RD Congo - Pays en crise

Les anciens enfants soldats retrouvent leur enfance perdue

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-0431/LeMoyne
Un enfant de huit ans, ancien enfant soldat, est assis dans un dortoir du centre de démobilisation et de réinsertion dans la ville de Goma, Province du Nord Kivu (République démocratique du Congo).

Par Kun Li

KPANDROMA, district de l’Ituri, République démocratique du Congo, 30 mars 2005 – Au centre de démobilisation et de réinsertion de Kpandroma, qui bénéficie du soutien de l’UNICEF, des enfants congolais, dont certains n’ont que huit ans, montent une pièce où ils revivent le calvaire qu’ils ont subi lorsqu’ils étaient le jouet de groupes armés.

« Je devais suivre le commandant sur le front afin d’y acheminer des munitions et là je l’ai vu tuer des gens », raconte Etienne, un ancien enfant soldat de 14 ans (il ne s’agit pas de son vrai nom).

Les 11 garçons qui jouent dans la pièce sont arrivés récemment dans le centre. Depuis septembre 2004, plus de 2 300 enfants – dont 454 filles – ont été accueillis dans ces centres de réinsertion, qui bénéficient du soutien de l’UNICEF. Ces centres offrent des soins médicaux et un soutien psychosocial aux enfants qui ont été enlevés purement et simplement de chez eux par des milices armées. Un bon nombre de ces enfants ont dû combattre et tuer, alors que d’autres ont subi des violences sexuelles au cours de leur captivité.

Des difficultés particulièrement graves pour les filles victimes d’enlèvement

Dans le seul district de l’Ituri, 4 000 enfants seraient encore entre les mains des milices. On oblige souvent les filles qui ont été enlevées à se comporter comme les épouses du commandant. Beaucoup tombent enceintes, leur ravisseur étant le père de leur enfant. Pour ces filles, il est particulièrement difficile de retrouver une vie normale.

« La vie à l’armée n’est pas bonne » dit Marie (il ne s’agit pas de son vrai nom), qui vit à présent dans le centre de réinsertion de Kpandroma.

« Les filles sont vraiment traumatisées » indique l’agent de l’UNICEF Sylvain Nzaba. « Vous pouvez constater qu’elles ont du ressentiment envers les garçons et les hommes ».

La guerre civile, qui dure depuis sept ans en République démocratique du Congo (RDC), est l’une des pires crises humanitaires du monde. Elle a fait plus de 3 millions de morts depuis 1998, privant d’éducation 3 millions d’enfants et on estime que 30 000 enfants sont associés d’une manière ou d’une autre à des groupes armés.

Dans les tout derniers mois, 800 enfants ont été démobilisés dans ce centre, où ils ont reçu des soins et un soutien dont ils avaient un grand besoin pour les aider à retrouver leur enfance perdue.


 

 

Vidéo (en anglais)

30 mars 2005:
Sarah Crowe de l’UNICEF effectue un compte rendu depuis le centre de démobilisation et de réinsertion au sein des communautés de Kpandroma, en RDC, où d’anciens enfants soldats bénéficient de soins médicaux et d’un soutien psychosocial.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche