En bref : Sierra Leone

Des écoles améliorées et « amies des enfants » offrent aux filles de meilleures perspectives d’avenir en Sierra Leone

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Aster Kamara, 4 ans, compte au tableau de l’école communautaire de Kabuita.

Par Richard Lee

KABUICHA, Sierra Leone, 11 juin 2007 – En frappant d’une baguette de bambou les chiffres affichés au tableau noir, Aster Kamara, 4 ans, compte sans se tromper de 1 à 15. C’est une performance impressionnante qui mérite bien les applaudissements qu’elle reçoit de ses camarades de classe lorsqu’elle va se rasseoir à sa place.

Mais ce qui est encore plus impressionnant, c’est qu’Aster aille tout simplement à l’école.

Il y a juste trois ans, l’école communautaire de Kabuita n’était qu’une case en herbe où quelques rares enfants – et pratiquement aucune fille – venaient suivre les cours. Mais grâce à un nouveau bâtiment en briques et à l’évolution des mentalités sur l’éducation, les élèves se pressent maintenant tous les jours dans la salle de classe.

Et très souvent, les filles sont plus nombreuses que les garçons.

De meilleures écoles donnent de meilleures chances aux élèves

« Notre nouveau bâtiment a réellement amélioré la situation, parce que les parents ont commencé à envoyer leurs enfants à l’école », dit Alusius Kargbo, l’un des deux professeurs nouvellement recrutés à Kabuita. « La plupart des filles de notre communauté sont aujourd’hui scolarisées. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Mohammed Kamara accueille sa fille Aster à son retour de l’école. Il souhaite qu’elle poursuive ses études jusqu’à l’université.

L’UNICEF et ses partenaires offrent désormais aux enseignants – dont jusqu’à 40 pour cent n’a aucune expérience – une formation adéquate, tout en finançant la construction de nouveaux établissements d’enseignement primaire.

Dans les écoles de toute la Sierra Leone, des puits sont creusés pour qu’il y ait de l’eau propre, et des toilettes sont installées pour améliorer l’assainissement. Des salles de classe flambant neuves remplacent aussi les cases en pisé ou les bâtiments détruits pendant la guerre civile. Tout cela contribue à ce que les écoles primaires communautaires et publiques répondent mieux aux besoins des enfants.

Une école « amie des enfants » prend en compte toutes les facettes de l’intérêt de l’enfant, entre autres, sa santé, sa nutrition et son bien-être en général. Cette approche encourage les inscriptions, la présence à l’école et les résultats scolaires – notamment dans les cas des filles.

Le mariage précoce est encore un obstacle

Mais Alusius sait qu’en envoyant les fillettes à l’école, la partie n’est pas encore gagnée. En général, la difficulté consiste à s’assurer qu’elles y restent.

« Il est très difficile de convaincre les parents de laisser leurs filles continuer leurs études », dit-il, esquissant un geste d’incompréhension. « Parfois, lorsqu’elles commencent à avoir de la poitrine, les parents se diront : ‘ Oh, plus besoin d’aller à l’école – elle va se marier !’ »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Diana Seesay, 19 ans, est chargée de la discipline à l’école secondaire de Kamabai. Après sa scolarité, elle veut devenir avocate.

Ce point de vue domine en Sierra Leone, où la pratique du mariage précoce – qui concerne des filles d’à peine 12 ou 13 ans – a toujours cours. Cette coutume millénaire est l’une des principales raisons pour lesquelles l’écart qui se comble entre les filles et les garçons dans l’enseignement primaire ne se retrouve pas aux niveaux du secondaire et de l’université.

La pauvreté oblige souvent les parents à envoyer leurs filles travailler comme vendeuses dans les rues ou sur les marchés, ou à travailler dans les champs ou les forêts plutôt que d’aller en classe. Pour beaucoup d’entre eux, l’instruction des garçons est encore prioritaire.

Des rêves pour leurs filles

Pourtant, les signes du changement sont bien réels. De plus en plus de parents commencent à réaliser l’importance que revêt l’éducation de leurs filles, et à admettre que le mariage précoce ne fait que perpétuer le cycle de la pauvreté.

« Je suis prêt à encourage Aster à continuer jusqu’à l’université, parce que je comprends la valeur de l’éducation », dit Mohammed Kamara, qui accueille sa fille à son retour de l’école. « Avant, les filles étaient données en mariage aux hommes. Je ne veux pas qu’Aster finisse comme ça. »

Les parents éclairés poussent leurs filles à finir leur scolarité, et même à essayer d’entrer à l’université. Mais malgré beaucoup de réussites, l’écart entre filles et garçons dans le secondaire et le troisième cycle reste extrêmement important, et il n’y a pas de solution rapide ou facile qui permettrait de le faire disparaître. Il faudra des années pour changer les croyances traditionnelles et les coutumes, ainsi que pour reconstruire le système scolaire qui – comme tant d’autres choses en Sierra Leone – a été ruiné par la guerre.

Mais l’écart se comble, et c’est un signe d’espoir pour les filles et les femmes de Sierra Leone.


 

 

Vidéo (en anglais)

Avril 2007 :
Richard Lee, de l’UNICEF, explique les progrès qui ont été faits pour que les filles aillent et restent à l’école en Sierra Leone.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche