces sécurisés
Outre l'aide apportée par le Gouvernement chinois, l'UNICEF est en train d'expédier des tentes scolaires, des kits de fournitures scolaires et des groupes électrogènes ainsi que des vêtements chauds et des couvertures pour les élèves se trouvant dans les zones sinistrées.

L'agence collabore également avec le Comité national chinois de travail pour les femmes et les enfants pour mettre en place des « espaces amis des enfants » où les jeunes rescapés du tremblement de terre peuvent recevoir une aide psychosociale dans un environnement protecteur.

Cairenlagong, un garçon qui a perdu ses parents et un jeune frère lors du séisme et vit aujourd'hui dans la famille de son oncle, dit qu'il espère que les enfants apprécieront la chance de pouvoir continuer aller à l'école après la catastrophe. « J'espère que l'école sera reconstruite et que les élèves travailleront dur, » dit Cairenlagong. Bien qu'il soit à présent orphelin, il observe que beaucoup d'autres jeunes rescapés ne le sont pas, ajoutant, « J'espère qu'ils vivent pour leurs frères et sœurs plus jeunes. »  


 

 

Vidéo (en anglais)

17 avril 2010 : le reportage de la correspondante de l'UNICEF Vivian Siu sur les opérations de secours à la suite du tremblement de terre et sur les obstacles rencontrées par les enfants et les familles dans la localité de Jiegu, dans la province de Qinghai, en Chine. Vidéaste : Jerry Liu.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche