Chine

Les enfants chinois font leurs premiers pas pour se remettre du traumatisme du tremblement de terre

Image de l'UNICEF: China, earthquake, UNICEF
© UNICEF video
Environ 1000 enfants des régions du Sichuan ravagées par le tremblement de terre vivent aujourd’hui sur un campus universitaire de Chengdu.

Par Xu Xin

CHENGDU, Chine, 29 mai 2008 – Plus de deux semaines après le tremblement de terre qui a ravagé la province du Sichuan, détruisant des écoles, anéantissant des villes et faisant quelque 67 000 victimes, les enfants des zones les plus touchées subissent toujours de graves conséquences psychosociales.

Quelque 1 000 enfants, pensionnaires venant d’écoles situées dans les districts des environs, vivent à présent à l’Université d’Économie et de Finance du Sud-Ouest, à Chengdu. Des informations sur leurs parents ou d’autres membres de la famille filtrent occasionnellement à travers les barreaux du portail d’entrée, et les enfants assez heureux pour apprendre que des êtres chers ont survécu ne peuvent retenir leurs larmes.

D’autres continuent au contraire à souffrir de la terrible absence de nouvelles sur le sort des membres de leur famille qui ont disparu.

Enfants et enseignants victimes du stress

 « Les enfants que nous rencontrons à l’université ont l’air épuisé et stressé, affirme Chen Xuefeng, Spécialiste de la protection de l’enfance. Ils viennent de différentes écoles situées dans la zone du séisme et viennent d’arriver après avoir marché plusieurs jours par des routes de montagne, cherchant à s’abriter dans les forêts pour échapper aux terrifiantes répliques qui ont suivi le choc principal. »

Mme Chen Xuefeng vient juste de revenir de la récente mission de l’UNICEF, organisée en collaboration avec des responsables du Gouvernement chinois pour aider les enfants à se remettre du stress psychosocial entraîné par le séisme.

« Une fille de 14 ans a été appelée à l’entrée pour être réunie avec ses grands-parents, mais aussi pour se voir annoncer que sa mère n’avait pas survécu au tremblement de terre. Elle est bouleversée », témoigne-t-elle.

La mission a aussi rencontré des enseignants au bord de la dépression. Certains ont perdu des membres de leur propre famille dans cette catastrophe et sont trop stressés pour répondre aux besoins de leurs étudiants.

Des interventions coordonnées

Les spécialistes et les psychologues de l’UNICEF ont organisé le 27 mai une première session de formation pour les bénévoles qui s’occupent des enfants déplacés. Les enfants ont été invités à participer à des jeux et à des activités de groupe interactives au cours desquels on les motive pour qu’ils s’expriment en toute spontanéité.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Jeux et autres activités de groupe aident les jeunes rescapés à surmonter le choc émotionnel qu’ils ont subi.

« En fait, environ 90 % des enfants qui ont survécu peuvent se révéler naturellement résilients et reprendre une vie normale avec un soutien psychosocial : réunion avec des membres de la famille, participation à des activités récréatives, retour à l’école et autres activités en communauté, » explique Kirsten Di Martino, Directrice de la section des droits de l’enfant de l’UNICEF en Chine. « Il n’y a que les 10 % de ceux qui sont sévèrement traumatisés qui ont besoin d’un suivi psychologique ou d’une thérapie spéciale. »

Les personnes qui s’occupent de ces enfants et leurs communautés devront leur accorder un plus grand soutien psychosocial afin de les aider à se débarrasser de leur stress en participant à des activités de groupe, que ce soit des jeux ou la reprise des classes.

 « Nous sommes préoccupés par la qualité et la duplication des interventions psychosociales de la part de travailleurs sociaux bénévoles ‘migrants’ », explique Mme Di Martino. Dans certains cas, un enfant survivant rencontre deux groupes de travailleurs sociaux le même jour, ce qui peut aggraver le traumatisme de l’enfant. Les interventions doivent être consistantes et suivies. »

Assurer la sécurité des enfants

Dans la foule des rescapés hébergés dans des orphelinats et d’autres établissements sociaux, les enfants se trouvent mélangés avec des personnes âgées et des personnes handicapées, et dans des conditions de surpopulation.

Le docteur Yin Yin Nwe, Représentant de l’UNICEF et Président de l'équipe de l'ONU pour la gestion des catastrophes témoigne : « Les enfants sont très stressés, un jeune garçon que j’ai rencontré avait perdu son père et sa mère et pouvait seulement donner son nom en anglais mais aucun autre renseignement sur lui-même. »

« Tous les partenaires qui se préoccupent de protéger ces enfants font face à une tâche énorme, » ajoute le docteur Nwe.


 

 

Vidéo (en anglais)

28 mai 2008 :
Le reportage de Chris Niles, correspondant de l’UNICEF, sur les efforts faits pour traiter le traumatisme psychologique provoqué par le tremblement de terre du Sichuan. 
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche